Conseil de gouvernement : la création du Fonds Mohammed VI pour l'Investissement validée    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    La RAM renforce son programme de vols internationaux    Vaccins : Le Maroc veut assurer l'approvisionnement à d'autres pays    Météo Maroc: baisses des températures, neige et pluie dans ces régions    Covid-19: L'artiste Mahmoud El Idrissi n'est plus    Mahmoud El Idrissi, le ténor de la chanson marocaine, n'est plus    L'Opinion : Les légendes ne meurent jamais    Belle opération de la Marine royale à Nador    Soutien constant et fort à la cause marocaine    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Erreur lors de l'étude préliminaire du vaccin AstraZeneca : Quid de l'efficacité ?    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Culture : Un Show solo de Mohamed Abouelouakar à L'Atelier 21    CIH Bank améliore son PNB de 13,2% à fin septembre    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Sidaction Maroc 2020 : lancement de la campagne à partir du 1er décembre    « Les parents tortionnaires ont souvent des antécédents de maltraitance »    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    L'Unesco et l'Association mondiale des éditeurs de presse s'unissent en faveur de la survie des médias    Holmarcom & A.P. Moller Capital s'allient pour l'Afrique    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    La Plateforme Internationale de Défense et de Soutien au Sahara marocain saisit l'ONU et le HCDH pour condamner les actions du «polisario»    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu le Roi Hassan II    MAROC-MAURITANIE : L'AXE CONSTRUCTIF    Madrid fait craquer l'Inter Milan, le Bayern et City qualifiés, Liverpool à la ramasse    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Neta Elkayam revisite avec brio les chansons judéo-marocaines    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    Devises vs Dirham: les cours de change de ce jeudi 26 novembre    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie: le «Caesar Act», un nouveau frein à l'aide humanitaire...
Publié dans Albayane le 29 - 06 - 2020

«Laissez les syriens crever sinon vous aurez affaire à nous !». Telles sont, en substance, les dispositions contenues dans le «Caesar Act» entré en vigueur le 17 juin dernier et prévoyant de nouvelles sanctions américaines contre toutes personnes physiques ou morales qui collaboreraient avec le régime de Damas.
Aussi, pour ne point tomber sous le coup des «sanctions internationales» fixées par cette nouvelle «loi américaine», les banques et les autorités douanières « bloquent tout» dès lors que, dans le document afférent au transfert de produits ou d'argent, figure le mot «Syrie» s'émeut Joseph Daher, enseignant à la Faculté des Sciences Sociales et Politiques de Lausanne, pour lequel «la loi César ajoute une pression supplémentaire sur une situation déjà très compliquée par plusieurs facteurs dont la crise financière libanaise et la crise sanitaire».
A cet effet, la responsable d'une ONG syrienne enregistrée en France, souhaitant garder l'anonymat pour ne pas attirer l'attention de sa banque, dira même que «chaque fois on nous a signifié la fermeture du jour au lendemain, sans préavis ni explication et sans nous laisser le temps de nous retourner».
Fabienne Eustratiades, secrétaire générale d' «Alwane », une petite association franco-syrienne établie à Lyon qui soutient les enfants syriens déplacés en leur envoyant du matériel pédagogique et en leur apportant une remise à niveau scolaire, déplore le fait que la Banque Postale, auprès de laquelle son association avait ouvert un compte en 2012, leur ait adressé en février dernier « une lettre recommandée, accompagnée d'un chèque du solde du compte, sans aucune explication sur les raisons de cette clôture ». Aussi, pour éviter pareils désagréments – rejets de virements ou autres – les associations se voient donc contraintes de confier, à des voyageurs se rendant dans des pays limitrophes de la Syrie, les petites sommes destinées à leurs bénéficiaires ; avec tous les risques que cela pourrait comporter.
De tels incidents sèment, très souvent, le «doute chez les donateurs» regrette Ronan Lucas, Président de l'association «Tous pour la Syrie» qui rappelle que le lait infantile que son association avait envoyé à l'intention d'enfants du nord de la Syrie et qui devait nécessairement transiter par la Turquie, avait été «saisi à l'arrivée par la société de transport qui exigeait un justificatif de la provenance des fonds et de leur destination». Aussi, pour «échapper à ces tracas», Ronan Lucas envisage de changer le nom de son association et de l'inclure dans une ONG «plus globale sur les réfugiés».
Ainsi, à la veille de la conférence annuelle qui sera organisée la semaine prochaine par l'Union Européenne, en soutien à la Syrie, un regroupement d'ONG syriennes incluant les organisations «Impact» et «We exist» a présenté ce jeudi, à Bruxelles, un rapport mettant en évidence les «sanctions invisibles » qui, en résultant d'une « application excessive» par les institutions financières des restrictions aux transferts d'argent, limite considérablement toute action humanitaire entreprise au profit de la Syrie.
L'Union Européenne va-t-elle, enfin, pouvoir alléger les «sanctions américaines» en mettant en place des mécanismes clairs qui permettraient aux associations humanitaires d'apporter leur aide aux syriens dans le respect des lois dites «anti-terroristes» et aux banques de ne pas être confrontées à la fermeture de comptes des clients dits «à risques»? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.