OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Maroc/Météo : Temps assez chaud ce mardi 3 août    Tokyo 2020 / Athlétisme : Première médaille d'or pour le Maroc grâce à Soufiane El Bakkali    Adjudications: Hausse de 46,2% des émissions du Trésor en 2020    La canicule sévit en Grèce, les vagues de chaleur se font fréquentes en Europe    Covid-19/ Casablanca : Reportage au cœur des services de réanimation du CHU Ibn Rochd    Hommages olympiques du roi Mohammed VI à Soufiane El Bakkali après son sacre    Eagle Hills livre la première phase de « Rabat Square »    Le Parlement Jeunesse du Maroc tient sa 3ème session législative    Israël accuse et menace l'Iran qui rejette toute implication    Lancement du Guide de la procédure d'extradition    Le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre des Etats-Unis reçu par le ministre chargé de l'Administration de la Défense Nationale    JO-2020 : El Bakkali offre au Maroc l'Or olympique    Une coupe spectaculaire... sur les traces de la Botola    Dissolution de la direction technique nationale et gel de toutes les activités    Rabat/plage des Oudayas : Le surf de plus en plus populaire (Reportage)    Amrani met en exergue les choix visionnaires de Sa Majesté le Roi    Baisse des revenus des sociétés de financement en 2020    Ministère de l'Economie, des Finances et de la réforme administrative. Un nouvel organigramme entre en vigueur    Pfizer et Moderna augmentent le prix de leurs vaccins contre le Covid    L'intérieur dément les allégations sur la désertion des Forces auxiliaires à Sebta    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    Fatima Regragui tire sa révérence    Le groupe marocain Asif est de retour avec « Balbala »    Couvre-feu à 21H, interdiction des déplacements, fermeture des salles de sport...le gouvernement annonce de nouvelles restrictions    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    Chambres professionnelles : plus de 12.000 candidats aux élections    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Sites marchands/e-marchands. Les transactions par cartes bancaires atteignent un chiffre record    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 2 août 2021 à 16H00    L'ancien maire de Marrakech, Omar Jazouli, tire sa révérence    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    JO de Tokyo : « L'or » de la vérité a sonné    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les investissements publicitaires en baisse…
Publié dans Albayane le 24 - 12 - 2018

Les investissements publicitaires n'ont pas le moral. Sur les 10 premiers mois de l'année, ils ont connu une baisse de 9,5% par rapport à la même période en 2017. Les annonceurs ont investi sur cette période un total de 4,7 milliards de dirhams dans les différents canaux de communication. C'est ce qui ressort des chiffres du Groupement des annonceurs marocains (GAM). Dans le lot, la télévision, l'affichage et la presse écrite sont en perte de vitesse en comparaison avec la radio et le digital.
Dans le détail, les budgets attribués pour la presse écrite, la télévision et l'affichage ont chuté respectivement de 22,8%, 13,5% et 16,4% pour s'établir à 478 millions de dirhams, 1,6 milliard et 1,16 milliard de dirhams. Mais la baisse la plus importante est celle du cinéma ; les recettes ont chuté de 25,6% par rapport à l'année précédente, soit 39,3 millions de dirhams (contre 52,87 millions en 2017).
Les professionnels expliquent ce rétrécissement de l'investissement publicitaire par la saturation des médias et leur politique commerciale anarchique (gratuité, réductions significatives…). À cela vient s'ajouter l'optimisation des charges des entreprises, et donc la réduction des dépenses dont la communication est souvent la première victime. Autre facteur qui a pesé sur les investissements publicitaires : le boycott. À l'exception de l'énergie, les annonceurs ont pratiquement tous réduit leurs investissements. Une manière pour ces secteurs (banques, télécommunications, agroalimentaire, automobile, immobilier, transports, services, etc.) de se protéger d'une contagion du mouvement.
Pour ce qui est des bonnes nouvelles, la radio a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 8% pour s'établir à 888 millions de dirhams. Cette croissance dure d'ailleurs depuis trois ans. Selon les déclarations d'un responsable commercial d'une radio privée, les raisons sont bien claires : chaque radio est positionnée sur une niche déterminée. La programmation et la ligne éditoriale sont également des facteurs qui ont joué sur cette hausse. «Elles attirent une audience importante. Nous proposons aux annonceurs de les sponsoriser, liant ainsi leur image à celle de l'émission. Par ailleurs, plus une publicité est diffusée en répétition, plus elle est rentable. Pour ce faire, il faut qu'elle soit écoutée au moins 4 fois par jour par les mêmes auditeurs», explique la même source.
Le digital, quant à lui, a réalisé un chiffre d'affaires de 525,3 millions de dirhams, en hausse de 17,3% sur les dix premiers mois de l'année, par rapport à la même période en 2017. Il devance désormais la presse écrite en parts de marché (11,2% contre 10,2%).
Au classement général des recettes par média, on retrouve la télévision qui maintient sa première place avec 34,4% des recettes, suivie de l'affichage avec 24,7%, de la radio avec 18,9%. Le cinéma ne prend que 0,8% des investissements publicitaires.
Chiffre
77,8 dirhams
C'est la valeur du titre du promoteur immobilier Alliances sur le marché boursier. En moins d'un mois, ce dernier a perdu 15% de sa valeur. Une baisse de cours due à « une structure bilancielle qui reste fragile » au moment où la demande de logement accuse elle-même une baisse de 2,8% sur les 9 premiers mois de l'année. Une tendance du cours qui contraste avec les résultats positifs enregistrés par le Groupe, notamment une baisse significative de sa dette. Son ratio d'endettement est ainsi passé de 417% en 2017 à 213% au premier semestre de l'année en cours. Et son chiffre d'affaires est en hausse, passant de 1,5 milliard de dirhams à 1,79 milliard au premier semestre 2018, en glissement annuel. Parallèlement, son résultat net s'est également apprécié de 136% à 123 millions dirhams et son RNPG de 250% à 112 millions dirhams. Notons que le désendettement d'Alliances lui a permis de se constituer des fonds propres suffisants pour financer ses projets.
Dixit :
«Alors qu'en Nouvelle-Zélande, une demi-journée suffit pour créer une entreprise via une seule procédure, chez nous elle nécessite 9 jours et 4 procédures. Concernant le coût, si l'investisseur en Nouvelle-Zélande doit débourser 0,2% de l'équivalent du revenu par tête d'habitant, au Maroc, ce taux est de 3,7%. […] (De plus) Si en Nouvelle-Zélande, l'investisseur qui achète un bien immobilier pour réaliser son projet d'investissement, a besoin de passer par deux procédures qui nécessitent 1 journée et paye l'équivalent de 0,1% de la valeur du bien acheté, au Maroc, il a besoin d'effectuer 6 procédures qui nécessitent 20 jours et demi et de payer l'équivalent de 6,4% de la valeur du bien acheté. Il ressort donc clairement, que le foncier est un élément très négatif dans l'environnement des affaires au Maroc, ce qui rend urgent la réforme en la matière».
C'est ce qui ressort de la dernière édition du Doing Business de la Banque mondiale qui classe la Nouvelle-Zélande premier du classement. Le Singapour et le Danemark occupent respectivement la 2e et la 3e place. Le Maroc est classé au 60e rang mondial.
Who's who
Abderrahmane Kriouile, CEO de Farasha
L'entrepreneur a de quoi être fier. À Katowice, dans le cadre du programme global Cleantech Innovation de la COP24, la start-up Farasha s'est vue attribuée le premier prix de la compétition. Celui-ci vient s'ajouter au grand prix Cleantech Maroc remporté cette même année. L'entreprise, spécialisée dans la cartographie, combine les drones et la technologie embarquée pour réaliser plusieurs missions : thermographie aérienne, inspection visuelle, orthophotographie, modélisation 3D ou photogrammétrie. Abderrahmane Kriouile a ainsi vu sa TPE, ainsi que deux autres start-up originaires de Thaïlande et de Turquie, choisies pour être accompagnées par l'Onudi qui encourage l'entreprenariat vert. Kriouile a même réussi à décrocher son premier contrat avec Acwa Power pour NoorI. Un second accord sera signé prochainement pour NoorII. Le jeune entrepreneur ne manque pas d'ambitions : pour 2019, il cible, avec son partenaire allemand CSP Services, les marchés solaires du Moyen-Orient et de l'Afrique. L'entrepreneur a fait ses études à l'université de Grenoble Alpes pour ensuite travailler à l'Ecole Nationale Supérieure d'Informatique et d'Analyses des Systèmes (ENSIAS). Il a également occupé des postes au sein de STMicroelectronics ou encore INRIA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.