Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Attention au relâchement
Publié dans Albayane le 25 - 06 - 2020


Assouplissement des mesures de confinement
Ouardirhi Abdelaziz
Trois mois après le début du confinement de la population, décrété par le gouvernement pour juguler l'épidémie liée à la covid-19, les Marocains retrouvent enfin depuis le jeudi 25 Juin 2020, un plus de liberté de mouvements, de soleil, de joie de vivre.
Faut – il se réjouir pour autant de cette liberté retrouvée, de ce déconfinement tant attendu? Ou au contraire, craindre et redouter les risques potentiels de voir apparaître de nouveaux foyers de la covid 19?
Rien n'est encore gagné
Sans vouloir paraître pessimiste ou avoir l'air d'un trouble-fête, je ne puis m'empêcher au regard de la réalité, qui est vécue au quotidien dans de nombreux quartiers, de marchés, de kissariats, de souk, et dans les transports en communs bus ou Tram, qui parfois sont bondés de monde d'appréhender l'émergence soudaine de clusters ici et là, de nouveaux ca de la covid qui pourront tout gâcher.
Il va de soi qu'à ce stade de l'épidémie, le virus circule toujours, qu'il est parmi nous, que la prudence est de mise, que tout le monde sans exception, grand et petit doivent continuer d'adopter, d'appliquer les règles de précaution sanitaires. Rien n'est encore gagné, il faut se le dire et s'en convaincre.
Par conséquent, il est indispensable de conserver des gestes barrières, comme se laver les mains avant et après de sortir de chez soi, les frotter avec du gel hydroalcoolique à l'entrée et à la sortie des supermarchés, épiceries, boulangeries, et autres boutiques fréquentées par la population, se tenir à une distance d'au moins un mètre les uns des autres, porter un masque.
Le déconfinement c'est bien, en abuser ça craint
Il est indispensable d'adopter ce comportement civilisé, si nous voulons réellement combattre le virus, et limiter la propagation de la maladie.
Il s'agit d'un acte responsable, d'une approche citoyenne.
Malheureusement, nombreux et nombreuses sont les personnes qui se soucient très peu des recommandations et de l'application des gestes barrières. On les voit ici et là sans masque, marchant côte à côte, se frôlant aux autres sans aucune gêne, ni respect.
Ces agissements inacceptables en ce moment précis reflètent un manque de civisme et d'éducation, surtout quand ce sont des adultes qui agissent de la sorte. Le déconfinement, c'est très bien, mais en abuser ça craint. Les nouveaux cas covid-19, qui sont enregistrés un peu partout résultent de ces comportements, de ces agissements graves et dangereux, qui pourront malheureusement assombrir le soulagement entraîné par la levée de certaines restrictions et tout remettre en cause.
Cette éventualité, on ne doit pas la sous-estimer, l'ignorer, l'occulter. Bien au contraire, on se doit tous d'être très vigilants, car il s'agit de notre santé à tous, de celle de nos enfants, de nos familles, de notre population.
La vigilance est de mise
Le déconfinement est une décision politique courageuse. sa portée dépasse de très loin ce que pensent certains, uniquement préoccupés par les sorties entre amis, aller au café, faire des balades, le lèche vitrine, se baigner, déambuler, aller de magasin en magasin, faire la fête sans se préoccuper le moindre du monde de la santé des autres, alors que le virus est toujours parmi nous.
Tout le monde veut reconquérir les libertés dont nous avons été privés durant la période du confinement (3 mois). Mais il faut que la majorité comprenne, que le déconfinement n'est pas une carte blanche, que sa durée dans le temps dépend du comportement de tout un chacun. Il faut toujours avoir à l'esprit que le déconfinement n'est pas synonyme de relâchement mais de vigilance, de respect strict des gestes barrières...
Le bonheur retrouvé
On désire tous sortir, faire de la marche, voir nos familles, nos amis, être caressés par les rayons du soleil, aller a la plage, nous baigner...
C'est d'autant plus réalisable avec le beau temps de ces mois de juin et de juillet qui annoncent un été radieux. Ce qui est de nature à aider le moral de l'ensemble de notre population.
Depuis jeudi il y a foule, tout le monde souhaite sortir, les jeunes et les moins jeunes. La rue connaît une effervescence, telle une rentrée des classes. Chacun souhaite sortir sa plus belle tenue de son placard. Particulièrement les polos, les chemises demi-manches...
Les retrouvailles avec la famille, avec les collègues de travail, avec les potes. Grâce au déconfinement , plus rien ne peut empêcher le bonheur de se retrouver et de se voir en vrai , de prendre un café , de discuter de bon nombre de choses.
Ce qu'il faut espérer, c'est que nos concitoyens de Tanger à Lagouira fassent tous preuve de responsabilité. Si les mesures de prévention sont respectées, distanciation sociale, port de masque, utilisation du gel hydroalcoolique, lavage des mains à l'eau et au savon plusieurs fois par jour, et si tous sont vigilants, on réussira à contenir les épidémies et à vaincre ce virus.
Le déconfinement va aussi faire appel à la capacité des entreprises à s'adapter, à créer de nouvelles choses. Ce n'est pas aussi facile qu'on peut le croire. Si les magasins de premières nécessités ont pu rester ouverts pendant la période de confinement, pour permettre aux citoyens de faire leurs courses , ou les pharmacie pour l'achat de médicaments , de nombreux commerces sont restés fermés et ont connu de grandes difficultés financières.
Aujourd'hui grâce au déconfinement qui a commencé jeudi, tous pourront à nouveau reprendre leurs activités commerciales, et accueillir des clients.
Il en est de même pour les espaces de loisirs et de divertissement, tels que les salles de sport et les hammams avec un maximum de 50% de leur capacité d'accueil.
On pourra se baigner, les plages seront ouvertes de 8 h du matin jusqu'à 18h. Il faut respecter la distanciation physique.
La réouverture des salons de coiffure et d'esthétique, sans dépasser 50% de leur capacité d'accueil. Comme il est essentiel de respecter les gestes barrières, notamment la distanciation sociale, le lavage des mains et le port des masques de protection, Il est donc impératif de se soumettre à toutes les mesures de prévention si on veut profiter longtemps de ce déconfinement nouvellement retrouvé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.