Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nicaragua: Dialogue entre Ortega et l'opposition
Publié dans Albayane le 03 - 03 - 2019

Le 20 Février dernier, John Bolton, le conseiller américain à la sécurité, avait déclaré que les jours de Daniel Ortega, le président du Nicaragua, «étaient comptés». Des mots similaires avaient été dits, également, à propos de Maduro au Venezuela et de Miguel Diaz-Canuel, l'actuel «président des Conseils d'Etat et des ministres» de Cuba ; trois pays considérés par Washington comme constituant la «troïka de la tyrannie.
Autant dire que la Maison Blanche tient, aujourd'hui plus que jamais, à faire jouer sa fameuse «Doctrine Monroe» afin de chasser du pouvoir, tous les chefs d'Etat qui, sur le continent américain «osent» encore défier l'Oncle Sam et se réclamer du socialisme.
Bousculé par Washington, le président nicaraguayen a rencontré une délégation de l'Organisation des Etats américains et des représentants de l'organisation patronale nicaraguayenne et annoncé, dès le 21 Février, une reprise du dialogue avec l'opposition afin de redresser une économie bien mal en point car si, en 2018 le PIB avait reculé de 4% et que plus de 300.000 emplois avaient été perdus, la situation risque d'empirer.
Azahalea Solis, membre suppléante de la délégation d'opposition, dira, à ce titre, que le président Ortega «a accepté de reprendre le dialogue parce que la résistance civile continue fermement, à cause de son isolement international et de la situation (de crise) au Venezuela et, enfin, parce que l'économie est en chute libre».
Aussi, quelques heures à peine avant que ne débutent, ce mercredi 27 Février, sur un campus universitaire situé au sud de Managua, les discussions entre le gouvernement et l'Alliance civique pour la justice et la démocratie qui regroupe des syndicats, des organisations de la société civile, des entreprises et des étudiants, un communiqué du ministère de l'Intérieur a annoncé la libération d'une centaine de détenus.
Or, cet élargissement n'a concerné que de petits «contestataires» dans la mesure où aucun leader de l'opposition n'a bénéficié de cette mesure et que mercredi soir près de 670 opposants étaient encore sous les verrous d'après les décomptes de certaines organisation de défense des droits de l'homme.
Pour rappel, les discussions qui avaient eu lieu sous la supervision de l'Eglise catholique avaient été suspendues en juin dernier par le gouvernement. Aussi, pour leur reprise, l'opposition avait posé, comme préalable, la libération de tous les nicaraguayens détenus pour délit d'opinion, le rétablissement de la liberté de presse, d'expression et de manifestation et, enfin, la présence de «garants internationaux» comme l'Organisation des Etats Américains (OEA) et l'ONU.
La première rencontre de ce mercredi à laquelle prirent part six représentants du gouvernement du Président Ortega et six autres agissant au nom de l'opposition en présence du cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua en tant que médiateur, a eu pour but de trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays.
Au cours de cette séance de travail qui a duré près de sept heures d'après Monseigneur Stanislaw Waldemar Sommertag, le nonce apostolique (l'ambassadeur du Vatican) à Managua, les deux parties se sont attelés à définir «la feuille de route» des négociations et sont parvenues à s'entendre «sur neuf points sur douze»; ce que l'ex-guérillera sandiniste Dora Maria Tellez trouve «normal» dès lors que Daniel Ortega s'est assis à la table des négociations «avec la corde au cou».
Et si, nonobstant le dialogue en cours, l'opposition qui accuse l'ancien guérillero, aujourd'hui âgé de 73 ans, d'avoir instauré une dictature réclame toujours son départ et la convocation de nouvelles élections, Daniel Ortega soucieux de briser son isolement et de se maintenir à la présidence jusqu'en 2021, dénonce, pour sa part, une tentative de putsch soutenue par l'Eglise et par la Maison Blanche. De quoi donc demain sera-t-il fait à Managua si les jours d'Ortega sont vraiment «comptés» comme il le semble ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.