L'UIR renforce sa coopération avec l'université des sciences juridiques et politiques de Bamako    Ministre des Affaires étrangères du Cap-Vert : Nous soutenons l'entrée du Maroc au Cedeao    Fathallah Sijilmassi présente son dernier ouvrage à Bruxelles    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Après la défaite face à la Mauritanie, Halilhodzic commente...    Les régions montagneuses se préparent à lutter contre les effets du froid    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Le Maroc signe la Convention révisée sur la reconnaissance des diplômes et autres titres de l'enseignement supérieur    AFRIQUIA met à la disposition du Hassania 50 autocars pour assister à cette finale de la coupe du Trône    Concurrence: Comment s'adapter aux mutations du marché    Sommet des BRICS La guerre commerciale fait encore parler d'elle    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Derby Casablanca : Le Wydad procédera à la vente des billets en ligne    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    La vérité sur "l'échange de coups de feu" à Tanger    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    Présentation du nouveau staff technique du Raja    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    Le Maroc et les Maldives signent 4 accords de coopération bilatérale    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Forum des ministres de la culture à Paris    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Chili. 30 ans après, la Constitution de Pinochet va être révisée    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Rabat lance son nouveau mode de transport urbain «Tram'Bus»    Forum d'affaires Nigeria-Maroc : L'importance de la coopération Sud-Sud en agriculture mise en exergue    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nicaragua: Dialogue entre Ortega et l'opposition
Publié dans Albayane le 03 - 03 - 2019

Le 20 Février dernier, John Bolton, le conseiller américain à la sécurité, avait déclaré que les jours de Daniel Ortega, le président du Nicaragua, «étaient comptés». Des mots similaires avaient été dits, également, à propos de Maduro au Venezuela et de Miguel Diaz-Canuel, l'actuel «président des Conseils d'Etat et des ministres» de Cuba ; trois pays considérés par Washington comme constituant la «troïka de la tyrannie.
Autant dire que la Maison Blanche tient, aujourd'hui plus que jamais, à faire jouer sa fameuse «Doctrine Monroe» afin de chasser du pouvoir, tous les chefs d'Etat qui, sur le continent américain «osent» encore défier l'Oncle Sam et se réclamer du socialisme.
Bousculé par Washington, le président nicaraguayen a rencontré une délégation de l'Organisation des Etats américains et des représentants de l'organisation patronale nicaraguayenne et annoncé, dès le 21 Février, une reprise du dialogue avec l'opposition afin de redresser une économie bien mal en point car si, en 2018 le PIB avait reculé de 4% et que plus de 300.000 emplois avaient été perdus, la situation risque d'empirer.
Azahalea Solis, membre suppléante de la délégation d'opposition, dira, à ce titre, que le président Ortega «a accepté de reprendre le dialogue parce que la résistance civile continue fermement, à cause de son isolement international et de la situation (de crise) au Venezuela et, enfin, parce que l'économie est en chute libre».
Aussi, quelques heures à peine avant que ne débutent, ce mercredi 27 Février, sur un campus universitaire situé au sud de Managua, les discussions entre le gouvernement et l'Alliance civique pour la justice et la démocratie qui regroupe des syndicats, des organisations de la société civile, des entreprises et des étudiants, un communiqué du ministère de l'Intérieur a annoncé la libération d'une centaine de détenus.
Or, cet élargissement n'a concerné que de petits «contestataires» dans la mesure où aucun leader de l'opposition n'a bénéficié de cette mesure et que mercredi soir près de 670 opposants étaient encore sous les verrous d'après les décomptes de certaines organisation de défense des droits de l'homme.
Pour rappel, les discussions qui avaient eu lieu sous la supervision de l'Eglise catholique avaient été suspendues en juin dernier par le gouvernement. Aussi, pour leur reprise, l'opposition avait posé, comme préalable, la libération de tous les nicaraguayens détenus pour délit d'opinion, le rétablissement de la liberté de presse, d'expression et de manifestation et, enfin, la présence de «garants internationaux» comme l'Organisation des Etats Américains (OEA) et l'ONU.
La première rencontre de ce mercredi à laquelle prirent part six représentants du gouvernement du Président Ortega et six autres agissant au nom de l'opposition en présence du cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua en tant que médiateur, a eu pour but de trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays.
Au cours de cette séance de travail qui a duré près de sept heures d'après Monseigneur Stanislaw Waldemar Sommertag, le nonce apostolique (l'ambassadeur du Vatican) à Managua, les deux parties se sont attelés à définir «la feuille de route» des négociations et sont parvenues à s'entendre «sur neuf points sur douze»; ce que l'ex-guérillera sandiniste Dora Maria Tellez trouve «normal» dès lors que Daniel Ortega s'est assis à la table des négociations «avec la corde au cou».
Et si, nonobstant le dialogue en cours, l'opposition qui accuse l'ancien guérillero, aujourd'hui âgé de 73 ans, d'avoir instauré une dictature réclame toujours son départ et la convocation de nouvelles élections, Daniel Ortega soucieux de briser son isolement et de se maintenir à la présidence jusqu'en 2021, dénonce, pour sa part, une tentative de putsch soutenue par l'Eglise et par la Maison Blanche. De quoi donc demain sera-t-il fait à Managua si les jours d'Ortega sont vraiment «comptés» comme il le semble ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.