L'émir de Qatar reçoit Wali Bank Al-Maghrib    Aéroport Mohammed V: Arrestation d'un Sénégalais faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international    Météo: les prévisions de ce mardi    Bolsonaro, roi Salmane, Mahmoud Abbas, ... félicitent le roi à l'occasion de l'indépendance du royaume    Coupe du Trône: Hay Mohammadi en ébullition après la victoire du TAS    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Coupe du Trône : sacre historique du TAS    Décès du journaliste et militant Mustapha Iznasni    Nouzha Bouchareb participe au Salon Al Omrane Expo MDM à Paris    Google fête l'indépendance du Maroc    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Le BCIJ arrête deux présumés terroristes à Rabat    23.000 candidats aux concours des enseignants-cadres à Tanger    Les participants au 12ème Forum MEDays adoptent la Déclaration de Tanger    Sous la pression de la rue, Mohamad Safadi renonce à devenir Premier ministre du Liban    La réalisation des grands projets d'infrastructures nécessite près de 600 milliards de DH    L'expérience marocaine dans le secteur minier présentée en Chine    Le Onze national accroché par la Mauritanie    Coupe du Trône : Le HUSA et le TAS pour l'ultime acte    Euro 2020 : Allemagne et Pays-Bas décrochent leur qualification    Devoxx 2019 : Les développeurs en conlave à Agadir    Le Premier secrétaire s'entretient avec l'ambassadrice de l'UE au Maroc    Driss Lachguar reçoit une délégation du gouvernement de la jeunesse marocaine    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son appui au Plan d'autonomie    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Salon du livre de l'enfant et de la jeunesse    Le grand maître du cinéma européen, Costa Gavras, à la rencontre des étudiants marocains    Taekwondo. La sélection marocaine ne rentrera pas les mains vides du tournoi international de Paris    L'élection de Mohamed Boudra à la CGLU met le Maroc sous le feu des projecteurs    Le chanteur malien Salif Keita interpelle son président et tacle Macron... sans langue de bois    Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    Lutte ouvrière!    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Eliminatoires CAN 2021 : Triste match nul pour les Lions de l'Atlas    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Latefa Ahrrare: «Le rôle de «Fath Lezhar» dans «Assayeda Elhorra» m'a permis de jouer une complexité»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 06 - 2016


Entretien avec Latefa Ahrrare, Actrice
ALM : Vous aurez prochainement un retour remarquable sur les petits écrans dans la série «Assayeda Elhorra» sur la chaîne Al Aoula. Quels sont les dessous de votre rôle ?
Latefa Ahrrare : Pour moi, ce sera un grand retour ! Dans cette série, j'interprète le rôle de «Fath Lezhar». Il s'agit de la première femme du caïd «Elmendri» qui ne peut pas lui donner d'enfants. Alors il a besoin de se marier avec une autre pour pérenniser le pouvoir. Quant à moi, comme toute femme, je suis jalouse, j'essaie de faire des manigances bien qu'il me chasse à un moment. Au fil du temps, je suis de retour en m'armant d'apprentissage puisque je me glisse également dans la peau d'une analphabète dans la série. Dans l'ensemble, «Fath Lezhar» est un rôle qui est tout à fait différent de ma personne. Ce personnage m'a également permis de jouer une complexité et de revenir avec un rôle très bien écrit, voire bien dirigé par Brahim Chkiri que je remercie par l'occasion. Ceci étant, je promets au public un grand retour de Latefa Ahrrare !
Vous vous êtes quand bien même éclipsée de la télévision. Pourquoi ?
Je ne me suis pas du tout éclipsée. On supprimait mon nom. A chaque fois qu'on proposait mon nom, on refusait en prétextant que j'ai des problèmes avec les islamistes alors que ce n'est pas le cas. Je suis dans un pays où toutes les sensibilités ont le droit d'exister et je n'ai de problème avec personne. Je suis une artiste qui fait son travail et j'ai mes opinions que j'exprime franchement. Je ne me cache pas et j'aime mon pays. Quant à mon art, j'essaie de le faire en tenant compte des plates-formes. Quand je suis à la télé, je fais des rôles qui respectent vraiment le fait que je rentre chez les gens. Par contre, dans le théâtre, je me permets cette liberté que m'offre mon pays et sa Constitution qui prévoit la liberté de création que nous vivons au Maroc. Au cinéma, c'est pareil, je m'exerce et m'essaie à tous les rôles. Au contraire, au lieu de m'applaudir, je me retrouve parfois coincée dans des clichés. Or, je ne suis pas une actrice de clichés, je suis plutôt performante et j'aime le partage.
Quels étaient vos projets entre-temps?
Si je me suis éclipsée, je ne suis pas restée les mains croisées, j'ai fait des pièces de théâtre, tournées, de l'improvisation et des soirées, ainsi que des ateliers sans oublier le Conten'art à Rabat qui est une plate-forme de création et de réception pour les jeunes artistes marocains et non marocains. Je suis également professeur d'enseignement artistique et d'expression corporelle à l'Isadac. Donc je ne suis pas un fantôme même si on a essayé de me mettre dans cette case.
Quelles étaient vos activités parallèles au tournage d' «Assayeda Elhorra» ?
J'ai commencé entre fin mars et début avril. En même temps, je faisais des allers-retours entre les plateaux de tournage d'émissions ou de scènes puisque je dirigeais la pièce de théâtre «1,2,3 ».
A propos de cette pièce de théâtre, pourquoi une adaptation et non une œuvre personnelle ?
J'ai fait plein d'œuvres personnelles. Par contre, il faut s'ouvrir parfois sur le répertoire international, notamment Harold Pinter, parce que celui-ci a écrit cette pièce en 1970 après la montée de dialogues et conflits entre conservateurs et modernistes. Nous c'est à peu près la même chose ce que nous vivons. Pour moi, il s'agit d'interpeller un écrivain pour parler d'un couple qui vit des fantasmes et du non-dit. Quant à la troisième personne de la pièce, elle fait son entrée pour déclencher le souvenir, le non-dit, pour le dire et surtout confesser. Au Maroc, nous avons besoin de ce genre de théâtre très intimiste. C'est Mouhcine Zeroual qui a traduit cette pièce. Pour ma part, j'ai fait la mise en scène et retravaillé la mise en bouche des dialogues avec Adil Aba Tourab, Hajar El Hamidi et Rajae Khermaz qui sont les interprètes. Il s'agit d'un spectacle où il y a interprétation mais qui est ouvert sur le public parce qu'il y a une interactivité très spéciale et intéressante. Une tournée est également consacrée à ce spectacle en Tunisie et au Maroc.
Quelles sont vos apparitions en ce mois de Ramadan ?
Le public me verra dans le feuilleton «Thamawayet» diffusé sur Tamazight TV. Je participe également à l'émission «Inuraz» diffusée en ce Ramadan. Aussi, j'apparais dans la série «Mister Sansour» réalisée par Mohamed Ahed Bensouda pour Al Aoula.
Des projets pour le cinéma ?
Entre autres, j'ai récemment interprété le rôle magnifique de «Ghita» dans un nouveau film de Hicham Lâasri sur la base de son roman «Sainte Rita». Par l'occasion, j'ai déjà travaillé avec lui sur le film «Starve your dog». Et je prépare plein de belles choses.
Quel est le rôle qui vous a marquée?
J'apprécie tous les rôles sinon je ne les aurai pas joués. Je me sens plurielle en faisant tous les styles. D'autant plus que j'adore créer, innover, me dépasser et me lancer des défis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.