L'Espagne doit privilégier la raison pour tirer profit des récents développements intervenus au Sahara marocain    El Mouloudi Benhammane, président de la FNBTP    L'Europe doit devenir une puissance climatique mondiale    Le gouvernement Netanyahou approuve l'accord de reprise des relations Maroc-Israël    CAN U20 (Février-Mars) : Les arbitres marocains écartés !    Demi Lovato reviendra sur son overdose    Shakira vend son catalogue à un fonds d'investissement    Scolarité des enfants : les conséquences de la pandémie relevées par la Fondation IPSOS    Hassan Baraka réalise une nage de 1.600 mètres en eau glacée    Le silence, quels bénéfices pour la santé ?    Projection virtuelle du documentaire "Dans tes yeux, je vois mon pays "    Nasser Bourita : Le Maroc accompagnera les parties libyennes jusqu 'à résolution de la crise    Communication de marque : ce que cache le changement de logo des constructeurs    Compteur coronavirus : 520 cas testés positifs et 22 décès en 24H    Une Marocaine tente de voyager avec un test falsifié    Mohamed Ayouch, le chanteur qui détricote les mensonges du Polisario    Calcio : L'AC Milan, championne d'hiver    Deuxième hat-trick pour Youssef En-Nesyri    Séance de politique générale le 1er février sur l'appui du produit national    Maroc-Grande Bretagne: une amitié séculaire    Réseau FCA Morocco : La Continentale tisse sa toile à El Jadida    L'AMMC dévoile ses actions prioritaires pour 2021    Le Maroc se contente du nul face au Rwanda    L'UFC vire Azaitar!    En Nesyri surclasse Messi et Suarez    Ovnis : la CIA lève le voile sur ses dossiers secrets désormais librement disponibles au téléchargement    Céréaculture: Le baromètre de la réussite de la saison agricole    Bir Gandouz et El Guerguarat auront bientôt des zones de distribution et de commerce    Confessions dominicales : Un Président inapte et retour en force du «chibanisme»    Maroc: une diplomate met à nu les allégations mensongères de certaines voix dissonantes sur les réseaux sociaux    Le Maroc reçoit une première livraison du vaccin anti-Covid 19    Vaccins Vs Nouveaux variants    Moncef Slaoui : « la lenteur et la confusion autour du déploiement des vaccins ont frustré des millions de personnes dans le monde »    Les inscriptions des étudiants étrangers au Maroc mises à l'épreuve    Le dossier iranien au menu du premier contact entre l'Administration Biden avec Israël    Accord pour la formation des équipes de travail pour prendre des mesures pratiques    USA : Deb Haaland, une amérindienne ministre de l'Intérieur    Calligraphe: Rihani expose ses œuvres à Sidi Moumen    L'icône du jazz sud-africain Jonas Gwangwa n'est plus    La M.N.A entre vents et marées!    Déficit budgétaire de 82,4 MMDH à fin 2020    UNESCO et UE : Main dans la main pour lutter contre les contenus haineux sur Internet    Guerguarate – Sources autorisées : Situation calme et normale malgré de nouvelles vaines provocations du Polisario    Berkane : Découverte des plus anciennes gravures rupestres de l'Afrique du Nord    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous souhaitons transmettre le flambeau à des militants capables de le porter»
Publié dans Albayane le 29 - 09 - 2020


Benabdallah sur Radio 2 M
«Si j'ai un reproche à me faire, c'est de n'avoir pas suffisamment ouvert le Parti du Progrès et du Socialisme pour être beaucoup plus important, plus à l'écoute des citoyens et plus capable d'impacter la réalité nationale», a souligné le Secrétaire Général du PPS, Mohammed Nabil Benabdallah, lors de l'émission «Faites entrer l'invité», diffusée lundi 28 septembre sur les ondes de Radio 2M.
«Au quotidien je suis dans l'insatisfaction. Je m'en veux tous les jours. Je suis stressé tous les jours. Je me dis toujours que nous ne faisons pas assez pour notre pays le Maroc, qui doit avancer plus vite», a-t-il confié à la journaliste Fathia Elaouni, qui l'interrogeait lors de cette émission.
Selon lui, «nous avons tous une part de responsabilité là dedans».
Interrogé sur son avenir politique, il a encore fait savoir qu'en ce qui le concerne lui et les autres dirigeants de sa génération, «nous ne souhaitons qu'à transmettre le flambeau à des militants capables de le porter, sachant que le PPS est très exigeant à ce niveau».
Pour ce faire, a-t-il expliqué, la moitié des membres du bureau politique du PPS ont moins de 50 ans.
«Je vais m'en aller dans un an et demi et je vais laisser ma fonction de Secrétaire Général. Je n'ai que 61 ans, mais je crois qu'il est temps de me retirer de ma responsabilité actuelle, a-t-il annoncé, précisant qu'il ne souhaite pas se présenter pour un nouveau mandat de Secrétaire général.
Besoin d'une classe politique libérée et forte
Interrogé sur la rareté des débats sur les médias publics et privés sur les questions d'actualité dont la pandémie du Covid-19 et la crise qu'elle a engendrée, il a rappelé qu'ailleurs ces débats sont quasi quotidiens. Ce n'est malheureusement pas le cas au Maroc car «les politiques ont peur, généralement et particulièrement, des journalistes», a-t-il dit.
Pour une grande partie d'entre eux, a-t-il indiqué, ils ne s'expriment que quand les choses sont tout à fait claires. C'est d'ailleurs ce qui a porté atteinte à la qualité de notre débat politique.
«Rares sont les forces politiques qui s'expriment sans avoir besoin d'instructions, sans avoir besoin qu'on leur dise ce qu'il faut dire. Et de ce fait, beaucoup de responsables politiques, lorsqu'ils se trouvent dans des situations difficiles, refusent d'aller à la télévision ou à la radio parce qu'ils se disent que les journalistes vont les interroger sur telle ou telle question», a-t-il expliqué.
C'est pourquoi le Maroc a besoin d'une classe politique libérée et forte, qui représente des partis politiques autonomes qui prennent leurs décisions par eux-mêmes et dont les représentants sont capables d'aller devant l'opinion publique défendre leurs points de vue comme il se doit, de porter la contradiction, d'être présents dans les médias publics et privés et de répondre aux questions qu'on leur pose, a-t-il martelé.
Il a en outre fait remarquer qu'il est devenu de plus en plus difficile de participer à des débats dans des médias privés où l'on assiste plutôt à du lynchage, à la prolifération des fake news et à des règlements de compte. C'est tellement devenu difficile qu'il faut avoir de la carapace pour résister.
Il a toutefois admis que lorsqu'on porte des convictions, il faut accepter la confrontation, au lieu de prendre la porte et éviter de se mettre dans une situation où il faut porter la contradiction et assumer les coups.
Il est également revenu sur divers sujets d'actualité dont la gestion de la crise du Covid-19 par le gouvernement, dont les composantes ne cessent de se tirer dessus, un gouvernement sans présence politique forte et sans souffle politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.