Nasser Bourita : La résolution 2548 du Conseil de Sécurité vient conforter la démarche du Maroc    Covid-19 / Maroc: Les nouveaux cas de contamination (par régions)    Attentat : un prêtre blessé à Lyon    Un prêtre grièvement blessé par balle à Lyon, l'auteur en fuite    Le Maroc est devenu un partenaire "indispensable" pour le Rwanda    La 8è édition du Tour international des motos de la Marche Verte aura lieu du 3 au 8 novembre    Décès de Sean Connery à l'âge de 90 ans    Mobilisation de l'épargne: Voici ce que proposent les sociétés de Bourse    Ilham Kadri : cette franco-marocaine qui fait partie des femmes les plus puissantes du monde    Béni Mellal-Khénifra : Première zone logistique pour le renforcement de l'attractivité économique de la région    Justice : 52 établissements pénitentiaires dotés d'un réseau internet à haut débit    Tourisme : Essaouira accueille un premier groupe de touristes en provenance de Belgique    L'industrie parapharmaceutique : un nouveau filon de la politique marocaine d'import-substitution    Etude marocaine : La détection des anticorps dans les échantillons de sérum est plus importante que celle de l'ARN viral    Macron – Al Jazeera : une campagne de communication dans les médias arabes pour apaiser la tension ?    Le premier interprète de James Bond, Sean Connery, est décédé    Média algérien : Abdelmadjid Tebboune souffrirait de sérieux problèmes cérébraux    PLF2021: Budgets sectoriels, démarrage de la valse des ministères    Grippe saisonnière: Vaccin, vers un remake de la « piraterie » dans les aéroports?    Rabat: la police tire sur un individu qui semait la panique    Fitch ratings. El Othmani prend pour (son Investment) grade    Taxe de solidarité. Elle est où la justice sociale?    Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    Sahara marocain : Les Américains reconfirment leur appui à l'initiative marocaine d'autonomie    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    Le Maroc signe deux accords de coopération avec le Rwanda    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rentrée scolaire: quid de l'enseignement de l'amazighe?
Publié dans Albayane le 30 - 09 - 2020

Une rentrée scolaire exceptionnelle en ces temps de pandémie. En effet, réussir cet événement phare de l'année est un pari à gagner notamment dans le contexte actuel. Or, et à l'instar des années précédentes, l'enseignement de la langue amazighe n'a pas connu de nouveautés.
A cette occasion, des associations, acteurs et activistes amazighs ont pointé du doit sur le recul «considérable» et l'état de santé de l'enseignement de l'amazigh dans l'école publique. Dernièrement, des voix associatives se sont levées pour dénoncer cette régression dans certaines académies et directions à Tiznit, Casablanca, Rabat. Ils ont appelé en outre à respecter les dispositions de l'article 5 de la Constitution.
Par ailleurs, la loi organique n°26.16 définissant le processus de mise en œuvre du caractère officiel de l'amazigh, ainsi que les modalités de son intégration dans l'enseignement et dans les domaines prioritaires de la vie publique a été publiée le 26 septembre 2019 au Bulletin officiel n°9314. Cette loi organique importante permettra à l'amazighe de remplir sa fonction de langue officielle.
«L'enseignement de l'amazigh dans l'école publique et privée est en régression. En effet, après avoir passé un an sur la publication de la loi organique de l'amazighe dans le Bulletin officiel, plusieurs académies et directions de l'éducation nationale, dans les quatre coins du pays, nous surprennent avec des décisions étranges qui ont touché le corps enseignant et l'emploi du temps de la langue amazighe», a souligné Arehmouch Ahmed, coordinateur de la Fédération Nationale des Associations Amazighes au Maroc «FNAA», dans une déclaration à Al Bayane. Ces décisions inexplicables, a-t-il ajouté, constituent une atteinte à l'amazighe et sa place dans l'école publique.
Selon lui toujours, les académies et directions concernées ne figurent pas dans leurs spécialités juridiques le changement des programmes scolaires et l'annulation de la spécialité de l'enseignement de la langue amazighe et de la remplacer par une autre langue.
En revanche, les académies ont pour mission de vieller à la mise en œuvre de la décision politique et non plus la créer, a-t-il fait savoir.
Et d'ajouter : «certaines académies ayant des enseignants de l'amazighe ont réduit les trois heures à une heure et demie ou une heure dans la semaine. Pis encore, on oblige parfois un certain nombre d'enseignants de l'amazighe de s'orienter vers une autre langue ou une autre matière».
Aujourd'hui, en ces temps précis, il parait que l'amazigh n'est pas une priorité pour le ministère de la tutelle, notamment en ce qui concerne la généralisation de cet enseignement, en lui assurant les moyens et les ressources humaines nécessaires.
«L'enseignement est l'un des domaines prioritaires de la vie publique exigeant la mise en œuvre de l'amazigh dans un délai de 5 ans. Or, aujourd'hui, il y a un manque de visibilité voire de vision claire du Ministère de l'éducation nationale pour promouvoir cette langue amazighe au niveau national, régional et local», a confié Abdellah Badou, président du réseau Amazigh pour la Citoyenneté (Azetta). Et d'ajouter : «le ministère de la tutelle est appelé à trouver une nouvelle stratégie pour la généralisation de l'enseignement amazigh sur l'ensemble du territoire national».
En outre, l'absence du manuel scolaire de l'amazigh du marché ainsi que l'insuffisance des mécanismes de l'accompagnement et du suivi du projet pédagogique amazigh. Toutefois, il y avait même ceux qui ont justifié ce recul de l'enseignement de l'amazighe au choix de la graphie de tifinagh qui a été considéré comme un faux débat pour des fins politiciennes ou idéologiques.
«Le débat sur le choix de la graphie tifinagh dans l'enseignement de l'amazigh est un faux débat visant à bloquer la promotion de cette langue et son rayonnement. Il faut rappeler dans ce cadre que l'Etat a tranché dans ce choix sachant que cette graphie est plus facile dans l'apprentissage pour les élèves et les étudiants», explique Abdellah Badou.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.