ONU : La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Mise au point : « L'approche conspiratrice » adoptée par HRW fausse tout    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Badr Hari refait surface sur Instagram    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Arrestation d' un pharmacien pour trafic de psychotropes    L'ambassadrice de l'UE loue la stratégie marocaine en matière de lutte contre la violence à l'égard des femmes    Vaste mouvement parmi les directeurs provinciaux de l'éducation nationale    Tragédie humaine : 14 douars sans collège (vidéo)    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Quels sont les défis à relever pour garantir le succès de la ZLECAf ?    Stratégie : Kia Maroc dévoile ses nouvelles ambitions pour 2021    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    «En 2020, l'offshoring marocain a montré sa capacité exceptionnelle à résister»    La reconnaissance de la marocanité du Sahara est un «développement naturel» de la position des administrations US    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Situé à Casa Anfa : Un Institut «nouvelle génération» sur le digital verra bientôt le jour    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Médias-Pr. Rachid Lazrak : «Il faut être soit aveugle, soit de mauvaise foi, pour ne pas comprendre comment le Conseil de sécurité voudrait résoudre le problème du Sahara»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    La BAD compte sur le Maroc pour développer son indice    RNI Academy, une nouvelle structure pour la formation des élus de demain    Euromed : Quel avenir ?    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des étudiants subsahariens montent au créneau
Publié dans Albayane le 15 - 08 - 2019

Depuis quelques jours, bon nombre d'étudiants subsahariens au Maroc ont décidé de monter au créneau. La cause principale : la problématique liée à la bourse. Cas de la République du Congo, du Cameroun, de la Guinée et bien d'autres. Certains d'entre eux ont donc décidé de se rendre auprès de leurs ambassades pour manifester contre le non règlement des bourses complémentaires depuis des mois par leurs pays d'origine.
Les étudiants congolais sont ainsi allés à Rabat à l'avenue Général Abdenbi Britel afin de protester devant leur consulat. Ces derniers n'auraient pas reçu leur dû depuis près de 32 mois, selon une source intermédiaire. D'après les informations reçues, ces mouvements d'humeur ont lieu parce que ces étudiants venus au Maroc par le biais de la coopération entre leurs pays et le Maroc estiment que leurs autorités n'assument pas convenablement leurs responsabilités.
Plusieurs d'entre eux ne perçoivent pas leurs bourses d'études depuis leur arrivée au Maroc. Ils ont donc décidé de se constituer en collectivité afin de se rendre à leur ambassade pour rencontrer leurs autorités. Cependant, dans une courte vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on a pu observer une forme de bras de fer, entre lesdits étudiants et les forces de l'ordre. «On veut nos bourses», ont martelé plusieurs.
Un des étudiants ayant eu un malaise lors de ces mouvements a été par ailleurs transporté par une ambulance à l'hôpital pour y subir des soins. La même source relate que ce n'est pas la première fois que de telles situations se manifestent. A titre illustratif, le cas des étudiants Congolais de Cuba, qui avaient également manifesté leur mécontentement, il y a deux ans pour les mêmes causes.
Au Maroc, les étudiants congolais auraient déjà passé près de 32 mois sans bourse, ni frais d'études. Nombreux seraient arrivés dans le cadre de coopération internationale. « Ces étudiants sont venus au Maroc pour étudier. C'est le gouvernement du Congo Brazzaville qui a décidé de les envoyer. Certains étudient ici les sciences liées à l'informatique, à la programmation. Certains sont dans l'agro-industrie, le management (…)», explique notre source avant de faire une rétrospective sur 2014.
Depuis 5 ans, le gouvernement du Congo Brazzaville aurait envoyé plus de 216 étudiants au Maroc. Mais, il n'aurait jamais payé les bourses de ses étudiants. Certains sont à l'Université de Marrakech, d'autres ailleurs. Des conventions auraient pourtant été signées entre les autorités congolaises et celles du Maroc. Dans lesdits accords, certains frais devraient être à la charge des autorités congolaises. Notamment, les frais d'études et les bourses. Les bourses seraient de 700 euros par trimestre pour chaque étudiant. Le paiement du cumul de cette somme sur 32 mois d'impayé arrangerait la situation des étudiants. Sauf que jusqu'à ce jour, nombreux d'entre eux n'auraient pas encore perçu quoi que ce soit, rapporte la même source.
Même son de cloche du côté de la communauté camerounaise. Elle s'est également rendue à Rabat pour les mêmes raisons. Les nouvelles qui en ressortent sont similaires au cas congolais. Sur les réseaux sociaux, on a pu constater un déferlement de cette communauté. Laquelle n'a pas hésité à présenter aux yeux du monde leur mécontentement. Sur des pancartes, des écrits peu luisants ont été inscrits par ces derniers « On veut nos bourses». «Ça fait plusieurs mois que nous ne percevons pas nos bourses», se plaignent-ils. Les étudiants de cette communauté rassemblés au sein de l'association CASAM ont d'ailleurs publié depuis quelques mois, une vidéo sur les réseaux sociaux, dans laquelle ils expliquent ne pas avoir reçu leurs bourses complémentaires depuis 24 mois. Ce qui mettrait plusieurs étudiants dans une situation de précarité, puisqu'ils ne vivraient que des 750 dhs mensuels versés par le Maroc dans le cadre de la coopération Maroc-Cameroun.
Au regard de cette situation généralisée, l'on en vient à se poser une pléthore de questions. Qu'attendent les autorités de ces pays pour résoudre cette problématique ? Faut-il forcément qu'il y ait des manifestations pour que des solutions idoines soient trouvées? L'avenir nous en dira davantage par rapport à la suite des évènements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.