Les "Régionales de l'investissement": La Banque Populaire accompagne la relance économique des régions    Maroc/Météo : Temps nuageux et pluvieux ce dimanche 9 mai    Twitter propose aux utilisateurs de donner des "pourboires" à leurs comptes favoris    LDC : Tuchel a-t-il pris un ascendant psychologique sur Guardiola ?    Publication : Nasser Bouchiba esquisse 60 ans d'Histoire des Relations entre le Maroc et la Chine    Marrakech: destruction de 2,2 tonnes de produits impropres à la consommation    Sadiq Khan réélu maire de Londres    Météo: le temps prévu ce dimanche 9 mai au Maroc    CAN Féminine, Maroc 2022 : Participation record aux éliminatoires    Hakim Ziyech : "C'était un bon moment pour moi de marquer"    Vente illégale de médicaments: le chef du parquet a envoyé une circulaire aux procureurs    3ème édition du programme TOYP: la JCI honore les jeunes talents    Affaire Brahim Ghali : «l'Espagne maintient sa posture», selon Arachan Gonzalez Araya    Association Internationale de la Presse Sportive : Session hispanophone de la photographie    Manchester-Chelsea (1-2) : City puni par les Blues grâce à Ziyech, Alonso et à... Aguero !    Deux Marocains remportent les troisième et cinquième places du prix Katara pour la récitation du saint Coran    L'insécurité alimentaire aiguë a atteint son niveau le plus élevé en cinq ans (GNAFC)    Des manifestants tchadiens brûlent le drapeau français, France 24 filme mais no comment    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce samedi 8 mai (Maroc/Covid-19)    Baccalauréat 2021 : le MEN publie un guide des candidats    Allemagne: le Bayern remporte son 9è titre consécutif    Maroc-Espagne : un manifeste signé par 9 partis politiques    Le wydad reçoit des vœux pour son 84e anniversaire (PHOTOS)    Al Hoceima: une opération d'immigration illégale avortée, un individu interpellé    L'accueil du dénommé Brahim Ghali en Espagne, un acte «inacceptable» et «condamnable» (Partis politiques marocains)    Commémoration du 8 mai 1945 : la France met à l'honneur un goumier marocain âgé de 103 ans    Aïd El-Fitr: Marrakech sous haute surveillance    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 8 mai 2021 à 16H00    Al Akhawayn pilote un projet de transformation des huiles de friture en biodiesel carburant    Médias: le long calvaire des journalistes    Enseignement supérieur: Amzazi s'attaque au cumul d'activités des enseignants-chercheurs    Le rappeur marocain Issam dévoile son premier album "Crystal"    Coworking : le suisse IWG ouvre un nouvel espace de travail à Casablanca    AstraZeneca: la France recense deux nouveaux cas de thromboses, dont un décès    La Chine lance une campagne contre la fraude et la cyberviolence    Marocains bloqués à l'étranger : la DGAC annonce les conditions d'accès au territoire national    La Bourse de Casablanca en nette hausse du 3 au 7 mai    Le régime algérien réclame toujours la «repentance» de la France pour la période coloniale    Marocains bloqués à l'étranger : voici les conditions exigées pour les vols de rapatriement    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    Le Maroc et le Koweït déterminés à donner une forte impulsion à leurs relations bilatérales (ministre Koweïtien)    Le projet Andam pour que reste la parole    Mounia Lamkimel : "J'aime les personnages complexes et je n'aime pas que l'on me colle une étiquette"    Cinéma : Un réseau d'acteurs pour la promotion des droits de l'Homme voit le jour    "Tlata Del Ferhate", le bonheur est le plus grand des trésors ! Dimanche à 23h00    L'icône de la chanson amazighe moderne !    Bilan cinématographique de 2020 : 13 longs-métrages et 83 courts-métrages produits    Nouvelle édition du Festival international de Meknès du cinéma des jeunes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival international Cinéma et Migrations d'Agadir
Publié dans Albayane le 31 - 12 - 2019


Une gratification spectaculaire!
Comme attendu, le festival international de Cinéma et Migrations d'Agadir vient de se positionner dans le top ten du 7e art de l'Afrique. Une belle consécration pour un projet artistique dédié à la cause migratoire dans ses aspects humaniste et civilisationnel.
Depuis sa création, il y a seize ans, cet événement thématique de haute facture tant au plan de l'invention que de l'authenticité, a pu se frayer une place au soleil au sein du continent de la négritude, comme se plaisait de baptiser Léopold Sédar Senghor, premier africain à siéger à l'académie française.
En fait, trois festivals marocains sur dix, dont celui de la capitale du Souss, furent distingués. Une prouesse africaine dans l'univers du cinéma, à un moment où le continent africain pétri de son originalité, se fait un charisme saisissant. L'écrivain sénégalais, précédemment cité, disait un jour : «La négritude est une culture, un fait. C'est l'ensemble des valeurs de tous les peuples l'Afrique !». Si le festival de Marrakech qui prône le brassage pluriel de la recherche du cinéma universel, se tient le sixième rang en Afrique, il doit ce privilège à l'intérêt tout particulier dont il jouit de l'officiel. Quant au festival de Khouribga, plutôt thématique, consacré uniquement au cinéma africain, depuis son existence en 1977, il occupe non sans panache, la 8ème place dans ce palmarès.
Le festival d'Agadir ferme la marche de ces dix meilleurs rendez-vous annuels qui agrémentent le champ de cinéma dont la particularité porte sa pierre dans cette performance. En effet, en 2003, date du coup d'envoi de cette nouvelle trouvaille de cinéma, il opte pour le thème de la migration dont un parterre prolifique ne cesse de mettre la main à la pâte afin de mener le débat autour de ce phénomène de plus en plus en vogue. Le parcours du festival de la capitale du Souss, laborieux et sensationnel, s'est âprement persisté aux pénuries logistiques et aux carences matériels. L'absence cruelle de salle de projection, l'indigence et la vulnérabilité des moyens budgétaires, entre autres, se croisent pour mener la vie dure à cette activité.
Les initiateurs de cette manifestation de taille ne se contentent pas de se pencher exclusivement sur l'élaboration du menu et du contenu programmatiques, mais également sur l'aménagement de la salle en état piteux, qui s'ouvre une fois par an en exception. On dépoussière, on peint, on pavoise pour que l'espace soit, encore une fois, flambant neuf. C'est là le mérite de l'association «Initiative culturelle» qui s'y met d'arrache pied, à chaque édition pour pérenniser une tradition dans une métropole économique sans…bâtisse de cinéma. Hommage donc à ce festival qui, en dépit des contraintes, se hisse dans la cour des grandes messes artistiques de l'Afrique ! Un signe fort aux décideurs et aux bailleurs de fonds de parrainer cette action qui fait honneur au pays et force la reconnaissance de l'instance africaine.
Un précieux acquis à institutionnaliser de plus belle, en le dotant de salle adéquate et l'entourant de tous les égards car il s'érige désormais en une fierté collective.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.