Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le film est touchant parce qu'il brise tous les clichés»
Publié dans Albayane le 21 - 04 - 2019

Latefa Ahrrare, réalisatrice du documentaire «Tharbat'N'Wadoo»
Doucement mais sûrement, l'actrice et comédienne Latefa Ahrrare a suivi son rêve d'enfance jusqu'au bout: devenir réalisatrice. Chose promise, chose due! En effet « Tharbat'N'Wadoo » (fille du vent) est l'intitulé de son nouveau documentaire retraçant l'histoire d'une adolescente de 12 ans issue de la ville de Oulmès rêvant devenir la « Maestra » d'une troupe d'Ahidous mixte. Ce rêve a accompagné et habité la réalisatrice. Il faut le dire, il y a un peu de Latefa dans ce film. En outre, « Tharbat'N'Wadoo » a décroché le prix Idder Yehya du meilleur court-métrage du Festival international du film amazigh Issni'N'Ourg (FINIFA) à Agadir le 9 avril 2019.
Al bayane: « Tharbat'N'Wadoo » (fille du vent) est votre nouveau documentaire primé dernièrement au FINIFA. Comment êtes vous tombés sur cette histoire originelle?
Latefa Ahrrare: Le film est touchant parce qu'il brise tous les clichés. C'est un film que j'ai réalisé dans le cadre de mon Master Cinéma Documentaire à la Faculté des lettres et des Sciences Humaines de Tétouan. On avait comme thématique la musique. En effet pour parler de la musique, il fallait voir l'angle d'attaque. Pour Ahidous, il fait partie de mon identité. Alors j'ai découvert cette fille via face book, et par la suite j'ai commencé à la suivre et la voir. J'ai cherché ses cordonnées, je les ai eu, je l'ai appelée, je suis allée chez elle à Oulmès. J'ai vécu un moment avec elle, avec sa famille et son maître. C'est comme ça que l'idée est née du film » fille du vent « . C'est moi d'ailleurs qui l'a nommé « Tharbat'N'Wadoo » parce que pour moi, c'est une fille qui bouge comme le vent.
Vous dites qu'à travers le chant, la danse et la musique vous rendez un vibrant hommage à la femme, à l'expression corporelle, mais aussi à l'égalité entre les femmes et hommes.
Effectivement. Je rends aussi hommage à tout le mouvement féminin et féministe au Maroc parce qu'on essaie d'avoir beaucoup d'acquis, de réaliser beaucoup de droits pour les femmes. Je pense si on puise un peu dans notre culture, il y a des choses qui sont innées dans notre culture et surtout dans la culture amazighe, car il y a beaucoup de droits pour la femme. La société amazighe est matriarcale. Voyons par exemple cette fille rêvant d'une troupe mixte, l'homme à côté de la femme; une troupe de plusieurs personnes. C'était une manière de réaliser cette égalité à laquelle on aspire. Cette fille est jeune qui rêve aussi de devenir la « Maestra » et qui rêve de cette égalité sans être dans le militantisme. Elle disait dans le film : «moi quand je danse, je me sens libre… je sens que mon corps est libre comme les fleurs dans les champs, comme le vent…». C'est vraiment magnifique!
Revenons un peu sur le titre « Tharbat'N'Wadoo » ou «la fille du vent». Ce titre est certes poétique, mais c'est aussi une ode à la liberté. Et dans le film, il y a deux regards humains pour ne pas dire uniquement féminins celui de la réalisatrice et de l'actrice. Quel regard portez-vous sur la question de la femme dans le cinéma marocain?
Je dirais surtout un regard humaniste parce que je ne cherche pas seulement à ce que la femme ait plus de place que l'homme ou le contraire. Or, moi j'opte pour cette égalité entre les deux. Pourquoi le choix de l'adolescente ? Car on a plusieurs points communs : elle est rebelle, elle est dynamique, elle est très libre dans son corps et dans son esprit, et puis elle excelle dans son domaine parce qu'elle veut devenir la « Maestra »… ce sont des choses qui m'ont inspiré quand j'étais adolescente. Je me retrouvais dans cette fille. En outre, c'était très beau de voir cette fille dirigeait des hommes dans les troupes d'Ahidous surtout avec simplicité et beaucoup de respect.
Vous êtes comédienne, actrice, animatrice, enseignante. Parler nous un peu de ce passage à la réalisation?
Le public m'a découvert entant que metteur en scène, actrice, professeur d'expression corporelle et de théâtre à l'ISADAC. Et là, la casquette de la réalisation vient d'être dévoilée. C'était mon rêve depuis mon enfance de devenir réalisatrice. J'ai pris le temps de faire les choses. Et j'essaie toujours d'apprendre. Pour ce faire, je suis partie à l'Université. Je me suis inscrite. Puis, j'ai passé le concours et les deux ans d'études entre Rabat et Tétouan. Je suis contente de réaliser ce tas de belles choses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.