Fonds d'aide cinématographique : 19 projets retenus et plus de 24 MDH d'avances accordées    Croissance économique : Une régression de 5,8% anticipée par le HCP en 2020    Covid-19: 203 nouvelles contamination et 5 décés ces dernières 24H    Alerte météo : temps chaud et orages jusqu'à lundi au Maroc    Coronavirus : 3212 cas actifs dimanche 12 juillet à 18 heures, 12.283 guérisons    Sainte Sophie. Erdogan veut mettre la main sur l'Islam    Préférence nationale : voici les mécanismes qui seront opérationnels    Bourse: le flou persiste pour Casablanca    Espoir, engagement et responsabilité    Youssef Zalal: «Je veux devenir le meilleur au Monde!»    Malheurs des ouvrières agricoles    Oppo A92 désormais disponible au Maroc    Test de dépistage pour le voyage... et pour la reprise du travail    8e réunion de la Commission ministérielle chargée des MRE et des Affaires de la Migration    Sit-in des robes noires en solidarité avec le sulfureux Me Ziane    Abdeladim Chennaoui n'est plus    Le tourisme de demain sera celui de la Culture, de l'Ecologie et du Bien-être    Lkraimi, une vie à l'ombre...    Turquie: l'ancienne basilique Sainte-Sophie redevient mosquée    Le dilemme Santé/Economie!    Pour la création d'une Haute Autorité de la Santé [Tribune]    RAM : Les passagers empruntant les vols au départ du Maroc sont dispensés de tests, mais...    RAM renforce ses fréquences sur deux liaisons    Mohamed Hayak, directeur général de Chada FM, n'est plus    Marrakech : Hadirate Al Anwar signe une nouvelle œuvre [Diapo]    Maroc vs Amnesty: Le gouvernement insiste sur les preuves    Liga: les résultats et le classement de la 36e journée    Covid-19: 238 nouvelles guérisons ces dernières 24 heures    Le coup de gueule des Marocains souhaitant regagner leurs pays de résidence (VIDEO)    Casablanca: Abdeladim Chennaoui inhumé au cimetière Chouhada (VIDEO)    Dialogue social: un 2ème round aura lieu    Athlétisme: Drôle de meeting et un gros bug à Zurich    Une série de réunions de la DTN pour développer le football national    L'OMDH préoccupé par les relations du Maroc avec Amnesty International    Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain    Reprise des activités à la Maison de la culture de Béni Mellal    "Papicha" au Festival du cinéma arabe de Séoul    Mohamed Benabdelkader : La réforme du système judiciaire passe par l'amélioration des conditions de travail des magistrats    Le Cameroun n'a pas encore donné son accord officiel pour la tenue du dernier carré de la C1    Driss Guerraoui porté à la présidence du Réseau Afrique des maisons de la francophonie    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?
Publié dans Albayane le 05 - 06 - 2020

«Ramenez nos soldats chez eux mais surveillez bien ce qui se passe et frappez comme le tonnerre, comme jamais auparavant, si nécessaire ! (…) Après 19 ans, il est temps pour eux de faire la police dans leur propre pays» pouvait-on lire, ce mercredi, sur le compte Twitter du président américain à propos des troupes déployées en Afghanistan depuis les attentats du World Trade Center.
Le fait même que Donald Trump parle de soldats, désormais, appelés à faire la police présuppose que Washington n'est plus en guerre contre l'Afghanistan comme au moment de la chute des tours jumelles et que le conflit qui s'y déroule en ce moment ne serait plus qu'une affaire interne à régler entre le gouvernement de Kaboul et son opposition talibane.
S'inscrivant dans le cadre de l'accord conclu le 29 février dernier, à Doha, entre les Etats-Unis et les insurgés Talibans, à l'issue duquel Washington a déjà ramené à 7.500 soldats le contingent de 13.000 soldats initialement déployé dans le pays, le désengagement total de l'armée US d'Afghanistan qui est un objectif majeur de la politique étrangère de Donald Trump aura certainement lieu beaucoup plus rapidement que prévu du fait des préoccupations liées notamment à la pandémie du coronavirus qui ont obligé l'administration américaine à accorder la priorité au retrait du personnel « non-essentiel » et des personnes considérées comme étant «à risques».
En contrepartie de ce désengagement américain, les Talibans ont promis à Washington de ne plus permettre aux combattants d'Al Qaïda d'opérer à partir du territoire afghan.
Si donc, durant cet été, Donald Trump parvient à ramener au bercail l'ensemble des soldats qui étaient déployés en Afghanistan après une présence qui aura duré plus de 18 ans dans ce qui fut la guerre la plus longue et, par conséquent, la plus coûteuse de leur histoire, ce sera, pour lui, un argument de campagne de taille qui pourra l'aider à reconquérir la Maison Blanche à l'issue des élections de novembre prochain.
Et si, par ailleurs, comme l'a relevé un émissaire américain, «beaucoup de gens étaient pessimistes sur la possibilité de tenir des négociations inter-afghanes et sur la capacité à faire suffisamment de progrès sur la question des prisonniers» force est de reconnaître qu'après trois décennies de guerre et de désolation, les lueurs de la paix en Afghanistan commenceraient à poindre à l'horizon.
Preuve en sont les différents échanges de prisonniers qui ont eu lieu et qui sont toujours en cours entre le gouvernement de Kaboul et les insurgés afghans, le cessez-le-feu qui a été décrété unilatéralement par les forces Talibanes durant la fête de Aid El Fitr qui marque la fin du Ramadan et qui s'étend encore, et enfin, l'entente à laquelle sont parvenus le président Ashraf Ghani et son ancien chef de l'exécutif et néanmoins rival Abdullah Abdullah, désormais «négociateur-en-chef» dans les pourparlers inter-afghans qui, selon lui, seraient sur le point de débuter «à tout moment».
Les troupes américaines déployées en Afghanistan depuis bientôt vingt ans vont-elles rentrer à la maison avant le 20 novembre prochain et donner, ainsi, un sérieux coup de pouce à Donald Trump dans sa reconquête de la Maison Blanche en dépit de la très forte contestation populaire à laquelle il fait face aujourd'hui ? Attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.