«Positions et Propositions», nouveau recueil d'Abdeslam Seddiki    Le cri maghrébin!    Semaine dans le vert pour la bourse de Casablanca    Surveillance routière dans les zones à trafic intense : 139 agents assurent le contrôle routier à travers tout le Maroc    La sécurisation des voies ferrées est en marche    Contrôle et détection automatique : 552 nouveaux radars sur nos routes    Un levier important du nouveau modèle de développement escompté    Euromoney Awards 2019 : AWB « meilleure banque au Maroc » pour la 9è fois    L'heure de vérité pour l'Allemande von der Leyen au Parlement européen    Yemen : l'Arabie Saoudite isolée    Indonésie. Un fort séisme de magnitude 7,3 frappe les Moluques    Raid près de Tripoli : Rapatriement des dépouilles des victimes marocaines    Amende de 5 milliards de dollars pour Facebook    Avec des «si»    CAN 2019. Romain Saïss évoque un sentiment de "honte" après l'échec du Maroc    Les Fennecs prennent leur envol    Sport et politique : un mauvais mariage    Meeting de Monaco. Soufiane El Bakkali remporte l'épreuve du 3000 m steeple    Gares routières, ports, centres commerciaux : Le CNPAC prévoit une vaste opération de sensibilisation    Violence psychologique. Ce mal invivable des couples marocains    Baccalauréat 2019 : Plus de 253.000 candidats admis au total    Lancement de la plateforme nationale « Maroc Université Numérique » à Rabat    #CodeWahed : Plus de 10.000 automobilistes sensibilisés par Vivo Energy Maroc    David Elmoznino : une nostalgie joyeuse    Rapport du CESE: Défaut de Lecture au Maroc    Yahya Boudlal: le fils prodigue du théâtre national n'est plus    Firo 2019 : Hamid Bouchnak, Cheb Younes, Cheb Nasro et les autres    Procès Imlil : la défense demande une expertise psychologique    Livraison de missiles russes S-400 à la Turquie en dépit des mises en garde américaines    Importante participation marocaine au Sommet Pact for Impact    Création de l'Agence nationale d'évaluation et de garantie de la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique    Communication et modernisation de l'administration publique    Journée d'étude sur les terres soulaliyate et collectives    Du mental au physique, le tondeur de mouton se prépare comme de grands sportifs    Les stars qui vivent avec une maladie mentale : Kid Cudi    Appui financier de la Banque mondiale à l'éducation préscolaire au Maroc    La défense demande une expertise psychologique des accusés et la mère de l'une des victimes d'Imlil réclame la peine de mort    Sans l'Egypte, la fête est plus ouverte    La FIFA annonce des amendements majeurs à son code disciplinaire    Karim Adyel, premier juriste marocain nommé arbitre au TAS    Sylvie Pullès, l'accordéoniste qui règne sur le folklore et le musette    Bristol, tatouée Banksy    "Anna" Un thriller au féminin    Transfert d'un budget Santé pour un festival à Rabat. Balafrej questionne le chef de gouvernement    Bourita: nécessité d'un changement de paradigme fondé sur l'égalité    Les rythmes sénégalais et le jazz marocain enchantent le public    Le changement de croyance religieuse au cœur du nouvel ouvrage de Ayad Ablal    Enseignement: Les amendements de la loi-cadre bientôt votés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nabil Benabdallah reçoit Nabil Chaath au siège du PPS
Publié dans Albayane le 24 - 03 - 2019

Replacer la cause palestinienne sur le devant de la scène
La cause palestinienne a été au cœur des échanges tenus, jeudi dernier, entre Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS et Nabil Chaath, conseiller du président palestinien au siège du PPS à Rabat. Cette rencontre est intervenue à quelques jours du sommet arabe, au cours duquel la question palestinienne sera de nouveau débattue.
L'occasion pour le patron du PPS, accompagné de Abderrahim Bansar et Karim Taj, membres du bureau politique, de rassurer le responsable palestinien sur la position marocaine. Selon lui, «la naturalisation des relations avec Israël ne figure pas sur l'agenda politique du Maroc». Benadabdellah assure que cette question est tranchée compte tenu des convictions du souverain et de l'ensemble du peuple marocain. Si la position du Maroc est claire, celle des autres pays arabes continue de susciter les craintes des responsables palestiniens. Benabdallah s'est montré rassurant, affirmant que les pays arabes ceux du Moyen-Orient, ne peuvent pas ouvrir la voie à la naturalisation, du moins de manière officielle.
C'est d'ailleurs l'ambition affichée par Nabil Chaath qui a appelé les pays arabes à reconsidérer leurs rapports avec Israël. «Nous leur demandons pas de lutter contre Israël, mais de s'opposer uniquement à la naturalisation», a-t-il dit tout en rappelant que les Palestiniens ne revendiquent pas la destruction d'Israël, mais la fin de l'occupation et le rétablissement de la paix avec la reconnaissance d'un état palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, vivant côte à côte avec l'Etat d'Israël.
Outre cette question, la mobilisation de ressources financière en faveur du peuple palestinien a également été abordée lors de cette rencontre. Le conseiller du président palestinien a insisté sur la nécessité de renforcer l'appui financier en faveur de la Palestine. Il compte sur le prochain sommet arabe, qui se tiendra le 29 mars à Tunis, pour acter un nouvel appui financier. Les recettes dont dispose actuellement l'autorité palestinienne suffisent à peine pour couvrir les dépenses jusqu'à fin 2019, d'après Nabil Chaath.
La mobilisation de ressources est indispensable pour compenser les pertes causées par la fuite des recettes douanières au profit d'Israël. Sans oublier la décision des Etats-Unis d'annuler ses aides financières qui étaient destinés aux Palestiniens en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. D'ailleurs, Nabil Chaath n'a pas manqué l'occasion pour dénoncer la position du président américain, Donald Trump sur le dossier palestinien. Il regrette la partialité de Trump dans le conflit israélo-palestinien. Le responsable palestinien conserve toutefois son optimisme. Pour lui, les tentatives du président américain de réduire à néant la cause palestinienne sont vouées à l'échec. Il dit également être conscient de la complexité de la situation dans le monde arabe, ce qui ne favorise pas l'installation d'une force commune à même de contrer la volonté d'Israël de détruire l'autorité palestinienne en partenariat avec l'administration américaine de Trump.
Nabil Benabdallah, qui a également exprimé ses regrets face aux attitudes hostiles, a insisté sur la nécessité de replacer la question palestinienne sur le devant de la scène. Car, pour Benabdallah, l'intérêt accordé à ce dossier n'est plus aussi vif qu'auparavant. En dépit de tout cela, «le peuple palestinien n'abandonnera pas sa résistance», affirme pour sa part Nabil Chaath qui considère que cette résilience n'est pas seulement politique, mais aussi démographique. Pour lui, la résistance démographique, laquelle se manifeste à travers la croissance de la population, est indispensable pour concrétiser la solution à deux Etats.
La situation de la gauche dans le monde a également été abordée par le secrétaire général du PPS et le conseiller du président palestinien. Dans la région arabe, la gauche s'effrite peu à peu par manque de visibilité. Benabdallah le dira clairement : «Aujourd'hui, nous ne savons plus qui appartient à la gauche», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.