Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nicaragua: Dialogue entre Ortega et l'opposition
Publié dans Albayane le 03 - 03 - 2019

Le 20 Février dernier, John Bolton, le conseiller américain à la sécurité, avait déclaré que les jours de Daniel Ortega, le président du Nicaragua, «étaient comptés». Des mots similaires avaient été dits, également, à propos de Maduro au Venezuela et de Miguel Diaz-Canuel, l'actuel «président des Conseils d'Etat et des ministres» de Cuba ; trois pays considérés par Washington comme constituant la «troïka de la tyrannie.
Autant dire que la Maison Blanche tient, aujourd'hui plus que jamais, à faire jouer sa fameuse «Doctrine Monroe» afin de chasser du pouvoir, tous les chefs d'Etat qui, sur le continent américain «osent» encore défier l'Oncle Sam et se réclamer du socialisme.
Bousculé par Washington, le président nicaraguayen a rencontré une délégation de l'Organisation des Etats américains et des représentants de l'organisation patronale nicaraguayenne et annoncé, dès le 21 Février, une reprise du dialogue avec l'opposition afin de redresser une économie bien mal en point car si, en 2018 le PIB avait reculé de 4% et que plus de 300.000 emplois avaient été perdus, la situation risque d'empirer.
Azahalea Solis, membre suppléante de la délégation d'opposition, dira, à ce titre, que le président Ortega «a accepté de reprendre le dialogue parce que la résistance civile continue fermement, à cause de son isolement international et de la situation (de crise) au Venezuela et, enfin, parce que l'économie est en chute libre».
Aussi, quelques heures à peine avant que ne débutent, ce mercredi 27 Février, sur un campus universitaire situé au sud de Managua, les discussions entre le gouvernement et l'Alliance civique pour la justice et la démocratie qui regroupe des syndicats, des organisations de la société civile, des entreprises et des étudiants, un communiqué du ministère de l'Intérieur a annoncé la libération d'une centaine de détenus.
Or, cet élargissement n'a concerné que de petits «contestataires» dans la mesure où aucun leader de l'opposition n'a bénéficié de cette mesure et que mercredi soir près de 670 opposants étaient encore sous les verrous d'après les décomptes de certaines organisation de défense des droits de l'homme.
Pour rappel, les discussions qui avaient eu lieu sous la supervision de l'Eglise catholique avaient été suspendues en juin dernier par le gouvernement. Aussi, pour leur reprise, l'opposition avait posé, comme préalable, la libération de tous les nicaraguayens détenus pour délit d'opinion, le rétablissement de la liberté de presse, d'expression et de manifestation et, enfin, la présence de «garants internationaux» comme l'Organisation des Etats Américains (OEA) et l'ONU.
La première rencontre de ce mercredi à laquelle prirent part six représentants du gouvernement du Président Ortega et six autres agissant au nom de l'opposition en présence du cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua en tant que médiateur, a eu pour but de trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays.
Au cours de cette séance de travail qui a duré près de sept heures d'après Monseigneur Stanislaw Waldemar Sommertag, le nonce apostolique (l'ambassadeur du Vatican) à Managua, les deux parties se sont attelés à définir «la feuille de route» des négociations et sont parvenues à s'entendre «sur neuf points sur douze»; ce que l'ex-guérillera sandiniste Dora Maria Tellez trouve «normal» dès lors que Daniel Ortega s'est assis à la table des négociations «avec la corde au cou».
Et si, nonobstant le dialogue en cours, l'opposition qui accuse l'ancien guérillero, aujourd'hui âgé de 73 ans, d'avoir instauré une dictature réclame toujours son départ et la convocation de nouvelles élections, Daniel Ortega soucieux de briser son isolement et de se maintenir à la présidence jusqu'en 2021, dénonce, pour sa part, une tentative de putsch soutenue par l'Eglise et par la Maison Blanche. De quoi donc demain sera-t-il fait à Managua si les jours d'Ortega sont vraiment «comptés» comme il le semble ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.