Le Maroc rejoint l'indice obligataire Bloomberg de la BAD    Casablanca: Reprise du trafic du tramway au niveau du centre-ville    Retard de vaccination : El Othmani pointe du doigt les fournisseurs des vaccins    ONU : La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Badr Hari refait surface sur Instagram    Mise au point : « L'approche conspiratrice » adoptée par HRW fausse tout    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Arrestation d' un pharmacien pour trafic de psychotropes    L'ambassadrice de l'UE loue la stratégie marocaine en matière de lutte contre la violence à l'égard des femmes    Vaste mouvement parmi les directeurs provinciaux de l'éducation nationale    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Quels sont les défis à relever pour garantir le succès de la ZLECAf ?    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    «En 2020, l'offshoring marocain a montré sa capacité exceptionnelle à résister»    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    La reconnaissance de la marocanité du Sahara est un «développement naturel» de la position des administrations US    Situé à Casa Anfa : Un Institut «nouvelle génération» sur le digital verra bientôt le jour    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Médias-Pr. Rachid Lazrak : «Il faut être soit aveugle, soit de mauvaise foi, pour ne pas comprendre comment le Conseil de sécurité voudrait résoudre le problème du Sahara»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    RNI Academy, une nouvelle structure pour la formation des élus de demain    Euromed : Quel avenir ?    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»
Publié dans Albayane le 05 - 04 - 2020

Invité de la Fondation Lafquih Titouani, Nabil Benabdallah :
Khalid Darfaf
«Le monde de demain ne sera plus comme celui d'aujourd'hui et sera pire encore, si rien ne change dans nos modes d'action après cette crise engendrée par la pandémie», a souligné Nabil Benabdallah, Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS) qui était l'invité de l'émission «Les partis politiques et les questions actuelles», initiée par la Fondation Lafquih Titouani et diffusée samedi 4 avril sur la plate-forme Facebook.
Dès l'entame de cette rencontre, il a insisté sur le fait que l'absence d'une réponse collective au virus Covid-19 a mis à nu les modèles économiques fondés sur les doctrines libérales et ultralibérales mais aussi les tenants des approches de solidarités entre les Etats.
«Le monde de demain ne serait plus comme celui d'aujourd'hui et les rapports de forces à l'échelle planétaire vont indubitablement changer, d'où l'interrogation sur le rôle et la place de certaines institutions dites internationales», a-t-il déclaré. Autrement dit, chaque Etat s'est retrouvé seul face à son destin et la pandémie a révélé que dans les moments de crises, ce sont les Etats et particulièrement leurs services publics qui sont sur le devant de la scène et dans les premières lignes du combat. D'ailleurs, dans tous les Etats du monde, que ce soit en France, en Italie, au Japon, entre autres, ce sont les hôpitaux publics qui ont assumé la lourde tâche de faire face à la pandémie et non point les cliniques privées. «Cela nous impose le fait de revoir certains concepts qui sont d'ailleurs infondés», a-t-il martelé.
Cela étant, «la crise provoquée par la pandémie a apporté un désaveu irréfutable aux apôtres du Capital et aux défenseurs du secteur privé, considéré selon eux comme pilier principal dans le fonctionnement des Etats», a-t-il asséné.
Un Etat fort, synonyme d'un secteur public efficace
Pour le dirigeant du PPS, une telle situation doit nous rappeler à la raison et nous impose d'en tirer les leçons en vue de rectifier le tir et aussi afin de ne plus reproduire les erreurs du passé. Pour ce faire, la réforme du secteur public, notamment celui de la Santé et de l'Education, est une condition sine qua non pour le progrès d'une société. «Un Etat fort est synonyme d'un secteur public efficace, fort capable de mener à bien sa mission. Il s'agit d'un secteur stratégique qui devrait être doté des moyens nécessaires pour mener à bien sa mission», a-t-il indiqué. Et d'ajouter «L'investissement dans le secteur public est un investissement dans l'avenir d'où l'urgence d'agir pour que l'école publique soit un véritable moteur de l'ascension sociale garantissant l'égalité des chances». Et ce n'est pas tout, étant donné que l'Etat doit, en outre, revoir sa vision en matière de certaines stratégies sectorielles, en s'attelant à renforcer l'industrie lourde. L'objectif escompté est celui d'assurer notre autonomie par rapport à l'extérieur et s'affranchir des facteurs de contingence externes.
Revoir les politiques sectoriels
Dans ce sens, le SG du PPS a relevé la question de la révision de la politique agricole en vue d'assurer notre sécurité et notre souveraineté alimentaire en procédant au renfoncement de l'agriculture solidaire et l'appui des petits et moyens agriculteurs. A cela s'ajoute aussi la promotion de l'industrie lourde, condition indispensable pour mettre en place un modèle de développement économique efficient. La dimension humaine devant également figurer au cours de tout projet de développement se voulant progressiste a-t-il fait remarquer, en favorisant davantage les facteurs non économiques, de la réussite, tels l'égalité entre les genres, la renforcent de la diversité culturelle et le renforcement des libertés individuelles. Dans cette optique, le dirigeant du PPS a invité l'élite des intellectuels à faire leur retour sur l'espace public en vue de remplir son rôle en matière de la prévalence idées éclairées et progressistes et veiller à immuniser l'espace médiatique pour jouer sa mission qui lui convient.
La Santé, l'Education… prioritaire
Il faut dire, selon le dirigeant du PPS, que l'édification du Maroc d'aujourd'hui et celui du demain, soulève, à plus d'un titre, la question de la démocratisation de ses institutions et leur mise à niveau. Comme quoi, un aggiornamento s'impose pour aller d'avant. D'ailleurs, a-t-il rappelé, le PPS n'a cessé de contribuer par ses idées et propositions au débat public en se positionnant comme un fervent défenseur du service public aux côtés de tous ceux qui partagent sa vision. Une vision qui attaque en visière à ceux qui remettent en cause la place et le rôle du secteur public dans le fonctionnement des sociétés.
«Le PPS a toujours défendu corps et âme le principe de la priorité du secteur public et sera toujours partisan d'un Etat social et démocratique, dont le rôle consiste à orienter et réguler l'économie nationale tout en plaçant l'être humain au cœur de ses actions», a-t-il clarifié. En termes plus clairs, le PPS ne sera l'allié que de ceux qui partagent ces visions, c'est-à-dire un Etat qui pilote les politiques publiques, secondé par le secteur privé.
«Loin des surenchères politiques, l'Etat doit prendre à bras le corps le secteur de l'Education et la Santé. Il s'agit de la priorité des priorités tout en garantissant un niveau de vie décent aux classes défavorisées et ce en affermissant le tissu économique de la production», a-t-il affirmé.
En répondant à une question portant sur la faiblesse des politiques publiques et leurs incapacités à répondre aux besoins vitaux de la population, notamment en matière de santé et de l'éducation, Nabil Benabdallah a reconnu que les gouvernements ont beaucoup tardé à passer à l'action et ce depuis la réforme de la caisse de compensation entamée en 2011. Il faut reconnaitre, a-t-il déclaré, qu'il y avait une certaine hésitation pour traiter de front certaines questions sociales tout en soulignant que la réforme a été assujettie à des calculs étroits relevant de la pure politique politicienne.
Idem en ce qui concerne le secteur de la santé où un effort incommensurable a été consenti pour répondre à la demande croissante de la population. En fait, des dizaines d'établissements et centres hospitaliers ont été construits, mais cela n'est point suffisant, a-t-il noté. En termes plus clairs, de telles réformes ne peuvent aboutir aux résultats escomptés que par la mobilisation des postes budgétaires adéquats. «La réussite d'une politique publique quelle qu'elle soit devrait être accompagnée par la mise en place des ressources humaines nécessaires», a-t-il noté.
L'apaisement politique, une ouverture incontournable
Cependant, il est à souligner que le modèle de développement intégré ne peut se concevoir sans une véritable démocratie, aux antipodes des visions technocratiques où les partis sont relégués au second plan, alors qu'ils ont un rôle primordial à jouer, a-t-il laissé entendre, tout en appelant avec insistance à l'entame d'une ouverture politique qui tire d'un trait sur le passé, en faisant allusion aux dossiers relatifs à certains mouvements sociaux ou encore relevant de la sphère des médias.
Ainsi, a-t-il insisté que «la réhabilitation de l'action politique passe un souffle démocratique nouveau marqué essentiellement par une ouverture politique. «Il s'agit, d'une entrée principale de la réforme».
Notons que le Secrétaire général du PPS s'est félicité des efforts déployés par le corps médial, les forces sécuritaires qui font un travail remarquable sur le terrain grâce à la conduite éclairée et la vision perspicace de SM le Roi Mohammed VI visant à faire face aux effets de la pandémie. «Ces efforts ont consolidé davantage l'unité et la solidité de la nation derrière SM le Roi Mohammed VI, tout en appelant à la poursuite de cet élan de solidarité, a-t-il conclu».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.