Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Coronavirus : Vivo Energy Maroc soutient les professionnels de santé    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    La BCP se mobilise pour accompagner le dispositif de soutien aux ménages    Le HCP appelle les entreprises à une adaptation des échanges de l'information économique    L'ombre d' une pénurie de médicaments plane sur l'Europe    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Les pharmaciens déclinent leur vision de la réforme    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Gare aux contrevenants!    Obligation du port du masque de protection depuis hier    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    «Après la pandémie, la reprise serait très difficile»    La Suède rejette le confinement…    Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»    PPS : L'amnistie royale, un geste généreux dans ces circonstances difficiles    Télétravail : Gare aux failles de sécurité !    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Edito : Soldats invisibles    Pour accompagner les citoyens : Inwi se mobilise dans le contexte de crise    Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»    Changement de modèle ?    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au-delà des chiffres !
Publié dans Albayane le 23 - 02 - 2020

Le 26e Salon International de l'Edition et du Livre (SIEL) a baissé son rideau, dimanche 16 février, à la Foire internationale de Casablanca. Selon les chiffres du Ministère de la tutelle, cette «messe livresque» a attiré près d'un demi-million de personnes.
Un nouveau record! En effet, cette édition, à l'instar des précédentes d'ailleurs, a été marquée par une présence remarquable et attirante des enfants venus de différentes villes et régions, et qui ont submergé les stands du SIEL. C'est réjouissant en fait de voir toutes ces marées humaines qui transforment cet événement culturel, littéraire et livresque à une «fête populaire».
Or, le SIEL a encore du mal à conquérir d'autres horizons et univers culturels universels et internationaux en séduisant les maisons éditions les plus prestigieuses qui amènent avec elles non seulement les nouveaux titres parus; mais aussi et surtout des plumes reconnues mondialement qui viennent pour signer leurs nouveautés et contribuent aux débats directs avec les mordus des littératures et des lettres.
Dans cette optique, il faut toujours le rappeler, le bon de nombre des éditeurs étrangers est représenté par des agents qui ne font que vendre leurs livres. Par ailleurs, le stand « institutionnel » occupe comme à l'accoutumée une place prépondérante du salon. Que de beaux stands sur des superficies importantes. Selon les chiffres du Ministère de la Culture, 266 institutions ont pris part à cette manifestation, dont 8 constitutionnelles, 6 ministères, 3 institutions publiques, 7 universités, 12 ambassades et représentations étrangères.
Mais, à quoi servent alors un certain nombre de ces stands bien arrangés, imaginés et construits quand le livre, l'écrivain et l'éditeur sont les grands absents de leur participation, programmation?
Au-delà de l'activité commerciale et des chiffres enregistrés, du public attiré, le SIEL devra revoir sa ligne éditoriale en encourageant les petits éditeurs, en s'ouvrant sur d'autres marchés et sensibilités, en attirant les grands éditeurs et des sommités de la littérature et des lettres pour que cet événement ait la place qu'il due parmi les autres salons internationaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.