411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Autriche: Le vice-chancelier acculé à la démission…
Publié dans Albayane le 21 - 05 - 2019

«J'ai remis au chancelier Sebastian Kurz ma démission de mes fonctions de vice-chancelier et il l'a acceptée» a déclaré, ce samedi, le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache avant d'ajouter qu'il déléguait la direction du FPÖ à Niorbert Hofer, l'actuel ministre des transports qui fut le candidat malheureux de l'extrême-droite aux dernières élections présidentielles.
Successeur du sulfureux Jörg Haider et un des principaux artisans du rapprochement entre les nationalistes européens et le Kremlin, Heinz-Christian Strache, né en 1969, est un allié inconditionnel de la française Marine Le Pen et de l'italien Matteo Salvini. Rapidement devenu la personnalité d'extrême-droite qui a réussi à obtenir les plus hautes fonctions au sein d'une démocratie de l'Union européenne grâce à une coalition avec les conservateurs en décembre 2017, le vice-chancelier Strache avait été le premier à soutenir Vladimir Poutine lors de son conflit avec la Georgie.
Mais pourquoi cette démission alors qu'en Autriche la coalition droite-extrême semblait se renforcer jour après jour?
L'éclatement de cette coalition est intervenu quelques heures à peine après la diffusion d'extraits d'une vidéo datée de 2007 dans laquelle on voit le vice-chancelier autrichien en compagnie d'un de ses lieutenants discuter de la signature de contrats publics en contrepartie de soutiens financiers avec une personne se faisant passer pour la nièce d'un oligarque russe.
Au cours de cet entretien, qui aura duré six heures, Strache s'était même dit prêt à «remodeler» la presse autrichienne comme l'avait fait en Hongrie le premier ministre Viktor Orban donc «à verrouiller» le paysage médiatique autrichien.
Mais qui aurait donc tendu ce piège au vice-chancelier autrichien et l'aurait fait entrer dans une villa truffée de caméras et de micros ? Ce ne sont pas les détracteurs qui manquent et il s'agit bien d'un coup monté trois mois avant les législatives de 2017 à l'effet de piéger le patron du FPÖ. D'ailleurs, même pour la diffusion de la vidéo, le timing choisi n'est pas anodin puisqu'il est intervenu une semaine à peine avant la tenue des élections européennes et juste après que le camp nationaliste ait clairement affiché son ambition d'occuper la troisième place au Parlement européen.
Et si, au niveau national, un sérieux remaniement ministériel s'impose avant l'organisation des prochaines élections législatives puisque cinq portefeuilles ministériels sont encore détenus par des ministres du FPÖ, le président autrichien Alexander Van der Bellen, qui a rencontré le chancelier Sebastian Kurz juste après la démission de son vice-chancelier et chef de file de l'extrême-droite autrichienne, a immédiatement appelé à l'organisation «de nouvelles élections en septembre, si possible au début du mois».
A noter, également, que même au niveau européen le scandale qui a frappé le FPÖ est un coup tellement dur pour le camp nationaliste qu'il a gâché la grand-messe organisée ce samedi à Milan par le leader de la l'extrême-droite italienne, Matteo Salvini, à l'intention de ses alliés européens.
Lors de la conférence de presse qu'il a donnée après sa démission, le vice-chancelier autrichien Heinz-Christian Strache a reconnu avoir eu «une attitude de macho provoquée par l'alcool». Il a alors présenté ses excuses à sa femme, à son parti et au chancelier pour n'avoir pas contrôlé ses propos et s'être comporté «comme un adolescent».
Mais tout cela est-il suffisant quand c'est toute sa carrière politique qui risque d'en être sérieusement ébranlée après que sa crédibilité ait volé en éclats ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.