El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Le Comité européen pour le soutien du plan d'autonomie au Sahara appelle l'UE à encourager la solution politique    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Cinq orientations pour concrétiser les ambitions    Bourita: La traduction d'une «ferme volonté du Maroc de résoudre la crise libyenne»    Violence contre les femmes : la campagne de sensibilisation démarre    Commerçants et hôteliers broient du noir    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Engrais : OCP réagit à la décision du Département américain de Commerce    Plus que l'avidité du profit, le scandale du non-respect de la loi    Volvo Cars Maroc dévoile ses offres    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Bus à Casablanca : Les personnes en situation de handicap protestent    Toni Pérez, nouveau directeur général de Glovo Maroc    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Le monde du Rugby en deuil après le décès de Christophe Dominici    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Vaccin anti Covid-19 : nous sommes prêts !    Epidémie : Y a-t-il vraiment une décrue du Covid ?    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    La DGSN innove : Le parc automobile renouvelé    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Espagne. Chef Moha roi des tapas    Ligue des champions: les 4 clubs déjà en huitièmes    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Du 25 au 27 novembre au Complexe Mohammed VI de football: La FRMF et la LNFP organisent un séminaire médical sous le thème : "La cheville du footballeur"    Ziyate toujours démissionnaire : L'Assemblée Générale élective déplacée au 10 décembre    Edito : Plus qu'un fonds...    Haïti va ouvrir un Consulat Général à Dakhla    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président mauritanien    [Vidéo] C.I.N. comme garantie : ce que dit la loi [MFM Radio]    Présidence de la CAF: L'intérim d'Omari prolongé    Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises    La loi pour l'exclusion de Huawei des futurs réseaux 5G présentée au parlement    Météo: au Maroc, pluie et rafales de vent dans ces villes à partir de mercredi    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Covid-19 : 2.880 stations de vaccination à travers le Royaume    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bolivie: Le dauphin d'Evo Morales vainqueur de l'élection présidentielle
Publié dans Albayane le 20 - 10 - 2020

Une année après les élections présidentielles de Novembre dernier qui avaient semé le chaos en Bolivie et contraint à l'exil son président Evo Morales que l'opposition avait accusé de fraude électorale alors qu'il briguait un quatrième mandat, ce n'est pas seulement l'ombre de l'ancien chef de l'Etat qui a plané sur les élections de ce dimanche au cours desquelles 7,3 millions de boliviens ont été appelés à élire leur président et leur vice-président et à renouveler leur Parlement mais, bel et bien, les hommes de l'ancien président, en la personne de Luis Arce, qui fut son ancien ministre de l'Economie, ainsi que son parti, le Mouvement vers le Socialisme (MAS).
Aussi, à l'issue du premier tour de cette élection présidentielle – qui est la première, ces 20 dernières années, à n'avoir pas vu la participation de l'emblématique dirigeant de la gauche sud-américaine et ancien président bolivien – les sondages ont attribué la victoire à son dauphin, le candidat de la gauche Luis Arce, qui aurait recueilli 52,4% des voix devançant de plus de 20 points son principal rival, Carlos Mesa, candidat du parti du centre-droit, «Comunidad ciudadana», qui n'aurait obtenu que 31,5% des suffrages exprimés.
Mais, après s'être inquiété du fait que le résultat ait été annoncé «une heure après le délai prévu», Evo Morales a lancé, depuis son exil argentin, un appel pour que « le résultat des élections soit respecté par tous». Saisissant cette heureuse occasion pour féliciter son dauphin qui en réalisant cette «grande victoire» est, désormais, « le président de la Bolivie », l'ancien président bolivien a revendiqué la victoire de son parti en rappelant que « le MAS a gagné largement les élections, y compris au Sénat et à la chambre des députés.
Reconnaissant la victoire du candidat du Mouvement vers le socialisme, Jeanine Anez, la présidente par intérim, a félicité, dans un tweet, le duo formé par Luis Arce et David Choquehuanca et invité ces derniers «à gouverner en pensant à la Bolivie et à la démocratie».
Or, il convient de préciser, néanmoins, que pour assurer la transparence du scrutin, le Tribunal Electoral a vu sa composition renouvelée et que l'Organisation des Etats Américains (OEA), la Fondation Carter et l'Union Européenne (U.E.) ont été invités à dépêcher leurs observateurs. Cette dernière aurait même félicité, dans un communiqué, les Boliviens pour le scrutin «pacifique» de ce dimanche et exhorté ces derniers à «éviter toute provocation ou action violente qui mettrait en péril ou tenterait de fausser le processus électoral actuel».
Après cette élection qui a connu un taux de participation assez élevé, l'ancien ministre de l'Economie d'Evo Morales, qui assure ainsi le retour au pouvoir du Mouvement vers le Socialisme, a déclaré devant un parterre de journalistes : «Nous allons travailler pour tous les Boliviens, nous allons mettre en place un gouvernement d'union nationale». A ses côtés se tenait David Choquehuanca, son vice-président.
Mais en dépit du fait qu'après la grave crise politique post-électorale qu'a traversé le pays, l'élection de ce dimanche se soit déroulée dans le calme, nombreux sont les boliviens qui craignent encore une répétition des violences de l'année dernière qui avaient fait 36 morts. Aussi, comme Virginia Luna, cette jeune mère de famille de 41 ans qui a déclaré avoir «peur que cela soit encore pire» que la fois précédente, ceux-ci se sont rués vers les commerces pour s'approvisionner.
Ont-ils raison de ne pas chanter victoire trop tôt ou ont-ils tort ? Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.