Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Elections générales sud-africaines 2019: Quel impact sur le Maroc?    Le GAM dévoile sa vision 2022    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Elections européennes: Et c'est parti…    Mammifères    Episode 10 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie, mère de Jésus, dans le Coran    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Les 5 marques africaines les plus appréciées, selon African Business Magazine    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    Les déficiences du football national!    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Lahoucine Aboudrar, le débonnaire!    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le film est touchant parce qu'il brise tous les clichés»
Publié dans Albayane le 21 - 04 - 2019

Latefa Ahrrare, réalisatrice du documentaire «Tharbat'N'Wadoo»
Doucement mais sûrement, l'actrice et comédienne Latefa Ahrrare a suivi son rêve d'enfance jusqu'au bout: devenir réalisatrice. Chose promise, chose due! En effet « Tharbat'N'Wadoo » (fille du vent) est l'intitulé de son nouveau documentaire retraçant l'histoire d'une adolescente de 12 ans issue de la ville de Oulmès rêvant devenir la « Maestra » d'une troupe d'Ahidous mixte. Ce rêve a accompagné et habité la réalisatrice. Il faut le dire, il y a un peu de Latefa dans ce film. En outre, « Tharbat'N'Wadoo » a décroché le prix Idder Yehya du meilleur court-métrage du Festival international du film amazigh Issni'N'Ourg (FINIFA) à Agadir le 9 avril 2019.
Al bayane: « Tharbat'N'Wadoo » (fille du vent) est votre nouveau documentaire primé dernièrement au FINIFA. Comment êtes vous tombés sur cette histoire originelle?
Latefa Ahrrare: Le film est touchant parce qu'il brise tous les clichés. C'est un film que j'ai réalisé dans le cadre de mon Master Cinéma Documentaire à la Faculté des lettres et des Sciences Humaines de Tétouan. On avait comme thématique la musique. En effet pour parler de la musique, il fallait voir l'angle d'attaque. Pour Ahidous, il fait partie de mon identité. Alors j'ai découvert cette fille via face book, et par la suite j'ai commencé à la suivre et la voir. J'ai cherché ses cordonnées, je les ai eu, je l'ai appelée, je suis allée chez elle à Oulmès. J'ai vécu un moment avec elle, avec sa famille et son maître. C'est comme ça que l'idée est née du film » fille du vent « . C'est moi d'ailleurs qui l'a nommé « Tharbat'N'Wadoo » parce que pour moi, c'est une fille qui bouge comme le vent.
Vous dites qu'à travers le chant, la danse et la musique vous rendez un vibrant hommage à la femme, à l'expression corporelle, mais aussi à l'égalité entre les femmes et hommes.
Effectivement. Je rends aussi hommage à tout le mouvement féminin et féministe au Maroc parce qu'on essaie d'avoir beaucoup d'acquis, de réaliser beaucoup de droits pour les femmes. Je pense si on puise un peu dans notre culture, il y a des choses qui sont innées dans notre culture et surtout dans la culture amazighe, car il y a beaucoup de droits pour la femme. La société amazighe est matriarcale. Voyons par exemple cette fille rêvant d'une troupe mixte, l'homme à côté de la femme; une troupe de plusieurs personnes. C'était une manière de réaliser cette égalité à laquelle on aspire. Cette fille est jeune qui rêve aussi de devenir la « Maestra » et qui rêve de cette égalité sans être dans le militantisme. Elle disait dans le film : «moi quand je danse, je me sens libre… je sens que mon corps est libre comme les fleurs dans les champs, comme le vent…». C'est vraiment magnifique!
Revenons un peu sur le titre « Tharbat'N'Wadoo » ou «la fille du vent». Ce titre est certes poétique, mais c'est aussi une ode à la liberté. Et dans le film, il y a deux regards humains pour ne pas dire uniquement féminins celui de la réalisatrice et de l'actrice. Quel regard portez-vous sur la question de la femme dans le cinéma marocain?
Je dirais surtout un regard humaniste parce que je ne cherche pas seulement à ce que la femme ait plus de place que l'homme ou le contraire. Or, moi j'opte pour cette égalité entre les deux. Pourquoi le choix de l'adolescente ? Car on a plusieurs points communs : elle est rebelle, elle est dynamique, elle est très libre dans son corps et dans son esprit, et puis elle excelle dans son domaine parce qu'elle veut devenir la « Maestra »… ce sont des choses qui m'ont inspiré quand j'étais adolescente. Je me retrouvais dans cette fille. En outre, c'était très beau de voir cette fille dirigeait des hommes dans les troupes d'Ahidous surtout avec simplicité et beaucoup de respect.
Vous êtes comédienne, actrice, animatrice, enseignante. Parler nous un peu de ce passage à la réalisation?
Le public m'a découvert entant que metteur en scène, actrice, professeur d'expression corporelle et de théâtre à l'ISADAC. Et là, la casquette de la réalisation vient d'être dévoilée. C'était mon rêve depuis mon enfance de devenir réalisatrice. J'ai pris le temps de faire les choses. Et j'essaie toujours d'apprendre. Pour ce faire, je suis partie à l'Université. Je me suis inscrite. Puis, j'ai passé le concours et les deux ans d'études entre Rabat et Tétouan. Je suis contente de réaliser ce tas de belles choses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.