Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Heetch accompagne les auto-entrepreneurs    Sahara : La Grande Bretagne réitère son plein soutien au processus onusien et aux efforts du Maroc    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Le surfeur Ramzi Boukhiam qualifié pour Tokyo 2020    Global Teacher Conclave & Awards 2019 : Un Marocain primé    Affaire Griezmann: une sanction de 300 euros ou un huis clos pour le Barça    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Lancement officiel et adoption des recommandations de l'OMS    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Meknès : Il poignarde mortellement son voisin    «Le Roi : le Maroc de Mohammed VI », un livre pour comprendre le Royaume « au-delà des clichés »    Fête de l'Huma: Les chemins de l'Humanité!    Gestion migratoire : Le Commissaire de l'UA salue le rôle du Maroc    Logement social : La Cour des comptes identifie les failles    Ligue des Champions d'Afrique : RCA et WAC à un pas de la phase de poules    3e meeting du Barbe et Arabe-Barbe, championnats nationaux et Salon du cheval : La filière équine sur sa lancée    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    «Double face»: dans la peau d'un écrivain pas comme les autres!    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Spoliation foncière : la lutte se poursuit    Administration publique : Le Maroc et Québec signent un accord    Nasser Bourita : La CEDEAO doit prendre le leadership dans la lutte contre le terrorisme    Iran : Le guide suprême exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Brexit: La suspension controversée du Parlement britannique devant la Cour suprême    Sous pression, Angela Merkel dévoile sa stratégie climatique    Crise des migrants: Erdogan menace l'Union Européenne…    Audiovisuel : MBC5 veut rayonner sur le Maghreb    Soins auto-administrés : Le Maroc adopte les recommandations de l'OMS    Hajar Raissouni, la demande de liberté provisoire sera examinée jeudi    Sécurité pénitentiaire. Les raisons de la bérézina    Le Fonds de solidarité contre les évènements catastrophiques est en selle    Contrôle frontalier : Les fiches d'embarquement- débarquement supprimées    Journée mondiale de l'arthrose    Le glacier d'Aletsch pourrait disparaître d'ici à 2100    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Le choc entre les deux Olympiques débouche sur un nul    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    Divers sportifs    Nasser Bourita : Le développement humain est la clé de la durabilité de l'action contre le terrorisme    Divers Economie    Déficit budgétaire de 33,5 MMDH à fin août    Rejet total de l'annexionnisme israélien par l'OCI    Ces stars qui se sont mariées en secret    "GTI", le prof de maths français qui rappe sur Pythagore    Brad Pitt en cosmonaute dans "Ad Astra"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement de la langue amazighe: les associations et coordinations montent au créneau!
Publié dans Albayane le 18 - 09 - 2018

C'est la rentrée! Les associations, les coordinations et les confédérations amazighes n'ont pas manqué une nouvelle fois de tirer la sonnette d'alarme sur la situation de l'enseignement de la langue amazighe dans les écoles.
Dans un communiqué conjoint rendu public, les associations pointent du doigt le retard dans la mise en œuvre des lois organiques relatives à l'amazighe. Les associations et coordinations amazighes, lit-on dans le communiqué, «dénoncent l'attitude du gouvernement caractérisée par les échappatoires, les reports et les ajournements de la publication des lois organiques relatives à l'amazighe, en violation flagrante avec la Constitution». Elles affirment que cet état de fait «a contribué à davantage de discrimination et de marginalisation envers la langue amazighe, malgré son statut officiel, et a conduit ainsi au recul de nombreux acquis réalisés au sein des institutions».
Le débat sur le recul de l'enseignement de la langue amazighe ne date pas d'aujourd'hui. Il y a quelques années déjà, et à l'occasion de la rentrée scolaire, des voix se sont levées pour un enseignement de l'amazighe, une langue officielle depuis 2011. Un acquis certes considérable, mais qui pâtit de nombreuses défaillances.
La même source souligne «le traitement arbitraire et discriminatoire du ministère de l'Education nationale à l'encontre des enseignants de la langue amazighe, les obligeant à enseigner des matières autres que celle dans laquelle ils se sont spécialisés, ainsi que le mépris et la marginalisation de la langue amazighe dans l'enseignement et le suivi pédagogique, qui vont à l'encontre des circulaires et des notes ministérielles émises par le ministère lui-même auparavant ; ce qui contribue à enraciner dans la conscience des apprenants l'idée humiliante d'«infériorité» de cette langue», expliquent-elles.
Les associations et coordinations amazighes appellent le gouvernement à accélérer la publication des lois organiques relatives à la langue amazighe après avoir apporté les modifications indispensables et fondamentales requises par le mouvement amazigh, soulignent-elles. Par la même occasion, elles appellent le gouvernement à se lancer dans une réforme radicale de l'éducation et ce, dans un esprit national, loin des calculs partisans et populistes, afin de préserver les droits des générations futures à un niveau d'instruction impartial, lit-on dans le même communiqué.
Parmi les organisations signataires de ce communiqué figurent l'association des enseignants de langue amazighe (sections nationales), la confédération des associations amazighes du sud du Maroc Tamunt N'iffus (30 associations), la confédération des associations amazighes du nord du Maroc (135 associations), la coordination nationale amazighe (65 associations), l'organisation Tamaynut (organisation nationale de 30 sections), l'observatoire amazigh des droits et libertés, l'association Aourir, l'association Tawsna Achtouken, l'association de l'université d'été d'Agadir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.