Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…
Publié dans Albayane le 19 - 07 - 2019

Rien ne va plus entre l'Union Européenne et la Turquie qui s'acharne à poursuivre l'exploration des gisements gaziers se trouvant au large de Chypre. Aussi, après les multiples avertissements adressés à la Turquie à laquelle elle reproche «des activités illégales de forage», Bruxelles, qui compte réduire le dialogue à haut niveau avec ce pays, a annoncé, ce lundi, «amputer la Turquie de 145,8 millions d'Euros d'aide de pré-adhésion et invité la Banque Européenne d'Investissement (BEI) à revoir les conditions d'octroi de financements à ce pays.
Mais, loin de refroidir les ardeurs du régime d'Erdogan, ces sanctions n'ont fait que renforcer la détermination de celui qui entend bien «poursuivre ses activités liées aux hydrocarbures en Méditerranée orientale» comme l'a déclaré, dès le lendemain, Mevlut Cavusoglu, le ministre turque des Affaires étrangères en annonçant l'envoi d'un quatrième navire de forage.
Pour rappel, l'île de Chypre est partagée, en deux, depuis son invasion en 1974 par l'armée turque avec au nord, la République turque de Chypre du Nord (RTCN) soutenue par Ankara, mais non reconnue par la communauté internationale et au sud, la République de Chypre, membre de l'Union Européenne mais qui n'exerce son autorité que sur les deux tiers de l'île.
Aussi, la question de la Zone Economique Exclusive (ZEE) autour de Chypre constitue-t-elle l'un des points d'achoppement entre Ankara qui «revendique des droits égaux sur les ressources naturelles de l'île» et Bruxelles qui, en ne lui reconnaissant aucune souveraineté sur ce territoire, l'accuse de profiter illégalement de la richesse énergétique des eaux territoriales chypriotes. D'ailleurs, la découverte, ces dernières années, d'importants gisements gaziers au nord-est des côtes chypriotes n'a fait que raviver les tensions autour de l'île.
Mais si l'intrusion de navires turcs dans les eaux territoriales chypriotes, une zone disputée par Ankara et Nicosie, est perçue par l'UE comme étant une atteinte à la sécurité d'un de ses Etats-membres, Gilles Bertrand, enseignant à Science-Po Bordeaux et chercheur au Centre Emile Durkheim, considère que si l'on se penche sur ce dossier d'un peu plus près, l'on remarquera que «l'Union européenne défend surtout les intérêts de deux de ses poids lourds en matière de fourniture d'énergie : le français Total et l'italien Eni qui sont présents dans la zone».
Et si sur le plan des relations internationales, la détermination d'Ankara à faire monter la pression pourrait lui servir de levier politique et diplomatique à même de forcer la main à l'UE pour que cette dernière puisse trouver une «solution» à la division de l'île en encourageant les deux parties à s'entendre sur la question du partage des ressources en hydrocarbures, en matière de politique intérieure, cette manœuvre et les mesures «injustes aux yeux de la population turque» prises par l'UE vont incontestablement profiter au chef de l'Etat qui trouvera là l'occasion d'adopter le discours «victimaire» qui va lui permettre de «renforcer la mobilisation de son électorat autour de lui».
Enfin, la question du partage des richesses en hydrocarbures présentes dans les eaux territoriales de l'île de Chypre pourrait, à terme, pousser l'Union Européenne à trouver une solution profitable aux deux parties. Osons l'espérer et attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.