Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    L'opération du 15 juillet ne signifie pas la réouverture des frontières (Bourita)    Maroc : l'état d'urgence sanitaire prolongé d'un mois    Il a été adopté en Conseil de gouvernement : Un nouveau texte pour réinventer la CCG    Maroc: l'état d'urgence sanitaire prolongé pour la 4ème fois    Coronavirus : le groupe Bio-Rad accélère la production de son test sérologique    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    Ecriture jubilatoire    Les parlementaires du PPS rejettent de manière catégorique toute tentative de nuire aux intérêts du Maroc    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Liga: Le Barça enfonce l'Espagnol    Le Real Madrid met Jovic en vente    Arsenal écarte Matteo Guendouzi !    Benabdallah: «renforcer la confiance des citoyens lors des prochaines élections»    Coronavirus: des pertes de plus de 240 MDH pour la presse marocaine (CNP)    Capitalisation boursière: les investisseurs étrangers détiennent une part de 31,94% à fin 2019    BAC 2020 : Le Prince Héritier Moulay El Hassan sous le signe de l'excellence    Fès: une femme porteuse du Covid-19 accouche d'un bébé sain    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    L'écriture pour quoi faire!    FNM: une programmation résolument marocaine pour la reprise    Transition énergétique : le Maroc doit revoir sa copie    La RAM met en place un programme de vols spéciaux    Ligue des champions : Le Cameroun toujours favori pour abriter les demi-finales et la finale    De nouveaux jalons pour l'écriture poétique proposés par Salah Boussrif    FII : le ministère de l'Economie met en place le « Plan d'urgence Covid-19 »    Détournement de l'aide par le polisario et l'Algérie: le Parlement européen dépose un projet de résolution    La confiance des ménages atteint son niveau le plus bas depuis 2008 (HCP)    Covid-19 au Maroc: voici la région la plus touchée    Une résolution du Parlement européen pour dénoncer le détournement de l'aide humanitaire par l'Algérie et le polisario    Camps de Tindouf : L'Algérie responsable du détournement d'aides    Situation en Libye: le Maroc s'inquiète    PLFR-2020: ce qu'il faut retenir de la présentation de Mohamed Benchaâboun    Driss Lachguar se réunit avec les membres du Front national pour la sauvegarde de la Samir    Le stress test de BAM confirme la résilience des banques au choc induit par la crise liée à la pandémie    Réunion du Bureau politique    Côte d'Ivoire : mort du premier ministre et candidat à la présidentielle Amadou Gon Coulibaly    Pour Tom Hanks, son nouveau film de guerre peut servir de leçon face au coronavirus    "Des peurs et des hommes, sous l'influence du covid-19", nouvel essai qui identifie les réponses psychologiques face à la pandémie    Une série d'activité culturelle et artistique à Assilah    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Zouhair Feddal tout proche du Sporting Lisbonne    Chelsea chasse Leicester du podium    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    US Round Up du mercredi 8 juillet – PPP, Banques, Eglises, Texas, Harry et William    Casablanca: incendie spectaculaire dans une décharge (VIDEO)    Loubna Abidar critiquée par un avocat égyptien (VIDEO)    Joe Biden promet que les États-Unis réintégreront l'OMS s'il est élu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Femme et médias au Maghreb, où en sommes-nous?
Publié dans Albayane le 08 - 03 - 2019

Dans les pays du Maghreb, les femmes sont souvent moins présentes et mal présentés dans les différents supports médiatiques qui continuent à insister de plus en plus sur les stéréotypes et sur les différenciations stéréotypées du genre.
L'inégalité hommes-femmes est toujours présente dans les médias des pays du Maghreb, elle se concrétise principalement par le fait que les femmes sont beaucoup moins présentes par rapport aux hommes dans le contenu médiatique produit par les différents médias et que le point de vue féminin est souvent marginalisé.
Les médias ont le pouvoir d'influencer fortement la perception de leur public vis-à-vis des deux sexes et de façonner l'identité sexuelle et la construction sociale du genre. Mais pour que leurs productions soient facilement et rapidement reçues et assimilées par un large public, ils font toujours appel à l'imaginaire collectif et à des codes culturels communs et faciles à décoder par les téléspectateurs.
Les médias des pays du Maghreb n'échappent pas à cette loi d‘attraction, ce qui explique la représentation stéréotypée et réduite des femmes dans ces médias. Des femmes qui sont des victimes d'une violence pratiquée par les hommes, qui cherchent tout le temps à satisfaire les besoins de leurs maris, qui s'occupent seules des tâches ménagères, ou bien qui sont hypersexualisées dans les publicités. Au Maghreb, Les productions médiatiques continuent à s'inspirer du référentiel arabo-musulman afin de capter l'attention de leur auditoire, ce qui fait que l'image de la femme se trouve coincée entre un référentiel religieux et une construction sociale solide dominée par une culture inégalitaire homme-femme. Un point qui rend difficile le fait de recadrer la problématique de l'égalité entre les sexes dans une société où le discours islamiste est fortement présent, où La culture inégalitaire est dominante et où les contenus médiatiques renforcent les stéréotypes.
Dans le traitement de l'actualité, le point de vue féminin est souvent considéré comme incapable de confirmer, de commenter ou de nuancer une information fait moins l'objet de traitement spécifique et l'image des femmes qui est véhiculée est, le plus souvent, stéréotypée et réductrice. Selon Sahbi Ben Nablia, expert en communication et médias arabes, l 'opinion de la femme en tant que source d'information reste marginalisée et sa voix est réduite. La femme ne figure dans les nouvelles qu'à condition d'être une victime ou bien témoin impliquée directement dans la nouvelle. Elle n'est pas interviewée en tant qu'experte ou bien une source d'information. Le traitement de l'image de la femme dans les médias maghrébins reste donc discriminatoire, dégradant et offensant à son égard. Sa représentation est souvent limitée au rôle maternel et familial. Ils interviennent souvent dans des sujets en relation avec la maternité, la santé, la famille, le bien-être, et rarement dans les débats politiques, l'analyse économique ou bien les sujets scientifiques.
Ainsi, certaines catégories de femmes reçoivent un traitement spécifique et les médias ne leur donnent pas un grand intérêt, ce sont les femmes âgées, les femmes appartenant à des groupes ethniques et religieux minoritaires, les femmes de la classe ouvrière, les femmes rurales et les femmes ayant une autre orientation sexuelle.
Ainsi, dans la publicité les femmes sont très présentes mais en tant qu'illustration ou bien en tant qu'instrument de séduction et des objets de désir où elles se montrent passives et dans des positions inconfortables, contrairement aux hommes qui sont représentés comme actifs ou occupant un poste de décision et une position de pouvoir.
D'ailleurs, Sahbi Ben Nablia affirme que‘‘ Les messages publicitaires renforcent ainsi les inégalités entre les sexes et consolident les stéréotypes ancrés dans les mentalités. Dans la publicité, les femmes sont victimes du sexisme, elles sont représentées dans des rôles traditionnels ou comme de purs objets de désir et de séduction. Leurs capacités intellectuelles sont niées et leurs qualités réduites à des attributs physiques''. ‘‘Les femmes sont hyper-sexualisées dans la publicité. Elles sont des top-modèles à l'allure impeccable. Les femmes ordinaires menant une vie équilibrée et aux multiples centres d'intérêt ne sont guère représentées dans la publicité'', ajoute-t-il.
La publicité véhicule, donc, une image négative de la femme qui porte atteinte à sa dignité tout en ignorant ses compétences réelles. Cependant, l'appel au développement d'une culture médiatique égalitaire et globale envers la dignité des femmes est devenu une nécessité et les différents intervenants dans le secteur de la communication et les médias maghrébins sont, donc, invités à repenser la représentation de la femme et le traitement de son image dans leurs productions et à adopter une approche genre dans leurs produits médiatiques.
Le travail des médias dans ce sens a commencé depuis plusieurs années. Le programme d'Action de Beijing élaboré en 1995 lors de la Quatrième Conférence Mondiale des Nations Unies sur les Femmes est devenu la feuille de route et la référence en la matière.
De ce fait, la représentation égalitaire des genres dans les médias et l'amélioration de l'image de la femme est devenue un enjeu de taille pour les médias maghrébins. Au Maroc, la Charte Nationale pour l'Amélioration de l'Image de la Femme dans les médias publiée en 2005, la Déclaration de Rabat sur l'égalité entre les hommes et les femmes journalistes au Maghreb et l'engagement politique, économique et social ainsi que l'élaboration de politiques et de textes de lois visant une promotion réelle de la culture de l'égalité, sont les meilleurs exemples. Aussi, Il est important de rappeler que le Maroc est le premier pays au Maghreb et dans le monde arabe à disposer d'une telle charte qui dénonce la représentation médiatique de la femme qui renvoie à une image stéréotypée de : la femme traditionnelle, la femme guidée, la femme superficielle et la femme victime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.