«La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Fondation Attijariwafa bank: Intelligence Artificielle, les algorithmes ont-ils toujours raison ?    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport final de l'enquête russe    En Libye, les combats font rage aussi sur les réseaux sociaux    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Couverture santé Universelle: Un défi que le Maroc relèvera    L'allaitement maternel, «un premier pas pour la prévention de l'obésité»    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    SIAM2019. Le GCAM et l'AFD actent une ligne de crédit axée sur l'agriculture durable    SIAM 2019, une édition bilan de 10 années de révolution agricole    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    L'identité plurielle assumée    SIAM 2019, opportunité en or pour la coopération agricole intra-Afrique    Dur des portugaises!    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    Ambiances Soul et Disco-Funk à la 14e édition de Jazzablanca    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Rude épreuve soussie pour le Wydad    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Le Pays basque, locomotive industrielle d'une Espagne fragile    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Ligue des champions. Eliminée, la Juventus Turin chute de plus de 20% en Bourse    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Des scientifiques implantent à des singes un gène du cerveau humain    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nabil Benabdallah reçoit Nabil Chaath au siège du PPS
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2019

Replacer la cause palestinienne sur le devant de la scène
La cause palestinienne a été au cœur des échanges tenus, jeudi dernier, entre Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS et Nabil Chaath, conseiller du président palestinien au siège du PPS à Rabat. Cette rencontre est intervenue à quelques jours du sommet arabe, au cours duquel la question palestinienne sera de nouveau débattue.
L'occasion pour le patron du PPS, accompagné de Abderrahim Bansar et Karim Taj, membres du bureau politique, de rassurer le responsable palestinien sur la position marocaine. Selon lui, «la naturalisation des relations avec Israël ne figure pas sur l'agenda politique du Maroc». Benadabdellah assure que cette question est tranchée compte tenu des convictions du souverain et de l'ensemble du peuple marocain. Si la position du Maroc est claire, celle des autres pays arabes continue de susciter les craintes des responsables palestiniens. Benabdallah s'est montré rassurant, affirmant que les pays arabes ceux du Moyen-Orient, ne peuvent pas ouvrir la voie à la naturalisation, du moins de manière officielle.
C'est d'ailleurs l'ambition affichée par Nabil Chaath qui a appelé les pays arabes à reconsidérer leurs rapports avec Israël. «Nous leur demandons pas de lutter contre Israël, mais de s'opposer uniquement à la naturalisation», a-t-il dit tout en rappelant que les Palestiniens ne revendiquent pas la destruction d'Israël, mais la fin de l'occupation et le rétablissement de la paix avec la reconnaissance d'un état palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, vivant côte à côte avec l'Etat d'Israël.
Outre cette question, la mobilisation de ressources financière en faveur du peuple palestinien a également été abordée lors de cette rencontre. Le conseiller du président palestinien a insisté sur la nécessité de renforcer l'appui financier en faveur de la Palestine. Il compte sur le prochain sommet arabe, qui se tiendra le 29 mars à Tunis, pour acter un nouvel appui financier. Les recettes dont dispose actuellement l'autorité palestinienne suffisent à peine pour couvrir les dépenses jusqu'à fin 2019, d'après Nabil Chaath.
La mobilisation de ressources est indispensable pour compenser les pertes causées par la fuite des recettes douanières au profit d'Israël. Sans oublier la décision des Etats-Unis d'annuler ses aides financières qui étaient destinés aux Palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. D'ailleurs, Nabil Chaath n'a pas manqué l'occasion pour dénoncer la position du président américain, Donald Trump sur le dossier palestinien. Il regrette la partialité de Trump dans le conflit israélo-palestinien. Le responsable palestinien conserve toutefois son optimisme. Pour lui, les tentatives du président américain de réduire à néant la cause palestinienne sont vouées à l'échec. Il dit également être conscient de la complexité de la situation dans le monde arabe, ce qui ne favorise pas l'installation d'une force commune à même de contrer la volonté d'Israël de détruire l'autorité palestinienne en partenariat avec l'administration américaine de Trump.
Nabil Benabdallah, qui a également exprimé ses regrets face aux attitudes hostiles, a insisté sur la nécessité de replacer la question palestinienne sur le devant de la scène. Car, pour Benabdallah, l'intérêt accordé à ce dossier n'est plus aussi vif qu'auparavant. En dépit de tout cela, «le peuple palestinien n'abandonnera pas sa résistance», affirme pour sa part Nabil Chaath qui considère que cette résilience n'est pas seulement politique, mais aussi démographique. Pour lui, la résistance démographique, laquelle se manifeste à travers la croissance de la population, est indispensable pour concrétiser la solution à deux Etats.
La situation de la gauche dans le monde a également été abordée par le secrétaire général du PPS et le conseiller du président palestinien. Dans la région arabe, la gauche s'effrite peu à peu par manque de visibilité. Benabdallah le dira clairement : «Aujourd'hui, nous ne savons plus qui appartient à la gauche», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.