Coronavirus : Chakib Alj appelle les entreprises à plus de vigilance [Courrier]    La deuxième Chambre est dominée par l'opposition : Le PLFR à l'épreuve du feu des conseillers    Coronavirus : 161 nouveaux cas, 16.097 au total, mardi 14 juillet à 18h    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 84 nouveaux cas, 16.181 au total    Eau/Électricité: l'État prend en charge les factures de 75% des Marocains, selon Amara    Ghost of Tsushima. Tout le monde l'attend    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Nouveau modèle de développement : Voici les premières conclusions de la CSMD    Covid-19: ce qu'il faut retenir de la réunion Laftit/CGEM    PHOTOS – Casablanca. Les immeubles s'effondrent    ODD : Le Maroc défend son bilan devant l'ONU    Moderna. Les essais cliniques prévus le 27 juillet    Syndrome de Tanger    Explications    Espagne: Arrestation de deux présumés terroristes algériens    La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Sahara marocain: un journal bulgare fustige le polisario et son mentor    Fête du Trône : Report des cérémonies et des festivités    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La Turquie et le monde arabe    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    Driss Lachguar : Il est grand temps de mettre fin aux agissements électoralistes afin de doter les consultations électorales de la crédibilité nécessaire    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Remaniement ministériel en Tunisie    Covid 19 : 111 nouveaux cas et 469 nouvelles guérisons ce mardi à 10h    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Formatage néolibéral, débat et combat
Publié dans Albayane le 03 - 06 - 2020

Hilarant! Au moment où l'Etat confirme sa prééminence, presque partout dans le monde, dans la lutte contre la covid-19 et pour la relance du système socioéconomique, certains ici-bas se cramponnent, bec et ongles, au «moins d'Etat» responsable des déficiences et des dysfonctionnements relevés depuis l'apparition de l'épidémie.
Cette position rigide est du à un formatage néolibéral où le profit et l'égoïsme priment sur toutes les autres valeurs de solidarité et de responsabilité sociale. Dans ce cadre, l'entreprise est conçue comme une propriété privée où le capital tire profit de toutes les valeurs ajoutées, sans aucune reconnaissance morale ou matérielle pour tout autre que lui, «centré sur la satisfaction de ses seuls désirs individuels».
Aucun respect pour le travail qui crée la richesse; et la seule «responsabilité sociale de l'entreprise est d'augmenter ses profits» comme le souligne Milton Friedman, l'un des promoteurs du néolibéralisme.
Ce genre de capital n'a aucun respect pour la législation du travail et a horreur du syndicalisme. Pour lui, le marché, seigneur de l'économie, n'a pas besoin de règles. Il méprise l'autorité publique.
L'Etat est réduit à son rôle administratif pour délivrer les autorisations nécessaires sans trop regarder (investissement et création d'emplois obligent) et de vigile pour mater toute revendication aussi légitime soit-elle. Etat qui, sous la contrainte du chômage structurel et de la précarité d'une partie de la population, doit s'estimer heureux que cette initiative privée donne à la plèbe de quoi assurer, un tant soit peu, ses besoins.
Par la menace de la fermeture des entreprises, la pratique du licenciement abusif, l'ordre productif est marqué par l'absence de tout ce qui est humainement acceptable. Il a horreur de la fiscalité qu'il considère comme une réduction de son accumulation de richesses et un handicap majeur à l'exposition de ses vantardises.
Le néolibéral ne se voit jamais dans le miroir de la société. Il est imbu de son personnage et jette la pierre aux autres, partis politiques, syndicats, associatifs de la société civile pour la défense des droits de la personne humaine. Il cherche à lobotomiser les humains et à robotiser la société.
L'épidémie est mal tombée pour cette entreprise néolibérale, parasite de la société, source d'aliénation et de soumission à la puissance de l'argent. Elle s'attendait à une «ouverture» plus importante du nouveau modèle économique en cours de préparation. Une ouverture qui lui permettrait «la démission de l'Etat» et une augmentation de son enrichissement.
La covid-19 a mis à nu ses manquements et les fractures qu'elle créait dans la société. Les contaminations localisées apparues sont en relation avec les conditions de travail qui ont poussé, à titre d'exemple, une ouvrière à réclamer aux autorités et à la direction de l'entreprise des toilettes pour pouvoir croire à la mise en place des mesures sanitaires imposées !
La politique sociale s'impose comme la colonne vertébrale de l'économie nationale pour permettre au corps social sa transformation démocratique et la réalisation du bienêtre et sa généralisation. Sans cette ossature basée sur la promotion de la personne humaine, la société serait un corps mou incapable de relever les défis du développement durable et de l'émergence.
Un corps parasité et dont l'immunité s'use par la précarité et l'exclusion, conséquences des inégalités sociales et des disparités spatiales qui ne font que s'approfondir avec le «laisser aller, laisser faire», le «moins d'Etat» et la distinction entre un Maroc utile et un Maroc inutile.
Le débat doit permettre de mettre à nu les prétendants de la continuité aveugle et sourde de l'idéologie néolibérale où on ne fait que «courir, s'agiter, faire à la hâte, travailler sans but, réagir sans distance, répondre aux sollicitations incessantes, gagner toujours plus d'argent, capitaliser, consommer un maximum, peu importe si les individus sont incultes, errants, sans racine, sans histoire, pourvu qu'ils soient des agents de la machine productive».
Le débat doit clarifier les choix et les modèles de développement qui préconisent la liberté, celle du renard au sein du poulailler ; et la liberté de ceux qui préconisent «une société solidaire où tous jouissent de la sécurité, de la liberté, de l'égalité des chances, du respect de leur dignité et de la justice sociale, dans le cadre du principe de corrélation entre les droits et les devoirs de la citoyenneté» comme le souligne notre constitution dans son préambule.
Ce débat doit être présent à travers l'ensemble des médias audiovisuels publics; mais dans l'attente de ce libéralisme, les réseaux sociaux doivent être mis à contribution dans ce sens.
C'est aussi le sens du combat mené par les patriotes, les démocrates et les progressistes dans notre pays pour l'affermissement «du processus de consolidation et le renforcement des institutions d'un Etat moderne, ayant pour fondements les principes de participation, de pluralisme et de bonne gouvernance». Un combat mené avec confiance et fermeté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.