Guerguerat : le PPS condamne les agissements des séparatistes    Guergarat: N'en déplaise à l'APS, l'ONU a bel et bien rappelé le polisario à l'ordre    Chami présente ses recommandations pour une intégration régionale réussie du Maroc en Afrique    Immobilier marocain : la formule gagnante pour conquérir des capitaux institutionnels internationaux    Azzedine El Mountassir Billah revient aux affaires à la tête d'Inwi    Le roi Mohammed VI félicite le nouvel émir du Koweït    Real Madrid: Eden Hazard indisponible au moins 15 jours    L'affaire Naïma. Les parents racontent toute l'histoire derrière l'abominable meurtre de leur fillette (reportage vidéo)    ONDE: Mobilisation générale contre les violeurs et les agresseurs d'enfants (vidéo)    Après Latifa Raafat, le rappeur Droos s'indigne contre la subvention du ministère    Marrakech : «Hikayat Shahrazad», l'art au service des nobles causes    Roland-Garros: Serena Williams déclare forfait    Une étape importante qui transforme une impasse de plusieurs années en un véritable élan    Le FC Barcelone tient son nouveau défenseur !    Le HUSA assure son maintien, le CAYB menacé    Vahid Halilhodzic tiendra une conférence de presse    Hong Kong: Arrestation de Joshua Wong    TikTok : La bataille juridique s'achèvera-t-elle ?    L'Algérie a besoin d'un prix du baril de pétrole à 157,2 dollars pour équilibrer son budget    Cour des Comptes : L'encours à la dette a plus que doublé durant la dernière décennie    Les enfants, les adolescents et les maladies cardio-vasculaires    Le «nœud»    Années 30. Comment vivaient les Juifs du Maroc    «Les Gnawa de Lalla Mimouna», de M'bark El Haouzi et Erwan Delon aux Editions l'Harmattan    Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?    La Chikha est avant tout une guerrière    Cour des comptes: dégringolade du rendement des principaux impôts    Marsa Maroc : CA de 1 454 MDH au 30 juin    Le nouvel Émir du Koweït prête serment    Colère en Inde après la mort d'une jeune femme à la suite d'un viol collectif    Des Marocains bloqués à Melilia bientôt rapatriés    L'OMS enquête sur des accusations de crimes sexuels liées à l'épidémie d'Ebola en RDC    100 millions de doses de vaccins supplémentaires pour les pays démunis    Présidentielle américaine : le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden sombre dans la confusion générale    CNSS : nouveau soutien au profit des entreprises [Document]    Voici le temps qu'il fera ce mercredi    Imam Mahmoud Dicko: dans les situations difficiles, le Maroc "est le premier pays qui vient au secours du Mali"    Abdeslam Seddiki pointe du doigt les « réalisations et les grandes réformes » du gouvernement    Restitutions d'œuvres d'art : la gestion française du dossier laisse à désirer    Impôts: La DGI propose de nouvelles fonctionnalités en ligne    Roland, Strasbourg et Hambourg    Covid-19 au Maroc: triste bilan des décès    Aït Taleb: « le Maroc n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague » (VIDEO)    Industrie: Baisse de l'indice des prix à la production en août (HCP)    Chama Zaz : L'étoile de l'Aita Al Jabalia s'en est allée !    Programme de soutien destiné au domaine artistique : 459 projets subventionnés    La course aux points bat son plein aussi bien en haut qu ' en bas du tableau    Matchs amicaux de l'équipe nationale : Halilhodzic dévoilera la liste des Lions de l'Atlas ce jeudi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«De l'encre sur la marge» de M'barek Housni
Publié dans Albayane le 09 - 08 - 2020

Quelle est la signification ou plutôt les significations que l'auteur a injectées dans le mot «encre» (hibr en arabe)? C'est une question qui se pose d'emblée, tellement le titre est intriguant. Car il paraît évident qu'il ne s'agit pas seulement de cette encre à écrire. Pour y voir de près, consultons le dictionnaire.
Les mots dérivés de «hibr» (encre) ou s'en approchant désignent le fait d'ornementer un tissu, de le broder, de bien calligraphier, de se réjouir en contemplant un ornement. Dans le verset 70 du Saint Coran, le verbe conjugué «touhbaroun» signifie être heureux en vu des jouissances promises au paradis, rendre heureux. Dans le hadith du prophète, cité par Abi Moussa Achaari.
Par ailleurs, le verbe «habara» veut dire remplir un encrier, écrire un livre, rendre un dessin plus beau. Enfin le nom «hibr» désigne tout autant le savant que le poison.
Là où il y a de l'encre, il y forcément quelqu'un qui écrit, qui a l'intention d'écrire, ou tout au moins ayant un projet d'écriture en vue. La présence de l'encre suppose aussi le geste d'hésitation avant de commencer de griffonner.
Dans ce livre, l'encre n'a rien à voir avec le fait d'ornementer, d'enjoliver ou de rendre un écrit plus beau. Il y est question d'attirer l'attention sur un signe, sur une forme. C'est rendre compte d'une mission délibérée ou non. Donner à voir un symbole propre à un événement donné, à un message, à ce qui ressemble à de l'écriture.
Et du moment qu'on est en présence d'encre, les Arabes utilisent parfois l'expression : «Ce n'est que de l'encre sur papier», signifiant par cela tout écrit inutile, ou du moins manquant de sérieux.
Ceci pour le mot encre. Voyons du côté du mot «marge». La marge signifie l'à-côté du livre qui est l'alentour d'un espace. Dans les métropoles, les habitants des banlieues se sentent vivre dans la marge qui équivaut à l'oubli. En littérature, on parle fois du courant littéraire appelé «littérature de la marge» animée par les écrivains marginaux. Partant de ce constat, la marge ne serait-elle pas ce lieu destiné à y placer les paroles, l'écriture qui déborde de la surface ou la face de la page. La marge est aussi destinée aux commentaires et aux notations, et bien entendu aux corrections.
Les verbes dérivés du mot marge en arabe, «hammacha» signifie trop parler sans être dans le vrai, mais aussi rassembler des feuilles de papier.
La couverture présente un tableau d'une simplicité somme toute belle. Elle affiche trois couleurs avec une prédominance du noir suivi du rouge et du blanc. La moitié supérieure est en blanc. Le titre est mis en évidence en rouge entre le nom de l'écrivain (M'barek Housni) et l'indication du genre littéraire (recueil de nouvelles). Quant au noir, il est étalé sur toute la moitié inférieure qui est un peu plus large.
Entre ces deux couleurs principales et comme les délimitant, il y a une grande tache rouge dont les gouttes sont éparpillées violemment et débordent sur eux en dessinant des lignes qui s'entrecroisent joliment et avec art.
À quoi se réfère ce liquide rouge étalé de cette manière ? À l'encre ? Au sang ? Ou est-il employé ici par nécessité artistique du moment que le noir ne peut se dessiner sur du noir?
Y a-t-il des raisons pour remplir toute une moitié de noir ? N'est-il pas plus judicieux de le remplacer par du jaune qui rendrait le noir plus attrayant ? Quoiqu'il en soit cette couverture nous inspire un troisième titre : «tache d'encre rouge sur la bordure».
Comment tout cela s'est-il réfléchi sur le miroir «magique» qu'est le tableau de la couverture ? Le nom de l'artiste n'est pas mentionné, et il est très probable que c'est un choix de l'éditeur. Sinon l'écrivain n'omettrait guère de désigner l'illustrateur. Il compte beaucoup d'amis dans le monde des arts plastiques. De toute façon, l'illustrateur n'est pas obligé de faire étalage les détails du titre ni s'essayer à avancer ses significations. Il est maître de son pinceau et de ses couleurs qui lui permettent de créer sa propre lecture du titre principal et des nouvelles.
Le recueil comporte quinze nouvelles : tréfonds de l'œil, Zarathoustra dans un lieu lointain, au pied d'une cascade, le tour de l'homme élégant, rêves chimériques d'un amant en papier, un amour dans un parc, la femme assise, une histoire casablancaise, angoisse nocturne, la tentation du jeu, écrits sur une pierre. Il est difficile de trouver un mot ou une phrase dans ces textes qui auraient un quelconque lien avec le titre. Celui-ci désignant surtout l'écriture alors que les nouvelles appartiennent au domaine du récit et désignent tout ce qui se trouve en marge. Mais n'écrit-on pas nos histoires à la marge de la réalité/du réel ? Comme si cette réalité/ce réel s'érige en un livre ouvert qui étale des contes et des récits. L'écrivain écrit en y puisant ses propres contes puisqu'elles y sont nées.
Notre texte s'est donné pour mission d'analyser le titre et la couverture. Parler du style de l'écrivain M'barek Housni est du ressort d'un critique ou d'un écrivain dont l'objectif serait de montrer ses différents niveaux esthétiques. Et ce, d'autant plus que l'auteur est bilingue, écrivant en français et en arabe, et il a publié à cet effet des recueils de nouvelles dans les deux langues. Ajoutons à cela son intérêt pour la critique dans le domaine du cinéma et des arts plastiques. Du coup, sa production littéraire hantée par tous ces genres artistiques ne peut qu'être fort attendue.
Traduit par M.H


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.