Bank Of Africa-BMCE Group : Un produit net bancaire consolidé de 13,9 MM DH en 2019    Coronavirus : le CCM propose 25 films marocains en streaming gratuit    Marché national et coronavirus : l'approvisionnement est normal et les prix sont stables    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 534 cas, 33 décès    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc décide du report des échéances de crédits    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    La Plateforme «Allo 300» enregistre près de 38.000 appels    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Fake news: arrestation d'un conseiller communal à Errachidia    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Opération de soutien provisoire: la mise au point de l'Intérieur    Covid-19 : Le Conseil provincial de Tiznit au chevet de la population locale    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Levinas, le visage, l'humanité    Coronavirus: la valeur de transfert des footballeurs a baissé    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja se murent    Enseignement : Report des vacances du printemps    Temps stable dans tout le Maroc, ce lundi 30 mars    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…
Publié dans Albayane le 19 - 07 - 2019

Rien ne va plus entre l'Union Européenne et la Turquie qui s'acharne à poursuivre l'exploration des gisements gaziers se trouvant au large de Chypre. Aussi, après les multiples avertissements adressés à la Turquie à laquelle elle reproche «des activités illégales de forage», Bruxelles, qui compte réduire le dialogue à haut niveau avec ce pays, a annoncé, ce lundi, «amputer la Turquie de 145,8 millions d'Euros d'aide de pré-adhésion et invité la Banque Européenne d'Investissement (BEI) à revoir les conditions d'octroi de financements à ce pays.
Mais, loin de refroidir les ardeurs du régime d'Erdogan, ces sanctions n'ont fait que renforcer la détermination de celui qui entend bien «poursuivre ses activités liées aux hydrocarbures en Méditerranée orientale» comme l'a déclaré, dès le lendemain, Mevlut Cavusoglu, le ministre turque des Affaires étrangères en annonçant l'envoi d'un quatrième navire de forage.
Pour rappel, l'île de Chypre est partagée, en deux, depuis son invasion en 1974 par l'armée turque avec au nord, la République turque de Chypre du Nord (RTCN) soutenue par Ankara, mais non reconnue par la communauté internationale et au sud, la République de Chypre, membre de l'Union Européenne mais qui n'exerce son autorité que sur les deux tiers de l'île.
Aussi, la question de la Zone Economique Exclusive (ZEE) autour de Chypre constitue-t-elle l'un des points d'achoppement entre Ankara qui «revendique des droits égaux sur les ressources naturelles de l'île» et Bruxelles qui, en ne lui reconnaissant aucune souveraineté sur ce territoire, l'accuse de profiter illégalement de la richesse énergétique des eaux territoriales chypriotes. D'ailleurs, la découverte, ces dernières années, d'importants gisements gaziers au nord-est des côtes chypriotes n'a fait que raviver les tensions autour de l'île.
Mais si l'intrusion de navires turcs dans les eaux territoriales chypriotes, une zone disputée par Ankara et Nicosie, est perçue par l'UE comme étant une atteinte à la sécurité d'un de ses Etats-membres, Gilles Bertrand, enseignant à Science-Po Bordeaux et chercheur au Centre Emile Durkheim, considère que si l'on se penche sur ce dossier d'un peu plus près, l'on remarquera que «l'Union européenne défend surtout les intérêts de deux de ses poids lourds en matière de fourniture d'énergie : le français Total et l'italien Eni qui sont présents dans la zone».
Et si sur le plan des relations internationales, la détermination d'Ankara à faire monter la pression pourrait lui servir de levier politique et diplomatique à même de forcer la main à l'UE pour que cette dernière puisse trouver une «solution» à la division de l'île en encourageant les deux parties à s'entendre sur la question du partage des ressources en hydrocarbures, en matière de politique intérieure, cette manœuvre et les mesures «injustes aux yeux de la population turque» prises par l'UE vont incontestablement profiter au chef de l'Etat qui trouvera là l'occasion d'adopter le discours «victimaire» qui va lui permettre de «renforcer la mobilisation de son électorat autour de lui».
Enfin, la question du partage des richesses en hydrocarbures présentes dans les eaux territoriales de l'île de Chypre pourrait, à terme, pousser l'Union Européenne à trouver une solution profitable aux deux parties. Osons l'espérer et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.