La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coca Cola va-t-il si mal?
Publié dans Albayane le 22 - 04 - 2019

La marque historique de boissons gazeuses serait sur le point d'opérer une restructuration de sa structure industrielle au Maroc. Pour l'instant, aucune information et aucune précision ne filtrent sur cette opération, mais les spéculations vont bon train sur la ou les composantes industrielles qui seraient touchées par cette restructuration.
Coca Cola va-t-il réduire le nombre d'embouteilleurs au Maroc, qui sont actuellement au nombre de trois (North Africa Bottling Company, Atlas Bottling Company et la Société des boissons Gazeuses de Souss) ? Ou va-t-elle plutôt amener ses embouteilleurs à réduire leurs lignes de production ? La question reste posée.
Ce n'est pas la première fois que l'entreprise d'Atlanta procède à une restructuration. En 2014, Coca Cola avait annoncé la fermeture de quatre de ses usines en Espagne. En France, le groupe a supprimé en 2017, plus de 128 postes suite à la baisse de ses ventes.
Comment Coca Cola en est arrivé là? Parmi les raisons principales de cette éventuelle restructuration au Maroc, on retrouve la baisse de la consommation de soda qui persiste depuis plusieurs années déjà et qui a rongé les ventes du groupe. Les différentes campagnes de sensibilisation ont poussé les consommateurs à prendre conscience de l'impact des boissons gazeuses sur la santé, notamment dans l'expansion du diabète et de l'obésité. Une autre raison vient s'ajouter à cette dernière. Il s'agit de l'évolution de la TIC sur les boissons sucrées au niveau de la loi de finances 2019. Mise en application depuis le 1er janvier de cette année, la taxe de consommation (TIC) varie dorénavant entre 15 dirhams et 600 dirhams au lieu de 10 dirhams et 500 dirhams l'hectolitre.
Il faut dire que cela n'arrange pas les affaires des industriels. Selon le cabinet Nielsen, le marché des boissons gazeuses a chuté de 11,7% à fin septembre 2018 par rapport à l'année précédente. Le volume des ventes est d'ailleurs en chute libre depuis 4 ans (2015-2018). Durant cette période, il a enregistré une baisse de plus de 35%, soit 10% environ par an.
Depuis, les grandes entreprises du secteur tentent de diversifier leurs portefeuilles de produits pour faire face à cette guerre menée contre le soda. Ils ont donc opté pour des produits tels que l'eau ou encore les boissons bio. C'est notamment le cas de Coca Cola, qui a lancé il y a quelque temps le thé glacé Fuze Tea, la marque bio Honest, les boissons végétales sous la marque AdeZ, etc. Au Maroc, le géant des boissons gazeuses a entamé sa diversification en intégrant sur le marché, en 2000, sa marque d'eau de table Ciel qui couvrait 6% du marché en 2017.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.