Casablanca : Inauguration de l'annexe du tribunal de commerce réservée au registre de commerce    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    Vaccination Covid au Maroc: les derniers chiffres    Evolution du coronavirus au Maroc : 684 nouveaux cas, 502.961 au total, mardi 13 avril 2021 à 18 heures    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    David Govrin, représentant d'Israël au Maroc, nous ouvre son coeur (TEASER)    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Maroc/Covid-19: nouvel horaire pour le bulletin quotidien durant Ramadan    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    Ramadan: voici les nouveaux horaires des cours diffusés à la télévision    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Transport: la nouvelle flotte de bus fait le bonheur des Casablancais    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Le mois sacré de Ramadan débutera mercredi au Maroc    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Ramadan: Joe Biden adresse ses vœux aux musulmans    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Notre futur imprévisible
Publié dans Albayane le 26 - 12 - 2019

Dans quelques jours, la vingtième année du 21ème siècle sera entamée. Que de choses ont changées! Des plus futiles aux plus sérieux, les changements sont tels que le monde que l'on connaissait, il y a seulement quelques années, n'est plus. La vitesse du changement est partout et en tout exponentielle.
Partout la crise couve et partout la société semble bloquée. La mondialisation, tout en apportant ici et ailleurs, avec des variations relatives à chaque société, la démocratie, le respect des droits de la personne humaine, la durabilité du développement n'a fait qu'accroitre les inégalités sociales et spatiales.
La violence et le terrorisme sont devenus des menaces réelles dans le contexte global, régional ou local. Le numérique est partout et l'intelligence artificielle s'impose. La recherche du profit est devenue oncogène en crises successives alors que la recherche du bienêtre collectif et du vivre ensemble balbutie dans un monde où l'argent est roi.
C'est dans ce cadre que se situe la recherche d'un nouveau modèle économique qui conduit obligatoirement à tracer les contours d'une nouvelle société où la gestion des affaires doit se baser sur de nouveaux consensus issus de la participation, de la bonne gouvernance et de la corrélation entre la responsabilité et la reddition des comptes, tout cela en application de l'article premier de la Constitution.
Si le pire n'est pas à venir; le meilleur tarde à venir. L'attente est immense; et vivement l'été 2020 pour que la morosité ne gâche pas la vie des habitants du beau pays qui est le nôtre. La crème distinguée de l'élite a le devoir de ramener la confiance.
La mise en œuvre des conclusions de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement sera confrontée aux déficits reconnus et enregistrés dans le développement humain du pays. La «masse critique» de l'élément humain qui aura en charge le nouveau modèle de développement est très loin d'être optimale et les fonds qui seront à investir doivent dépasser l'endettement national qui ne fait que s'alourdir.
Ceux qui mangent dans «l'écuelle actuelle» par la rente, la corruption, la cupidité, l'illégalité et l'exploitation outrancière des ressources nationales essayeront de maintenir «le vieux modèle». La population qui souffre de ce dernier est à mobiliser sérieusement pour que le «nouveau modèle» s'impose; car elle est devenue méfiante à l'égard de son élite, défiante envers les promesses censées améliorer sa situation et suspicieuse à force d'avoir avalée beaucoup de couleuvres.
Elle provoquera aussi l'ire de tous les réactionnaires ; toutes celles et tous ceux qui restent accrochés au vieux modèles comme si le temps était figé sans aucune dynamique, que l'internet n'existe pas, qu'un chromosome artificiel n'a pas été fabriqué, que l'eau n'a pas été repérée sur la Lune et sur Mars… Ceux et celles qui ramènent toutes les choses à leur croyance sans prendre conscience que l'inconnu délivre ses informations à tel point que le savoir humain se révolutionne.
La CSMD compte interagir et développer une écoute aussi large qu'ouverte avec les différentes composantes de la société marocaine. Vieille ficelle pour donner l'impression que tout le Maroc a participé à l'élaboration du «nouveau modèle» alors que le débat fait défaut. Inverser l'approche serait plus pédagogique, plus formateur et plus mobilisateur.
Que les honorables membres de la Commission distinguée animent le débat et s'engagent à travers les médias, les tables rondes et autres meetings, à expliciter leur méthodologie, leurs principes d'action et leur volonté de trouver les modalités « (pour) répondre aux demandes et aux besoins croissants des citoyens (et) de réduire les inégalités sociales et les disparités spatiales».
La CSMD devra aussi contribuer à faire revigorer les acteurs du champ politique national en leur accordant l'intérêt qui leur revient conformément à l'article 7 de la Constitution. «Les partis politiques œuvrent à l'encadrement et à la formation politique des citoyennes et citoyens, à la promotion de leur participation à la vie nationale et à la gestion des affaires publiques. Ils concourent à l'expression de la volonté des électeurs et participent à l'exercice du pouvoir, sur la base du pluralisme et de l'alternance par les moyens démocratiques, dans le cadre des institutions constitutionnelles».
Autant pour reconfirmer le rôle de l'Etat qui, au-delà de son rôle dans le maintien de l'ordre public et la réalisation des missions régaliennes, doit faire face aux déficiences et «au fonctionnement non optimal du marché». Il doit intervenir en privilégiant l'efficacité économique et en évitant le gaspillage… La CSMD s'éloignera alors de la commission administrative, formée par des compétences capables de trouver le consensus pour faire croire, plus que faire vivre, la population dans un futur qui reste imprévisible.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.