Etudiants marocains en Russie : le désarroi continue    AFRIMA Awards 2021 : 11 marocains parmi les nominés    Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Faut-il continuer à s'endetter ?    A quoi joue la Russie?    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Populisme et mondialisation» en débat à Marrakech

Publié dans Albayane le 16 - 12 - 2018

«Populisme et politiques post-vérité : le ressentiment contre la globalisation» a été le thème central d'un débat organisé, jeudi à Marrakech, dans le cadre des travaux de la 7ème édition de la Conférence internationale «Atlantic Dialogues», organisée du 13 au 15 décembre dans la cité ocre, par le think tank «Policy Center for the New South» (PCNS), sous le thème «Dynamiques atlantiques : surmonter les points de rupture».
Mise en cause par la montée du populisme, la mondialisation a été au centre de ce débat modéré par Mme Bronwyn Nielsen, rédactrice en chef et directrice de CNBC Africa (Afrique du Sud), et rehaussé par les interventions de deux prestigieux invités : Madeleine Albright, ancienne secrétaire d'Etat américaine et Pedro Pires, ancien Président du Cap Vert.
Pour Mme Albright, également présidente du «Albright Stonebridge Group», la mondialisation est «une arme à double tranchant» qu'on ne peut «ni identifier clairement ni arriver à cerner ses facettes», faisant remarquer que ce débat doit être élargi aux entreprises publiques et privées et aussi aux ONG.
«Ces acteurs, surtout les entreprises, sont les principaux drivers de la mondialisation, une force irréversible qui, malheureusement, divise les nations et risque parfois de dégénérer en des tensions», a-t-elle expliqué, devant un aréopage de personnalités de haut rang.
L'ancienne cheffe de la diplomatie américaine a également partagé son sentiment d'inquiétude par rapport à la politique étrangère du nouveau Locataire de la Maison Blanche, Donald Trump et du retrait des Etats-Unis des débats qui agitent le monde.
«Comment un pays tel que les Etats-Unis peut se replier et libérer cet espace à l'échelle internationale qui va être certainement comblé par d'autres nations ?», s'est-elle interrogée.
Et de souligner que Washington est «amenée à jouer un rôle dans ce sens et ne doit pas se positionner en simple gendarme du monde».
Une analyse et un avis partagés par l'ancien Président du Cap Vert, Pedro Pires, qui a tenu à rappeler que si beaucoup de pays ont tiré profit de la mondialisation, l'Afrique en a été la grande perdante.
«La mondialisation est un phénomène irréversible qu'il faut gérer plutôt que d'éviter», a soutenu M. Pires, également fondateur de l'Institut Pedro Pires.
«On ne peut pas être contre la mondialisation. Qu'on le veuille ou non, nous sommes tous mondialisés, mais nous devons combattre les effets pervers de la mondialisation, c'est-à-dire les différences et les inégalités énormes entre les Etats, et au sein des Etats eux-mêmes», a-t-il martelé.
Placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, la Conférence «Atlantic Dialogues» connaît la participation de 350 conférenciers en provenance de 90 pays.
Parmi les invités de cette conférence, 25% sont issus du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, outre ceux en provenance de l'Afrique subsaharienne (22%), d'Europe (21%), d'Amérique du Nord (16%) et d'Amérique du Sud (11%). Ils sont issus des sphères de décision politique, du monde des affaires (15%), de la recherche (13%) et des think tanks (15%), du secteur public (13%), des organisations internationales (11%), de la société civile (10%) et des médias (9%).
Cette Conférence de trois jours offre l'occasion aux participants de jeter la lumière sur les grands enjeux géopolitiques et économiques du Bassin Atlantique, expliquent les organisateurs, faisant observer que le thème arrêté pour cette nouvelle édition «reflète des tendances aussi importantes que la montée des populismes, la dernière élection présidentielle au Brésil et la politique étrangère des Etats-Unis, dans la mesure où celle-ci remet en question l'avenir de l'Organisation du Traité Atlantique Nord (OTAN) et de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC)».
De grandes questions transversales restent, par ailleurs, posées telles que la démographie contrastée du Nord et du Sud, la dimension humaine de la crise migratoire, la mobilisation des ressources face au changement climatique, ou encore la perspective d'une nouvelle crise financière internationale.
Anciennement connu sous le nom de «OCP Policy Center», le Policy Center for the New South est un think tank marocain lancé en 2014 à Rabat, avec 39 chercheurs associés du Sud comme du Nord.
A travers une perspective du Sud sur les enjeux des pays en développement, il vise à faciliter les décisions stratégiques relevant de ses quatre principaux programmes : agriculture, environnement et sécurité alimentaire; économie et développement social; matières premières et finance; géopolitique et relations internationales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.