Flexibilité du dirham : Jouahri chez les députés    Service client : Schneider Electric et Ingram Micro North Africa scellent un partenariat    PLF 2021 : L'immobilier, un secteur abandonné...par le gouvernement    La réaction officielle de la CAF après la suspension de son président : -L'intérim de M.Constant Omari prolongé jusqu'au 12 mars 2021 -M.Fouzi Lekjaâ, premier vice-président    Moncef Slaoui : « La vaccination pourrait démarrer le 11 décembre »    Concentrateurs d'oxygène, la ruée inutile    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 24 novembre    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    Guergarate : La République tchèque salue l'engagement du Maroc à maintenir l'accord de cessez-le-feu    Guerguarat : Le Burkina Faso réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Météo: formations brumeuses et temps frais ce mardi    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à «Daech»    Modèle de développement : Le processus de consultations de la CSMD touche à sa fin    Ahmad Ahmad lourdement sanctionné par la FIFA    Aéroport de Marrakech: baisse du trafic aérien à fin octobre 2020    La Mauritanie assouplit son visa pour les entrepreneurs marocains    #Démasquons_la_violence : 16 jours contre les violences faites aux femmes    Stratégie nationale de vaccination anti-Covid19 : Ait Taleb fait le point    Coronavirus au Maroc: la situation lundi 23 novembre    Hooligans : Interpellation de 13 supporters de football à Casablanca    Après Agadir, une autre ville mise sous cloche    Le Maroc réitère son attachement à la Convention sur les mines anti-personnel    Holmarcom s'allie à un danois pour se développer en Afrique    Milan et Ibrahimovic, fortes têtes à Naples    Le Parlement libyen tient une séance de L consultations àTanger    Mohamed Ramadan s ' attire les foudres du public    Gad El Maleh ne sera pas père de prince    Visa for Music 2020. Une édition digitale sous le signe de la résilience    Danone prévoit la suppression de 1 500 à 2 000 postes    Etats-Unis : Biden va commencer à dévoiler son gouvernement    Pep Guardiola prolonge son contrat à Manchester City    Thaïlande: Bras-de-fer entre la jeunesse et l'institution monarchique    La consommation excessive de viandes rouges et transformées, de sucre et d'alcool favorise certains types de cancers    L'ancien président Nicolas Sarkozy jugé pour corruption    Mise en garde contre les conséquences de la violation du cessez-le-feu par le polisario    Exposition. L'art en Afrique médiévale à l'honneur à Washington    «Je te quitte», premier clip de la chanteuse Amina    La galerie 38 accueille son univers    Le FICMEC aura lieu du 14 au 19 décembre    Liverpool refroidit Leicester, Arsenal inquiète    Le Napoli rate sa chance, l'AC Milan seul leader    Pedro Sanchez. Le Maroc sous pression migratoire    Botola Pro : Une nouvelle identité visuelle !    Israël-Arabie saoudite. Netanyahu en secret chez MBS    Italie: Plus de 100 personnalités apportent leur soutien au Maroc pour le Sahara    Maroc : Lancement du 7è Prix national de la lecture    El Arabi testé positif : Son club, l'Olympiakos, proteste officiellement auprès de la FIFA !    "Hab Matmoura " , nouveau recueil poétique d'Amina Hassim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nabil Benabdallah: «Le gouvernement est en déphasage par rapport aux orientations royales»
Publié dans Albayane le 26 - 10 - 2020

Invité de l'émission «Sans langue de bois» sur «Medradio»
Khalid Darfaf
Invité de l'émission «Sans langue de bois», diffusé par la chaîne «Med Radio», le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Mohamed Nabil Benabdallah, a dressé un diagnostic sombre du bilan de l'action gouvernementale.
Sans détour ni fioriture, le leader du Parti du Livre a jugé qu'il s'agit du plus faible gouvernement que les Marocains aient connu. Un tel constat s'explique, a-t-il souligné, par les querelles et conflits, purement électoralistes, dans lesquelles se sont laissées embourber les composantes de la majorité, laissant derrière eux un vide à tous les étages, notamment au niveau du champ politique. Il va sans dire, ajoute le leader du PPS, qu'un champ politique délaissé ou encore livré à des conflits secondaire qui ne sert en rien la cause des citoyens, entravent le processus de construction démocratique.
D'ailleurs, a-t-il insisté, le gouvernement a fait preuve d'un déficit communicationnel flagrant lors du confinement sanitaire imposé par la propagation de la pandémie, étant donné que ni l'Exécutif ou encore mois les parties qui le composent, n'avaient pris l'initiative d'organiser un débat public national autour des enjeux et défis qui guettent le pays. Et pour cause, plusieurs « acteurs » de la classe politique y compris des secrétaires généraux des partis de la majorité ne sont capables d'exprimer des positions claires sur le sujet à cause de «la peur», ce qui constitue une véritable régression voire un rétrécissement du champ politique.
Il faut dire que le «facteur peur», n'est que le résultat des conflits secondaires provoqués par certaines composantes de l'opposition et qui a débouché sur une crise de confiance entre les citoyens et les partis politiques.
Abondant dans le même ordre d'idées, Nabil Benabdallah a sonné le tocsin en prévenant que le Maroc s'apprête à adopter de grandes orientations qui seront mises en place par la Commission spéciale sur le modèle de développement qui a été nommée par le Souverain, tout en mettant en exergue que ce nouveau modèle de développement quelque soit le degré de sa pertinence, requiert un gouvernement et des partis politiques forts, qui ont l'audace de faire le choix politique à plusieurs registres, notamment dans les secteurs de l'Economie, l'Enseignement, la Santé, entres autres.
Comme quoi, la concrétisation de ce nouveau modèle de développement est tributaire d'un champ politique fort, a-t-il poursuit, tout en précisant que certaines composantes politiques ne sont pas conscientes du degré de la responsabilité, en procédant à alimenter les antagonismes au lieu de s'atteler à la lourde tâche celle de promouvoir la situation économique et social. Mais ce constat n'est pas généralisé, vu qu'au sein de la classe politique existe certains qui sont capables d'assumer leurs responsabilités en faisant preuve de courage et de discernement en matière du choix politique ou lors de prise de décision.
Dans ce cadre, l'intervenant a rappelé que le PPS fait parties des acteurs qui n'ont pas failli du tout à leurs missions, en appelant souvent à être omniprésent sur dans l'espace social, comme c'est le cas durant la crise sanitaire en s'efforçant à communiquer avec toutes les composantes tout en œuvrant à produire des documents visant à trouver les solutions adéquates. Qui plus est, le PPS en tant que parti d'opposition n'a pas dérogé à sa fonction en essayant de renforcer ses liens avec les autres partis du même rang, a-t-il dit, en faisant allusion à la correspondance adressée conjointement avec le Parti Istiqlal, adressé au chef du gouvernement l'invitant à débattre la situation politique et social et ouvrir un débat national pour informer l'opinion publique sue les développements et les défis qui s'imposent. En contrepartie, le dirigeant du PPS s'est interrogé sur le rôle des partis de la majorité, qui a brillé par son absence lors de la crise sanitaire.
Sur un autre registre, l'intervenant s'est penché dans son intervention sur le débat actuel autour du quotient électoral, en précisant qu'au moment où les partis de l'opposition ont essayé de rapprocher les visions, le chef du gouvernement a préféré de s'attaquer à tout le monde en voulant faire de ce sujet une question primordiale pour le devenir du pays.
Tout en mettant en garde contre ce genre de comportement, l'ancien ministre de l'Habitat a considéré que ce qui importe pour les citoyens aujourd'hui c'est de promouvoir les conditions économiques et sociales du pays et la mise en œuvres des orientations de SM le Roi Mohammed VI contenus dans le discours de la fête du Trône ou celui prononcé à l'occasion de la rentrée parlementaire. Malheureusement, il s'avère d'après le projet de loi des finances, que le gouvernement est incapable voire impuissant de concrétiser les orientations royales, a-t-il martelé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.