Vent de précampagne électorale dans les barreaux    Justice: Un premier agenda pour l'après-confinement    La loi sur les travailleurs sociaux au Conseil du gouvernement    Essaouira, nouvel eldorado du tourisme    HSEVEN lance un programme de mentorat pour les porteurs innovants    Covid19: L'hydroxychloroquine interdite en France    Fonds spécial: Les pharmaciens de Casablanca participent    «Living in Times of Corona», des films de l'intérieur    Liaisons maritimes pour rapatrier les touristes français bloqués au Maroc    CGEM : un plan de relance de 100 milliards DH sur 12 mois    Le Maroc se classe en tête des pays africains les plus intégrés sur le plan macroéconomique    Ligue des champions, Coupe de la Confédération et CHAN s'acheminent vers l'annulation    L'examen du calendrier de la saison 2020 au centre d'une réunion en ligne de l'Union arabe de karaté    Noussair Mazraoui tout proche d'un accord final avec l'AC Milan    Grace Njapau Efrati : Le Plan d'autonomie, seule solution au différend sur le Sahara    Reprendre, oui mais comment ?    Violence contre les femmes à Marrakech : 30 appels téléphoniques enregistrés en deux semaines    Contribution de l'INDH à la lutte contre le Covid-19 à Taounate    Programme intégré pour lutter contre le coronavirus à Asilah    La conjonction de tous les risques    Disny accusée d'avoir fermé les yeux sur 14 ans de harcèlement sexuel    Coronavirus: 24 nouveaux cas mercredi à 18 heures, 7601 cas cumulés au total    Seule et unique voie pour le salut, la démocratie    La reprise n'est pas pour demain!    Hakimi a-t-il dit adieu au titre de champion?    Sahara marocain: L'Initiative d'Autonomie est la seule solution    Alliance irano-vénézuélienne contre le blocus de Washington…    L'engagement documentaire    Qu'en pensent les professionnels du secteur?    Le sud-africain PIC prend une participation de 13% dans Aradei Capital    Le Maroc est le pays de l'Afrique du Nord qui « maîtrise le mieux le coronavirus »    Agriculture: les exportations de primeurs en hausse de 8%    Coronavirus : 7 nouveaux cas, 7.584 au total, mercredi 27 mai à 10h    Chelsea : L'algérien Saïd Benrahma pour épauler Hakim Ziyech ?    Direction Fenerbahçe pour Yassine Bounou ?    SM le Roi, Amir Al-Mouminine, accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Il est grand temps de penser le Maroc d'après    Hakimi buteur contre Wolfsburg    Les stars de la musique africaine en concert virtuel    HBO mise sur son catalogue pour booster sa nouvelle plateforme de streaming    Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…    Maroc, de quoi avons-nous peur?    VH et MFM lancent un grand concours et une expo à vocation solidaire    France: La demande du CFCM aux mosquées    Aid El Fitr: Le Roi gracie 483 détenus    Forte participation au concours de déclamation du Coran à distance    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon
Publié dans Albayane le 03 - 04 - 2020

Il n'y a pas mieux que l'art pour sortir de la routine et de l'ennui du confinement. En ces temps durs, le jeune comédien Abdelfattah Achik a opté pour le réseau social «facebook» pour lancer sa nouvelle expérience théâtrale, «Masrah net» (théâtre net).
Sur cette plateforme, l'artiste y donne des spectacles en direct suivis par un débat avec son public virtuel.
«J'ai profité du confinement pour lancer cette expérience théâtrale en abordant des sujets liés à la situation que nous vivons ces temps-ci. Pour ce faire, j'ai commencé à diffuser des pièces de théâtre courtes de 5 à 7 minutes qui sont suivies par un débat», a affirmé le jeune comédien dans une déclaration à Al bayane.
Ces pièces de théâtre, dit-il, permettent au public virtuel d'interagir et participer aux divers échanges autour des thématiques toujours d'actualité abordées par l'intermédiaire des pièces jouées.
En outre, cette pratique théâtrale nous fait penser au théâtre-forum qui a connu un véritable essor dans les années 60. Une méthode qui a été mise bel et bien par l'homme des planches brésilien, Augusto Boal.
Pour Abdelfattah Achik, le but de cette initiative «est de faire sortir les gens de cette psychose générale». «Masrah net» est également une fenêtre pour s'évader afin de sortir de la routine quotidienne du confinement, a-t-il souligné.
Et d'ajouter : «C'est une manière d'affirmer la présence de l'artiste en ces temps durs pour accomplir sa tâche dans la société et apporter sa pièce à l'édifice.
Jusqu'à présent, le comédien a présenté plusieurs prestations théâtrales en live dont «Angoisse», «Couloir » et bien d'autres.
«D'abord, je travaille sur l'idée mais les dialogues et les répliques sont souvent improvisés. A vrai dire, le direct nous permet de se focaliser davantage sur l'espace et le comédien», a-t-il fait savoir.
Ainsi, chaque minuit, le public virtuel de Achik se réunit pour découvrir une nouvelle pièce mais aussi pour participer au débat. «Je filme à partir de chez moi afin de créer de nouveaux espaces éventuels», a-t-il ajouté.
Dans l'expérience de Achik, explique le scénographe, Tarik Ribh, on trouve plusieurs références puisées dans les théâtres mondiaux dont le théâtre-forum et le théâtre-débat. Selon lui toujours, ce sont des initiatives simples mais qui sont très imposantes à l'image des autres spectacles qui se jouent dans les salles de spectacle. Car, dit-il, elles attirent entre 300 et 400 personnes ou plus qui se réunissent autour d'un live.
La culture à l'heure du Covid-19…
Pour le jeune scénographe, la culture doit être omniprésente peu importe les conditions. En d'autres termes, la société a besoin plus que jamais de la culture et de l'art notamment en ces moments difficiles. «Aujourd'hui, les artistes doivent jouer pleinement leur rôle dans la sensibilisation, le divertissement, l'éducation et le partage des idées en ses moments de crise», a-t-il affirmé. Et d'ajouter: «On essaie de trouver de nouveaux moyens pour communiquer et transmettre nos lettres de noblesse par l'entremise des réseaux sociaux ainsi que les différentes plateformes digitales».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.