Séance atone    Automobile: Un frémissement des ventes qui peut être salutaire    Fonds Innov Invest: Nouvel appui aux startups    Ouverture partielle des frontières: Qui pourra en bénéficier?    Covid19: 115 nouveaux cas au Maroc, ce vendredi à 10h00    Casablanca: Un inspecteur de police tombe pour falsification de documents    Tourisme : la Tunisie et l'Egypte prennent de l'avance sur le Maroc    Erdogan provoque les chrétiens    Examen du PLFR en commission à la Chambre des représentants    Nasser Bourita : L'accès au territoire national, une opération exceptionnelle    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    La chimère des espaces verts : Casablanca à l'agonie    Huiles végétales, sucre et produits laitiers font grimper les prix mondiaux des produits alimentaires    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    Adoption de projets de loi sur les établissements de crédit et la CCG    Exceptionnelle pour les frontières et progressive pour les mosquées : La vraie réouverture se fait désirer    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    RAM: voici le programme des vols exceptionnels à partir du 15 juillet    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    La 2ème session du bac sera-t-elle annulée au Maroc ?    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accrocs frontaliers dans l'Himalaya…
Publié dans Albayane le 02 - 06 - 2020

«Nous avons informé l'Inde et la Chine que les Etats-Unis sont prêts […] à arbitrer leur dispute frontalière qui fait actuellement rage». Mais si le tweet de Donald Trump, publié ce mercredi, prête à sourire même si la plaisanterie n'est pas de mise alors que la situation dans les rues de plusieurs villes américaines est hors de contrôle et qu'elle suscite même des craintes dans les chancelleries du monde entier, il oblige, tout de même, à s'interroger sur la situation à la frontière sino-indienne.
Aussi, la Chine a fait savoir que la situation est «globalement stable et sous contrôle (…) et peut se résoudre à travers le dialogue» alors que l'Inde New a prévenu que «la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Inde seront défendues tout en faisant, en même temps, tous les efforts diplomatiques nécessaires». Mais que se passe-t-il au juste dans les montagnes de l'Himalaya?
Pour comprendre les faits, il faut rappeler qu'à l'issue de la guerre qui, en 1962, avait opposé les deux pays pour le contrôle de leurs territoires himalayens respectifs, ces derniers ne s'étaient pas entendus sur le tracé précis de leur frontière commune alors même qu'elle s'étend sur 4.057 kilomètres, laissant ainsi la porte ouverte à l'éclatement, à tout moment, d'une crise militaire. Mais, depuis qu'ils ont repris leurs relations diplomatiques en 1988, les indiens et les chinois ont opté pour un petit arrangement consistant à régler leurs différends frontaliers sans aucun recours aux armes conventionnelles mais plutôt en usant de bâtons, de barres de fer, de jets de pierres voire même de coups de poings si le besoin s'en fait sentir.
Le 5 mai dernier, une «bagarre» avait éclaté entre des soldats indiens et des militaires chinois après que ces derniers se soient opposé à la construction d'une route militaire indienne près du lac Pangong, dans l'Etat indien du Ladakh, au motif qu'elle empièterait sur un territoire «chinois». Le même scénario s'est reproduit quelques jours plus tard, à quelques centaines de kilomètres dans le Sikkim. Cet affrontement avait fait 70 blessés du coté indien mais aucun chiffre n'a été communiqué du côté chinois.
C'est dans ce cadre que, le 27 mai dernier, après la tenue d'une réunion de crise autour du Premier ministre indien, Narendra Modi, ce sont 5.000 soldats indiens qui ont été envoyés à l'effet de renforcer les effectifs des forces indiennes stationnées dans le Ladakh le long de la Ligne de contrôle effectif (LAC – Line of Actual Control).
Persuadée que ce nouvel accroc, en pleine pandémie du coronavirus, a fait naître les pires craintes dans l'opinion publique indienne car nonobstant les rêves de grandeur de son Premier ministre, l'Inde serait incapable de tenir tête au voisin chinois si un conflit armé venait à éclater, la Chine en a profité pour pousser le Népal à modifier le tracé de ses frontières avec l'Inde de manière à priver New Delhi d'un point de passage crucial vers le Tibet.
Autant de manœuvres qui renforcent la pression exercée sur une Inde qui se voit de plus en plus menacée par l'influence chinoise dans l'Océan indien et dans le reste du sous-continent et qui va avoir d'énormes difficultés à affirmer son « indépendance » et à garder la tête haute même avec l'aide d'un allié américain lui-même empêtré, en pleine pandémie du coronavirus, dans une situation d'où il aura, sans aucun doute, bien du mal à sortir ? Alors, attendons pour voir…
Nabil El Bousaadi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.