Ils ne sont forts que de nos faiblesses...    Top Performer RSE : Maroc Telecom maintient sa présence    Textile : Les perspectives post-Covid décryptées par l'IMIS    Digitalisation de l'agro-industrie, une réponse agile à la crise sanitaire    Maroclear : Hausse de 6,5% de l'encours global des avoirs conservés en 2019    Conjoncture : hausse de 0,3% de l'IPC en septembre dernier    Change: les devises étrangères contre le dirham marocain    Aérien : Oman Air rembourse les billets impactés par la Covid-19 au Maroc    Photo: Il y a 26 ans, la Jordanie et israël enterrent la hache de guerre    Islam de France. Erdogan se fait tirer les oreilles    Trump. L'Arabie saoudite va-t-elle signer la paix avec Israël?    Le roi Mohammed VI écrit au président autrichien    La CAF signe un accord de partenariat avec l'ICSS    Portugal : Adel Taarabt prolonge avec le Benfica Lisbonne    UFC 254: Le légendaire combattant Nurmagomedov prend sa retraite    L'humidité réduirait la contamination au coronavirus [Etude]    De nouvelles mesures restrictives à Taroudant    Intervention de la brigade antigang dans la banlieue de Casablanca    Vaccin contre la grippe au Maroc : de longues listes d'attente chez les pharmacies!    Boeing et l'Université d'Arizona mettent la main dans la main : Désinfection Covid-19    El Jadida : 20 ans de réclusion criminelle pour un officier de police    Marrakech : Pour une cigarette, il met fin à la vie de son ami    La Joconde débarque à Marrakech    Webinaire : La Fondation Attijariwafa bank débat de la protection des données personnelles    Injaz Al Maghrib. Sicom In remporte la compétition (vidéo)    Décès de Abderrazak Afilal Une icône du syndicalisme marocain s'en va    Le moment où les joueurs de Berkane ont soulevé le trophée (VIDEO)    Casablanca: grave collision entre une voiture et une grosse moto (VIDEO)    Sahara: Les consulats africains dépriment l'Algérie?    Covid-19: la situation épidémiologique à Casablanca-Settat au cœur du débat    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    Covid-19: décès d'un membre éminent de la Communauté juive marocaine    La Zambie se dote d' une ambassade au Maroc    Le Maroc condamne la poursuite de la publication des caricatures outrageuses à l'Islam et au Prophète Sidna Mohammed [Communiqué]    Le Real s'offre le Barça au Camp Nou    Ahmed Boukouss, recteur de l'Institut Royal de la culture amazighe    "Au détroit d'Averroès ". Une enquête ouverte sur le devenir d'une figure de la pensée    Hommage à Said Taghmaoui au Festival du film d'El Gouna    Abderrazak Afilal, fondateur de l'UGTM, n'est plus    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»
Publié dans Albayane le 29 - 09 - 2020


Benabdallah sur Radio 2 M
«Si j'ai un reproche à me faire, c'est de n'avoir pas suffisamment ouvert le Parti du Progrès et du Socialisme pour être beaucoup plus important, plus à l'écoute des citoyens et plus capable d'impacter la réalité nationale», a souligné le Secrétaire Général du PPS, Mohammed Nabil Benabdallah, lors de l'émission «Faites entrer l'invité», diffusée lundi 28 septembre sur les ondes de Radio 2M.
«Au quotidien je suis dans l'insatisfaction. Je m'en veux tous les jours. Je suis stressé tous les jours. Je me dis toujours que nous ne faisons pas assez pour notre pays le Maroc, qui doit avancer plus vite», a-t-il confié à la journaliste Fathia Elaouni, qui l'interrogeait lors de cette émission.
Selon lui, «nous avons tous une part de responsabilité là dedans».
Interrogé sur son avenir politique, il a encore fait savoir qu'en ce qui le concerne lui et les autres dirigeants de sa génération, «nous ne souhaitons qu'à transmettre le flambeau à des militants capables de le porter, sachant que le PPS est très exigeant à ce niveau».
Pour ce faire, a-t-il expliqué, la moitié des membres du bureau politique du PPS ont moins de 50 ans.
«Je vais m'en aller dans un an et demi et je vais laisser ma fonction de Secrétaire Général. Je n'ai que 61 ans, mais je crois qu'il est temps de me retirer de ma responsabilité actuelle, a-t-il annoncé, précisant qu'il ne souhaite pas se présenter pour un nouveau mandat de Secrétaire général.
Besoin d'une classe politique libérée et forte
Interrogé sur la rareté des débats sur les médias publics et privés sur les questions d'actualité dont la pandémie du Covid-19 et la crise qu'elle a engendrée, il a rappelé qu'ailleurs ces débats sont quasi quotidiens. Ce n'est malheureusement pas le cas au Maroc car «les politiques ont peur, généralement et particulièrement, des journalistes», a-t-il dit.
Pour une grande partie d'entre eux, a-t-il indiqué, ils ne s'expriment que quand les choses sont tout à fait claires. C'est d'ailleurs ce qui a porté atteinte à la qualité de notre débat politique.
«Rares sont les forces politiques qui s'expriment sans avoir besoin d'instructions, sans avoir besoin qu'on leur dise ce qu'il faut dire. Et de ce fait, beaucoup de responsables politiques, lorsqu'ils se trouvent dans des situations difficiles, refusent d'aller à la télévision ou à la radio parce qu'ils se disent que les journalistes vont les interroger sur telle ou telle question», a-t-il expliqué.
C'est pourquoi le Maroc a besoin d'une classe politique libérée et forte, qui représente des partis politiques autonomes qui prennent leurs décisions par eux-mêmes et dont les représentants sont capables d'aller devant l'opinion publique défendre leurs points de vue comme il se doit, de porter la contradiction, d'être présents dans les médias publics et privés et de répondre aux questions qu'on leur pose, a-t-il martelé.
Il a en outre fait remarquer qu'il est devenu de plus en plus difficile de participer à des débats dans des médias privés où l'on assiste plutôt à du lynchage, à la prolifération des fake news et à des règlements de compte. C'est tellement devenu difficile qu'il faut avoir de la carapace pour résister.
Il a toutefois admis que lorsqu'on porte des convictions, il faut accepter la confrontation, au lieu de prendre la porte et éviter de se mettre dans une situation où il faut porter la contradiction et assumer les coups.
Il est également revenu sur divers sujets d'actualité dont la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement, dont les composantes ne cessent de se tirer dessus, un gouvernement sans présence politique forte et sans souffle politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.