El Guerguarat: l'ambassadeur du Maroc à Genève recadre la délégation de la Namibie    Fonds Mohammed VI pour l'investissement : Benchaâboun promet un déploiement rapide    Le bel hommage des joueurs de Naples à Maradona    Rencontre    L'appel de Johnny Depp rejetée dans l' affaire "The Sun "    Vernissage à Salé d' une exposition collective d' art contemporain autour du patrimoine marocain    Message de condoléances du roi Mohammed VI au président du Niger    Imilchil se pare d'un manteau blanc (PHOTOS)    Ils usurpent l'identité de Mehdi Qotbi pour acquérir des objets d'art antique    Arbitrage de la finale de Ligue des Champions : L'Algérien Rharbal au centre, le Marocain Jayed à la VAR    Le Fonds Mohammed VI pour l'Investissement, c'est pour bientôt !    Respect du protocole sanitaire dans les établissements scolaires : Gare aux défaillants    Contribution sociale. La vision du patronat.    Tennis : À l'A.C.S.A... sympathique et conviviale    CAF : Ahmad Ahmad se scandalise et accuse la FIFA !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    Le Bahreïn décide d'ouvrir un Consulat Général à Laâyoune    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    Royal Air Maroc renforce son programme de vols internationaux sur Tanger    Conseil de gouvernement : voici les nominations à de hautes fonctions    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Le Parlement européen vote une résolution d'urgence sur la détérioration des libertés en Algérie    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Belle opération de la Marine royale à Nador    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le roi de Thaïlande: un monarque doublement désavoué
Publié dans Albayane le 28 - 10 - 2020

Bangkok, la capitale de la Thaïlande, est placée sous le régime de l'Etat d'urgence depuis que, le 15 Octobre dernier, plusieurs centaines de jeunes avaient réclamé la dissolution du gouvernement, une nouvelle Constitution et, surtout, une réforme de l'institution monarchique alors même que cette dernière avait jusqu'ici revêtu un caractère semi-sacré.
C'était, en effet, la première fois que les citoyens avaient critiqué, à haute voix, l'ingérence permanente du monarque dans les affaires politiques et sa gestion des finances royales. Or, bien que, depuis cette date, les rassemblements de plus de cinq personnes y étaient interdits et les médias sommés de ne pas couvrir les manifestations, la contestation étudiante dans la capitale a franchi, ce lundi 26 Octobre, une nouvelle étape.
Bravant toute interdiction, ce sont plus d'une dizaine de milliers de manifestants qui, après avoir traversé la capitale ont arrêté leur marche une fois arrivés aux abords de l'ambassade d'Allemagne. Mais pourquoi donc les manifestants ont-ils choisi de s'arrêter devant la représentation diplomatique d'une nation étrangère qui se trouve à mille lieux de leur pays? Veulent-ils, par ce geste, interpeler le gouvernement d'Angela Merkel? Et si oui, pourquoi? Tout simplement parce que Maha Vajiralongkorn alias Rama X, le roi de Thaïlande, 68 ans, qui dispose d'un pouvoir exorbitant au regard de son statut théorique de monarque constitutionnel, règne sur le pays alors même qu'il vit, la plupart du temps, dans un hôtel des Alpes bavaroises. «Le roi mène la grande vie en Allemagne pendant que l'économie s'écroule et que les militaires n'écoutent rien. On ne peut plus accepter çà» s'écrira Tian, un jeune lycéen de 16 ans qui prétend n'avoir aucune crainte de tomber sous les balles de la police car les jeunes n'ont «aucun avenir» en Thaïlande et que «ne rien faire maintenant, c'est comme mourir à petit feu».
Immensément riche et à la tête d'un pays qui est l'un des plus inégalitaires de la planète, le roi de Thaïlande est, également, dans le «viseur» du gouvernement allemand qui lui reproche de prendre des décisions de politique intérieure alors même qu'il se trouve en territoire étranger violant, ainsi, la règle, non écrite, qui veut qu'un chef d'Etat n'ait pas le droit de diriger les affaires de son pays à partir d'un territoire où il ne se trouve qu'en qualité d'invité.
Raison pour laquelle lorsqu'il a été interrogé sur la qualité des relations de la Thaïlande avec l'Allemagne, Heiko Mass, le chef de la diplomatie allemande a déclaré que si des choses que son gouvernement considère comme étant illégales venaient à se produire, elles auraient «des conséquences immédiates»; ce qui, en langage diplomatique, signifie que la question de la résidence quasi-permanente du souverain thaïlandais sur le sol allemand pourrait être remise en question.
Autant dire que le monarque thaïlandais est, désormais, sur la sellette, aussi bien à Berlin qu'au sein du mouvement pro-démocratie qui secoue son royaume.
Aujourd'hui, un vent de liberté inédit souffle sur la Thaïlande à partir de cette brèche qu'y ont ouverte les étudiants pour faire entendre leur voix. Naguère très discrets, et voire même inexistants, des groupes de rappeurs s'expriment sur les sujets les plus divers, des paysans dénoncent les nouvelles lois sur la propriété de la terre et des féministes osent même réclamer le droit à l'interruption volontaire de grossesse.
Le visage de la Thaïlande est-il vraiment en train de changer sous les coups de boutoirs d'une jeunesse en mal de liberté qui n'en peut plus de devoir se plier aux ordres de la monarchie et de l'armée ? Il semble bien que oui mais attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.