Les Pays-Bas remportent l'Eurovision 2019    La Fondation Mohammed VI des Oulémas Africains lance son site web    Laâyoune se dote d'un laboratoire de santé publique    Psycause: Carte de résident    Partenariat stratégique entre l'Université Mohammed VI Polytechnique et MassChallenge    Zoom: Laisser aimer    Boxe. La sélection marocaine féminine remporte 5 médailles d'or au Gabon    ONSSA. Destruction de 56 tonnes de produits alimentaires    Aéroports du Maroc : Le trafic commercial en forte hausse    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Vidéo – Le WAC s'en sort avec un nul face à l'IRT (2-2)    Aji T'hdm. "Les Inqualifiables" enflamment la scène    Fès/Tourisme: Jnane Sbil sur les traces du Jardin de Majorelle    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 5: Les fondements de la Loi juive    Golfe: Les tensions montent d'un cran    Guerre commerciale: Trump semble prêt à aller jusqu'au bout…    Comment les familles perçoivent l'école marocaine    «Arabæsque», une synthèse subtile entre traditions musicales orientales et occidentales    Le nombre des directrices de publication des journaux électroniques en hausse    Le Raja jouera, jouera pas son match contre le MAT ?    Le WAC et le Raja sanctionnés financièrement    Quatre Marocains nommés membres des commissions du CIO pour 2019    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme commémore le 16 mai    Les recettes douanières franchissent la barre des 100 MMDH en 2018    Nouveaux membres et nouvelle vie pour les amputés du Soudan du Sud    Insolite : Champignons hallucinogènes    Ces tournages qui ont tourné au drame : Taxi 2    Comment les céréales complètes protègent des maladies    Poussée attendue des populistes à J-6 avant le coup d'envoi des Européennes    News    Kantar intègre le Maroc    Plaidoyer pour la réduction des délais de paiement    Malek : Tout ce qui tend à accompagner les jeunes talents est primordial    A Cannes, un cri d'alarme sur le sort des banlieues    Le ministère annonce l'ouverture prochaine de dix salles de théâtre dans l'ensemble des régions du Royaume    #9hartouna: le hashtag contre les gilets jaunes casablancais    Propositions de loi. Les dispositions législatives vont enfin être activées    29ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le sprint final lancé    La «Nakba» qui interpelle le monde    Indice de perception de la corruption : Le Maroc a gagné 17 places en deux ans    Casablanca. Coups de feu dans l'arrestation d'un trafiquant de drogues    Hervé Renard félicite les internationaux marocains    Vidéo – Un avion de combat F-16 s'écrase contre un entrepôt en Californie    Angelillo moins chanceux que les Lions    Abdellah Amrani, un artiste tout simplement…    Boeing : La mise à jour du système anti-décrochage du 737 MAX est prête    Hamid Lechhab : L'ouverture des médias sur les intellectuels est sélective    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur du Yémen à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement de la langue amazighe: les associations et coordinations montent au créneau!
Publié dans Albayane le 18 - 09 - 2018

C'est la rentrée! Les associations, les coordinations et les confédérations amazighes n'ont pas manqué une nouvelle fois de tirer la sonnette d'alarme sur la situation de l'enseignement de la langue amazighe dans les écoles.
Dans un communiqué conjoint rendu public, les associations pointent du doigt le retard dans la mise en œuvre des lois organiques relatives à l'amazighe. Les associations et coordinations amazighes, lit-on dans le communiqué, «dénoncent l'attitude du gouvernement caractérisée par les échappatoires, les reports et les ajournements de la publication des lois organiques relatives à l'amazighe, en violation flagrante avec la Constitution». Elles affirment que cet état de fait «a contribué à davantage de discrimination et de marginalisation envers la langue amazighe, malgré son statut officiel, et a conduit ainsi au recul de nombreux acquis réalisés au sein des institutions».
Le débat sur le recul de l'enseignement de la langue amazighe ne date pas d'aujourd'hui. Il y a quelques années déjà, et à l'occasion de la rentrée scolaire, des voix se sont levées pour un enseignement de l'amazighe, une langue officielle depuis 2011. Un acquis certes considérable, mais qui pâtit de nombreuses défaillances.
La même source souligne «le traitement arbitraire et discriminatoire du ministère de l'Education nationale à l'encontre des enseignants de la langue amazighe, les obligeant à enseigner des matières autres que celle dans laquelle ils se sont spécialisés, ainsi que le mépris et la marginalisation de la langue amazighe dans l'enseignement et le suivi pédagogique, qui vont à l'encontre des circulaires et des notes ministérielles émises par le ministère lui-même auparavant ; ce qui contribue à enraciner dans la conscience des apprenants l'idée humiliante d'«infériorité» de cette langue», expliquent-elles.
Les associations et coordinations amazighes appellent le gouvernement à accélérer la publication des lois organiques relatives à la langue amazighe après avoir apporté les modifications indispensables et fondamentales requises par le mouvement amazigh, soulignent-elles. Par la même occasion, elles appellent le gouvernement à se lancer dans une réforme radicale de l'éducation et ce, dans un esprit national, loin des calculs partisans et populistes, afin de préserver les droits des générations futures à un niveau d'instruction impartial, lit-on dans le même communiqué.
Parmi les organisations signataires de ce communiqué figurent l'association des enseignants de langue amazighe (sections nationales), la confédération des associations amazighes du sud du Maroc Tamunt N'iffus (30 associations), la confédération des associations amazighes du nord du Maroc (135 associations), la coordination nationale amazighe (65 associations), l'organisation Tamaynut (organisation nationale de 30 sections), l'observatoire amazigh des droits et libertés, l'association Aourir, l'association Tawsna Achtouken, l'association de l'université d'été d'Agadir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.