Drame de Melilla : Le PPS veut porter l'affaire au Parlement    USA: Face à un manque criant d'effectifs, des compagnies aériennes annulent près de 700 vols    Mellilia ou l'horreur du Hrig violent    Casablanca : 1er Forum africain du théâtre social    Algérie: deux morts dans des feux de forêt    Technologie GPON : ce qu'il faut savoir…    Covid-19: 715 nouveaux cas et 03 décès en 24H    Aéronautique : Spirit AeroSystems lance au Maroc la production des composants de fuselage    « Roh El Mellah », le savoir faire juif transmis aux artisans    Le gouvernement belge appelé à «s'engager davantage» sur la question du Sahara    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    African Lion 2022: une haute délégation maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    L'ONEE au cœur du développement des provinces du sud    Melilla : Le CNDH crée une mission d'information à Nador et environs    Affaire Fadel Breica contre Brahim Ghali : Le juge de l'Audience nationale rejette la demande loufoque de Ghali concernant ce qu'il nomme « un plan marocain pour « faire pression » sur l'Espagne », car sans preuve judiciaire    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Contrôle de l'immigration illégale : Sanchez salue les efforts déployés par le Maroc    Jeux Méditerranéens - Foot / Maroc-France (0-1) : Les Marocains battus sur un penalty en attendant l'Algérie ce mardi    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Oran. Des boxeurs croates victimes d'intoxication alimentaire    Allemagne/aéroports: des travailleurs étrangers pour pallier la pénurie de mains-d'œuvre    Maroc : Mise en échec d'une opération collective d'immigration près de la clôture de Ceuta    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Affaire Brahim Saadoun : Le père appelle le gouvernement à intervenir et se confie sur les croyances religieuses de son fils    Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Le cri d'alerte de la société civile    Rapport : La baignade déconseillée sur 23 plages au Maroc    Centre national de l'arganier: Sadiki donne le premier coup de pioche    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    Marathon de pétanque de Casablanca: Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    Botola: résultats complets et classement (28ème journée)    Classement mondial futsal : le Maroc se hisse à la 10e place (VIDEO)    Baccalauréat : 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude (DGSN)    BAM: Les exportations de la construction automobile prévues à 52,6 MMDH en 2022    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    Drame migratoire : Accusé par l'Algérie et le Polisario, le Maroc communique avec des ambassades africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nicaragua: Dialogue entre Ortega et l'opposition
Publié dans Albayane le 03 - 03 - 2019

Le 20 Février dernier, John Bolton, le conseiller américain à la sécurité, avait déclaré que les jours de Daniel Ortega, le président du Nicaragua, «étaient comptés». Des mots similaires avaient été dits, également, à propos de Maduro au Venezuela et de Miguel Diaz-Canuel, l'actuel «président des Conseils d'Etat et des ministres» de Cuba ; trois pays considérés par Washington comme constituant la «troïka de la tyrannie.
Autant dire que la Maison Blanche tient, aujourd'hui plus que jamais, à faire jouer sa fameuse «Doctrine Monroe» afin de chasser du pouvoir, tous les chefs d'Etat qui, sur le continent américain «osent» encore défier l'Oncle Sam et se réclamer du socialisme.
Bousculé par Washington, le président nicaraguayen a rencontré une délégation de l'Organisation des Etats américains et des représentants de l'organisation patronale nicaraguayenne et annoncé, dès le 21 Février, une reprise du dialogue avec l'opposition afin de redresser une économie bien mal en point car si, en 2018 le PIB avait reculé de 4% et que plus de 300.000 emplois avaient été perdus, la situation risque d'empirer.
Azahalea Solis, membre suppléante de la délégation d'opposition, dira, à ce titre, que le président Ortega «a accepté de reprendre le dialogue parce que la résistance civile continue fermement, à cause de son isolement international et de la situation (de crise) au Venezuela et, enfin, parce que l'économie est en chute libre».
Aussi, quelques heures à peine avant que ne débutent, ce mercredi 27 Février, sur un campus universitaire situé au sud de Managua, les discussions entre le gouvernement et l'Alliance civique pour la justice et la démocratie qui regroupe des syndicats, des organisations de la société civile, des entreprises et des étudiants, un communiqué du ministère de l'Intérieur a annoncé la libération d'une centaine de détenus.
Or, cet élargissement n'a concerné que de petits «contestataires» dans la mesure où aucun leader de l'opposition n'a bénéficié de cette mesure et que mercredi soir près de 670 opposants étaient encore sous les verrous d'après les décomptes de certaines organisation de défense des droits de l'homme.
Pour rappel, les discussions qui avaient eu lieu sous la supervision de l'Eglise catholique avaient été suspendues en juin dernier par le gouvernement. Aussi, pour leur reprise, l'opposition avait posé, comme préalable, la libération de tous les nicaraguayens détenus pour délit d'opinion, le rétablissement de la liberté de presse, d'expression et de manifestation et, enfin, la présence de «garants internationaux» comme l'Organisation des Etats Américains (OEA) et l'ONU.
La première rencontre de ce mercredi à laquelle prirent part six représentants du gouvernement du Président Ortega et six autres agissant au nom de l'opposition en présence du cardinal Leopoldo Brenes, archevêque de Managua en tant que médiateur, a eu pour but de trouver une issue à la crise politique qui secoue le pays.
Au cours de cette séance de travail qui a duré près de sept heures d'après Monseigneur Stanislaw Waldemar Sommertag, le nonce apostolique (l'ambassadeur du Vatican) à Managua, les deux parties se sont attelés à définir «la feuille de route» des négociations et sont parvenues à s'entendre «sur neuf points sur douze»; ce que l'ex-guérillera sandiniste Dora Maria Tellez trouve «normal» dès lors que Daniel Ortega s'est assis à la table des négociations «avec la corde au cou».
Et si, nonobstant le dialogue en cours, l'opposition qui accuse l'ancien guérillero, aujourd'hui âgé de 73 ans, d'avoir instauré une dictature réclame toujours son départ et la convocation de nouvelles élections, Daniel Ortega soucieux de briser son isolement et de se maintenir à la présidence jusqu'en 2021, dénonce, pour sa part, une tentative de putsch soutenue par l'Eglise et par la Maison Blanche. De quoi donc demain sera-t-il fait à Managua si les jours d'Ortega sont vraiment «comptés» comme il le semble ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.