Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Le poison du racisme fait trembler l'Allemagne    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois questions à Driss Guerraoui, Président du Conseil de la Concurrence
Publié dans Albayane le 29 - 01 - 2020

Le Président du Conseil de la Concurrence, Driss Guerraoui a été invité à la 12ème édition de la Journée de la Création d'Entreprise, tenue tout récemment à l'Institut de France à Paris, à l'initiative de l'Association Maroc Entrepreneurs.
Organisée sous le thème « 20 ans de progrès: quels défis pour le Maroc de demain ? », cette rencontre a mis en lumière les réalisations du Royaume sous le leadership de SM le Roi Mohammed VI et les défis que le Maroc est appelé à relever lors des prochaines années, notamment dans le sillage de la mise en place du nouveau modèle de développement.
Dans un entretien à la MAP, le Président du Conseil de la concurrence revient sur sa participation à cette rencontre, et évoque les progrès réalisés par le Maroc, mais aussi les défis à relever pour les prochaines années.
Quels sont les principaux points que vous avez développés lors de votre contribution durant cette conférence?
– Cet événement organisé par l'Association Maroc entrepreneurs était une opportunité de dresser un bilan raisonné et objectif de 20 années de transformation économiques et sociales de notre pays et d'évaluer tout le parcours de notre pays en cette matière. Nous avons à ce niveau constaté que toutes les transformations qu'a connues notre pays sur les plans économique et social ont été préparées par trois décisions politiques extrêmement importantes. Tout d'abord, le choix politique d'engager le Maroc dans une expérience d'alternance. Deuxièmement, le choix judicieux de réconcilier les Marocains avec leur histoire à partir de la création de l'Instance Equité et Réconciliation. Et la troisième décision a consisté à faire le bilan de 50 années de développement économique, social, culturel et territorial pour identifier les faiblesses, les forces mais aussi d'éclairer sur les perspectives d'avenir.
Ces trois décisions ont-elles abouti à des résultats?
– Ces décisions politiques audacieuses et importantes ont eu deux résultats essentiels. D'abord la confiance des citoyens, des acteurs et des forces vives de notre pays dans leur projet. Le deuxième résultat c'est la crédibilité internationale de ce projet. Tout ce contexte explique les grandes réalisations faites par notre pays sur le plan économique et social. C'était l'occasion pour moi de voir le chemin parcouru en termes de création de richesses, d'amélioration des conditions de vie des populations, de modernisation des infrastructures économiques et en termes de protection sociale. Nous avons, chiffres à l'appui, montré l'évolution somme toute positive à l'échelle des principaux indicateurs économiques et sociaux, mais nous avons aussi posé la question des grands défis qui restent à relever pour les années à venir compte tenu de ces transformations économiques et sociales.
De quels défis s'agit-il?
– D'abord, il s'agit de la généralisation de ces transformations économiques et sociales pour que la modernisation économique et le progrès social puissent toucher toutes les couches de la société et toutes les régions de notre pays. Le deuxième défi, c'est celui de la juste répartition des fruits générés par cette modernisation et par ces transformations économiques sur l'ensemble des citoyens et l'ensemble des territoires. Le 3ème défi est celui de la gouvernance de cette transformation économique et donc de cette modernisation économique généralisée de notre pays qui passe nécessairement par une gouvernance responsable qui fait du contrôle et de la reddition des comptes l'un de ses axes essentiels d'une part, et d'autre part qui met en place les éléments d'une gouvernance économique qui libère les énergies et qui est en phase avec les projets ambitieux de notre pays. Le 4ème défi, c'est celui de la durabilité de ces transformations afin que nous puissions préserver les ressources pour réaliser la durabilité de cette modernisation et enfin le défi de la soutenabilité afin de mobiliser le génie national pour produire des ressources nouvelles nécessaires pour pérenniser le financement de cette modernisation économique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.