Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    "Nfehmou Ouladna": Comprendre la dépression chez le jeune enfant et l'adolescent    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    African Lion 2021 : les préparatifs s'enchaînent avant le grand exercice    Donald Trump conforte son emprise sur sa famille politique    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Journée Internationale de l'Arganier: La recherche scientifique sur l'arganier dans l'agenda de la FSR    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Témoignage: Kacem Bellouchi, le médecin passionné de littérature    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    Un allègement contrôlé des mesures restrictives est envisageable    Elections 2021: Le Mouvement populaire, le pivot de la majorité    Gloire au peuple palestinien    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    Covid-19 : l'Unesco appelle à une science ouverte des brevets sur les vaccins    DGAPR : Une légère baisse des contraventions notifiées au ministère public    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Maroc: Cours de change des devises étrangères contre le dirham pour mercredi 12 mai    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Samir Kheldouni Sahraoui: "Le tourisme marocain 2.0 post Covid nécessite une offre labellisée Covid Free"    Pourquoi il faut réhabiliter le tourisme culturel    Indices PMI : les tensions inflationnistes continuent de se renforcer dans le secteur manufacturier    MCO-RCOZ (0-0) : Un nul et beaucoup de regrets !    IRT-HUSA (1-1) : Le Hassania n'a pas volé le nul !    Echec d'une manœuvre grossière du polisario au Parlement européen    Edito : Data cash    DHJ-OSC (0-1) : La rechute jdidie, l'arrêt de l'hémorragie mesfouie !    Covid-19 : le variant indien détecté dans 44 autres pays    Météo/Maroc : Temps stable avec ciel dégagé ce mercredi 12 mai    Maroc/Conseil de gouvernement : L'ordre du jour de la réunion de ce mercredi 12 mai    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Botola pro D1 : Le Raja lorgne de nouveau la pole position    Akid sanctionné par l'OCK    Report de la séance mensuelle de politique générale de la Chambre des conseillers    Le Groupe socialiste dénonce un agissement allant à l'encontre de toutes les normes diplomatiques et qui doit interpeller les forces vives d'Espagne    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    Botola Pro D1: le classement provisoire (16e journée)    Chelsea : Des changements contre Arsenal avant la finale de FA Cup    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    Le Maroc réitère son rejet catégorique des violations qu'a connu Al Qods    Patrimoine: la Villa Harris fait peau neuve    L'ONU "profondément préoccupée" par la violence à Al Qods-Est    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La lumière au bout du tunnel?
Publié dans Albayane le 15 - 09 - 2020


DNES : Wahiba Rabhi (MAP)
Touché de plein fouet par la crise induite par la propagation de la pandémie de Covid-19, le secteur du tourisme au Maroc reprend doucement après une chute libre ayant impacté l'économie nationale qui y tire une part importante de ses revenus.
Avec l'assouplissement des restrictions sur les voyages, le tourisme interne semble donner, dans un premier temps, une lueur d'espoir à l'industrie touristique nationale bien que celui-ci soit encore paralysé par la fermeture de certaines villes.
D'ailleurs, l'Organisation mondiale du tourisme (OMT), qui tient du 15 au 17 septembre à Tbilissi (Géorgie) la 112ème session de son Conseil exécutif avec la participation du Maroc, met en évidence le potentiel du tourisme interne au service du redressement économique de nombreuses destinations dans le monde.
« Le tourisme interne devrait reprendre plus vite que les voyages internationaux, ce qui en fait, pour les pays développés et les pays en développement, un tremplin intéressant pour se rétablir des effets économiques et sociaux de la pandémie », a indiqué lundi l'institution spécialisée des Nations Unies qui a fourni plus tôt un aperçu complet de l'impact de la pandémie, à la fois en nombre de touristes et en pertes de revenus.
Les chiffres sont éloquents. Le retrait du flux des arrivées internationaux est estimé entre 60% et 80% au titre de l'année 2020, ce qui conduira à une baisse des dépenses touristiques mondiales entre 800 et 1000 milliards de dollars soit -60% par rapport à l'année précédente.
Au Maroc, l'impact estimé de cette crise pour l'année 2020 relève d'une baisse de 69% pour les arrivées touristiques, de 60% pour les recettes en devises et d'environ 50% de perte d'emplois, a souligné la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) dans sa note de conjoncture du mois d'août.
Au terme des six premiers mois de cette année, les recettes ont accusé un repli de 33,2%, soit une perte de 11,1 milliards de dirhams. Le nombre des arrivées touristiques au Maroc s'est, lui aussi, replié de 63% à fin juin 2020 alors que le nombre des nuitées réalisées dans les établissements d'hébergement classés a reculé de 59%.
« Une évolution plus favorable, bien que modeste, est attendue durant les prochains mois, nourrie particulièrement de la relance du marché touristique local », selon les analystes de la DEPF qui nourrissent leur optimisme à partir des mesures sanitaires instaurées par les autorités, fin juin, autorisant l'ouverture de l'activité d'hébergement touristique, conditionnée par des mesures permettant, dans un premier temps, l'exploitation uniquement de 50% des capacités d'hébergement, conjuguée à la reprise des vols domestiques.
A cela s'ajoute les dernières décisions du gouvernement, notamment l'octroi des allocations de la CNSS jusqu'à la fin de l'année aux employés ayant droit, ainsi que l'ouverture des frontières aux étrangers sous certaines conditions. Sauf que, pour les professionnels du secteur, ces mesures sont insuffisantes pour sauver l'industrie, d'autant plus qu'il faudra du temps pour rétablir la confiance des voyageurs et retrouver les niveaux d'avant crise.
A moyen terme, la réponse du Maroc à la crise sanitaire pour redresser le secteur du tourisme se traduit par un contrat programme alliant acteurs publics et privés et recouvrant la période 2020-2022. Ledit plan s'articule autour de trois piliers importants : la préservation du tissu économique et de l'emploi, l'aide au démarrage et la restructuration complète du secteur.
Si l'on voit la lumière au bout du tunnel pour le tourisme marocain, la pandémie de Covid-19 ne semble pas près de terminer en dépit des efforts mondiaux pour mettre au point un vaccin. Le grand challenge aujourd'hui est de maintenir debout ce secteur qui est un véritable fleuron national. Et puis, il ne faut pas oublier que le Maroc a toujours démontré sa capacité à tirer le meilleur même des situations les plus difficiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.