Arrestation d'un ressortissant bulgare à Marrakech, soupçonné de piratage de comptes bancaires    Le PDG d'Attijariwafa Bank reçu par le président ivoirien    Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme    Crise des tankers : l'Iran prévient Londres qu'il « protégera » le Golfe    Comment s'est porté le secteur bancaire en 2018?    Le groupe ODM se renforce    Invité en Israël, un blogueur saoudien lynché par des Palestiniens    Vidéo. Lekjaâ menace les clubs marocains!    Lancement officiel du cadre national de la certification    La Banque Populaire accompagne le secteur de la chimie et de la parachimie    Agadir/tourisme. Aïd Al Adha pénalise la destination    Mercato : Mohcine Yajour au club saoudien Damak    Festival du cinéma de Taza : Abdelwahab Doukkali enchante le public    Le festival «Florilège culturel» couronné par la célébration de la Fête du Trône    Najat Aatabou star du 3ème festival Ajdir Izouran    Régions : la FCS déploie des formations certifiantes au profit des entreprises    Taounate: Benabdallah appelle une répartition spatiale équitable de la richesse    Le bachelor allégera-t-il la capacité d'accueil des facultés de droit ?    73e anniversaire de la présentation par le PCM du Manifeste de l'Indépendance    IAM: un bon premier semestre porté par le marché marocain    La Corée du Sud annonce des tirs de semonce contre un appareil russe    Le président sénégalais a offert des passeports diplomatiques aux joueurs    Tanger : 20 personnes blessées lors d'un incident de manège    Le Bureau politique du PPS félicite Fatima Chaabi et Mahtat Rekkas    Réunion jeudi du Conseil de gouvernement : Les perspectives d'élaboration de la loi de Finances 2020 au menu    Championnat du Malawi : Une «poule» pour le meilleur joueur!    Moscou: 20.000 manifestants réclament des élections «libres»    Averses orageuses et canicule dans plusieurs provinces du Royaume    Des propositions pratiques pour les droits de tous les enfants : L'ONDE coordonne ses efforts avec un réseau national    Presse. Des assises nationales en vue    Education : La Chambre des représentants adopte le projet de loi-cadre    Développement régional : Un coût total de 411 MMDH, selon El Othmani    Dora Maar: Une beauté qui en avait dans l'œil    Production cinématographique et audiovisuelle. Un "vrai" cadre juridique en gestation    Edito : La voie de la dignité    Lekjaa confirme la démission de Renard et promet du changement    Abdeslam Ahizoune réélu président de la FRMA    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Oxfam monte au créneau    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Femme et médias au Maghreb, où en sommes-nous?
Publié dans Albayane le 08 - 03 - 2019

Dans les pays du Maghreb, les femmes sont souvent moins présentes et mal présentés dans les différents supports médiatiques qui continuent à insister de plus en plus sur les stéréotypes et sur les différenciations stéréotypées du genre.
L'inégalité hommes-femmes est toujours présente dans les médias des pays du Maghreb, elle se concrétise principalement par le fait que les femmes sont beaucoup moins présentes par rapport aux hommes dans le contenu médiatique produit par les différents médias et que le point de vue féminin est souvent marginalisé.
Les médias ont le pouvoir d'influencer fortement la perception de leur public vis-à-vis des deux sexes et de façonner l'identité sexuelle et la construction sociale du genre. Mais pour que leurs productions soient facilement et rapidement reçues et assimilées par un large public, ils font toujours appel à l'imaginaire collectif et à des codes culturels communs et faciles à décoder par les téléspectateurs.
Les médias des pays du Maghreb n'échappent pas à cette loi d‘attraction, ce qui explique la représentation stéréotypée et réduite des femmes dans ces médias. Des femmes qui sont des victimes d'une violence pratiquée par les hommes, qui cherchent tout le temps à satisfaire les besoins de leurs maris, qui s'occupent seules des tâches ménagères, ou bien qui sont hypersexualisées dans les publicités. Au Maghreb, Les productions médiatiques continuent à s'inspirer du référentiel arabo-musulman afin de capter l'attention de leur auditoire, ce qui fait que l'image de la femme se trouve coincée entre un référentiel religieux et une construction sociale solide dominée par une culture inégalitaire homme-femme. Un point qui rend difficile le fait de recadrer la problématique de l'égalité entre les sexes dans une société où le discours islamiste est fortement présent, où La culture inégalitaire est dominante et où les contenus médiatiques renforcent les stéréotypes.
Dans le traitement de l'actualité, le point de vue féminin est souvent considéré comme incapable de confirmer, de commenter ou de nuancer une information fait moins l'objet de traitement spécifique et l'image des femmes qui est véhiculée est, le plus souvent, stéréotypée et réductrice. Selon Sahbi Ben Nablia, expert en communication et médias arabes, l 'opinion de la femme en tant que source d'information reste marginalisée et sa voix est réduite. La femme ne figure dans les nouvelles qu'à condition d'être une victime ou bien témoin impliquée directement dans la nouvelle. Elle n'est pas interviewée en tant qu'experte ou bien une source d'information. Le traitement de l'image de la femme dans les médias maghrébins reste donc discriminatoire, dégradant et offensant à son égard. Sa représentation est souvent limitée au rôle maternel et familial. Ils interviennent souvent dans des sujets en relation avec la maternité, la santé, la famille, le bien-être, et rarement dans les débats politiques, l'analyse économique ou bien les sujets scientifiques.
Ainsi, certaines catégories de femmes reçoivent un traitement spécifique et les médias ne leur donnent pas un grand intérêt, ce sont les femmes âgées, les femmes appartenant à des groupes ethniques et religieux minoritaires, les femmes de la classe ouvrière, les femmes rurales et les femmes ayant une autre orientation sexuelle.
Ainsi, dans la publicité les femmes sont très présentes mais en tant qu'illustration ou bien en tant qu'instrument de séduction et des objets de désir où elles se montrent passives et dans des positions inconfortables, contrairement aux hommes qui sont représentés comme actifs ou occupant un poste de décision et une position de pouvoir.
D'ailleurs, Sahbi Ben Nablia affirme que‘‘ Les messages publicitaires renforcent ainsi les inégalités entre les sexes et consolident les stéréotypes ancrés dans les mentalités. Dans la publicité, les femmes sont victimes du sexisme, elles sont représentées dans des rôles traditionnels ou comme de purs objets de désir et de séduction. Leurs capacités intellectuelles sont niées et leurs qualités réduites à des attributs physiques''. ‘‘Les femmes sont hyper-sexualisées dans la publicité. Elles sont des top-modèles à l'allure impeccable. Les femmes ordinaires menant une vie équilibrée et aux multiples centres d'intérêt ne sont guère représentées dans la publicité'', ajoute-t-il.
La publicité véhicule, donc, une image négative de la femme qui porte atteinte à sa dignité tout en ignorant ses compétences réelles. Cependant, l'appel au développement d'une culture médiatique égalitaire et globale envers la dignité des femmes est devenu une nécessité et les différents intervenants dans le secteur de la communication et les médias maghrébins sont, donc, invités à repenser la représentation de la femme et le traitement de son image dans leurs productions et à adopter une approche genre dans leurs produits médiatiques.
Le travail des médias dans ce sens a commencé depuis plusieurs années. Le programme d'Action de Beijing élaboré en 1995 lors de la Quatrième Conférence Mondiale des Nations Unies sur les Femmes est devenu la feuille de route et la référence en la matière.
De ce fait, la représentation égalitaire des genres dans les médias et l'amélioration de l'image de la femme est devenue un enjeu de taille pour les médias maghrébins. Au Maroc, la Charte Nationale pour l'Amélioration de l'Image de la Femme dans les médias publiée en 2005, la Déclaration de Rabat sur l'égalité entre les hommes et les femmes journalistes au Maghreb et l'engagement politique, économique et social ainsi que l'élaboration de politiques et de textes de lois visant une promotion réelle de la culture de l'égalité, sont les meilleurs exemples. Aussi, Il est important de rappeler que le Maroc est le premier pays au Maghreb et dans le monde arabe à disposer d'une telle charte qui dénonce la représentation médiatique de la femme qui renvoie à une image stéréotypée de : la femme traditionnelle, la femme guidée, la femme superficielle et la femme victime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.