Tanger : Le CRI entame son service    Rabat: La commune n'arrive pas à adopter son projet de budget 2020    Plan d'épargne action: Les conseillers rectifient le tir    Rabat : Un incendie s'est déclenché à Arribat Center    Inde. 43 morts suite à l'incendie d'une usine    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Le Polisario sur la sellette    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Le PPS au Parlement    SOS Littoral: La tête dans le sable    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    L'Otan adopte une déclaration finale    Réforme des retraites: Mobilisation massive en France    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Infantino va entrer au CIO en janvier    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hamid Bennani, le cinéaste accompli…
Publié dans Albayane le 19 - 05 - 2019

Un des piliers du 7e art marocain ! Hamid Bennani a projeté, le 15 mai au siège national du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) à Rabat, son œuvre cinématographique, «Wachma». Incontestablement, ce premier film sorti dans les années 70 a changé le court du cinéma marocain.
Une formation académique solide…
C'est dans la ville de Meknès où il vit le jour en 1940, que le réalisateur entame ses études à «l'école des fils de notables » sous l'ère du Protectorat. Il découvre les bases fondamentales de la langue française, ce qui lui permet par la suite de s'épanouir et de s'ouvrir sur la littérature et la philosophie universelles. Et comme tous les enfants de sa génération, le cinéaste n'a pas échappé à l'éducation religieuse dans une école coranique qui se situait à deux pas de chez lui.
Une autre étape dans son parcours estudiantin commença aux lycées Poeymirau et Moulay Ismaïl où il fit ses études secondaires. Il obtint une licence en philosophie en 1964 à la Faculté des lettres de Rabat. Une année plus tard, Bennani s'orienta vers le 7e art, en entamant des études de cinéma à l'Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). Il assista régulièrement à des séminaires à la Sorbonne et à l'EPHE2 donnés par les figures emblématiques de la pensée et de la philosophie de l'époque, à savoir le précurseur de la déconstruction, Jacques Derrida, le spécialiste en phénoménologie et l'herméneutique, Paul Ricœur ou encore le spécialiste de la sémiologie linguistique et photographique, Roland Barthes. Une formation académique solide à la fois enracinée et ouverte.
Au fil des années, il développa une passion pour le cinéma en fréquentant la Cinémathèque de la ville des lumières, Paris. Et pour savourer les chefs-d'œuvre du 7e art mondial, il fit souvent des sauts au quartier latin dans les salles obscures d'Art & d'Essai.
De l'amour de la lecture…
Lecteur averti, amoureux du livre et des littératures, le cinéaste plongeait dans les divers univers philosophiques de Jean Paul Sartre, Albert Camus et William Faulkner. Des lectures fructueuses ayant enrichi ses travaux et construit en quelque sorte sa vision du monde. Intellectuel de gauche, avant-gardiste, le réalisateur avait cet œil à la fois analytique et critique sur la société, ses changements, ses mutations… La preuve ? Son premier né cinématographique, Wachma, portait ce regard sincère, franc et critique sur la société patriarcale.
À vrai dire, faire un film à l'époque était une véritable aventure. Les cinéastes militants œuvraient pour la création d'un domaine cinématographique structuré et créatif. Face à cette réalité, Hamid Bennani avait créé en 1970 la société de production «Sigma 3», regroupant trois réalisateurs marocains, à savoir Mohammed Abderrahmane Tazi, Ahmed Bouanani et Mohammed Sakkat. Parmi ses films : «La Prière de l'absent » (1993), «L'Enfant Cheïkh» (2012), «La Nuit ardente» (2017), pour ne citer que ceux-là.
L'écriture comme un chant de révolte et d'espérance…
La lecture comme l'écriture ont une place prépondérante dans la vie du cinéaste. Certes l'écriture romanesque et le langage cinématographique sont deux supports différents, mais, parfois les lettres de noblesse restent les mêmes. Dans son roman intitulé « Le dernier chant des insoumises » paru en 2017 aux Editions du Sirocco, Hamid Bennani fouille dans les tréfonds de l'histoire coloniale marocaine, dans laquelle il puise la trame de son roman. Il nous replonge dans les années 30, dans la région du Tafilalet. A partir de cette date, l'armée coloniale française au Maroc était allée mettre la main sur les derniers territoires des Amazighs d'Aït-Atta. A travers les yeux du protagoniste, Saïd, le lecteur découvre les épisodes les plus charnières et cruciaux de l'Histoire. De la prise de Rissani en 1932, en passant par la célèbre «bataille de Saghro» dans les montagnes de Bougafer, Saïd livre dans ce roman une émouvante épopée intimiste qui ne manque pas de poésie et de maîtrise de l'écriture romanesque… comme un chant de révolte et d'Esperanza.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.