Gouvernement : Les contours de la majorité se préciseront au cours de la semaine prochaine    Production industrielle : Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Attaque au Mali : L'ASMEX condamne les agressions contre les routiers marocains    JO et Jeux paralympiques : La Fondation Mohammed VI des champions sportifs rend hommage aux athlètes médaillés    Compteur coronavirus : 2.432 nouveaux cas, Casa, Rabat, Salé en tête de liste    Covid-19 : première baisse substantielle du nombre de cas hebdomadaires,    DGSN : Quatre responsables suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Réserve de sang, une pénurie inquiétante
Publié dans Albayane le 15 - 12 - 2020

Entretien avec docteur Khadija Lahjouji, directrice du Centre national de transfusion sanguine et d'hématologie
Propos recueillis par : Ouardirhi Abdelaziz
Le don de sang est la responsabilité de tous, tel est le thème choisi cette année pour la célébration de la journée nationale des donneurs de sang.
En temps normal, grâce aux nombreux dons de sang quotidiens , le centre national de transfusion sanguine et ses différents centres régionaux et provinciaux , arrivent aisément à satisfaire toutes les demandes de sang des établissements hospitaliers du secteur public et des cliniques privées.
Mais dans le contexte actuel marqué par l'épidémie de Covid, tous les centres de transfusion sanguine enregistrent une pénurie aiguë de sang.
Pour en savoir plus sur cette pénurie de sang , AlBayane fait le point avec docteur Khadija Lahjouji, directrice du Centre national de transfusion sanguine et d'hématologie.
Des fonctions vitales
Grace au cœur qui propulse le sang dans les vaisseaux sanguins à travers tout l'organisme, le sang oxygène, nourrit, nettoie et défend tous les tissus et les organes de notre corps.
C'est dire toute l'importance du sang, qui est synonyme de vie , un liquide que les prouesses et avancées de la science n'est pas en mesure de fabriquer . En effet, il n'existe aucun traitement ni médicament de synthèse capable de se substituer au sang humain, et en cas de perte de sang pour moult raisons (maladies – interventions chirurgicales – accidents de la voie publiques ...), pour compenser la masse sanguine perdue , il n'y a le plus souvent aucune autre alternative à la transfusion sanguine , un acte médical qui consiste à transfuser du sang au malade.
Un acte volontaire et bénévole
Pour transfuser les malades dont l'état de santé nécessite du sang ou de l'un de ses dérivés (Plaquettes – Plasma – Albumine), le centre de transfusion sanguine , doit être quotidiennement approvisionné de ce précieux liquide, qui ne peut être acheté ou vendu, mais qui est issus des dons de sang. Cet acte volontaire et bénévole est donc irremplaçable.
Malheureusement cet acte noble, se trouve aujourd'hui confronté a la crise sanitaire, au confinement, à l'appréhension, à l'anxiété que vivent ou ressentent de nombreux donneurs, qui préfèrent rester chez eux. Une situation qui inquiété beaucoup les responsables au niveau du centre national de transfusion sanguine car les collectes de sang sont au plus bas.
AlBayane : Vous venez de tirer la sonnette d'alarme concernant les dons de sang qui restent en deca des besoins. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?
Docteur Khadija Lahjouji : Effectivement , il y a réellement lieu de s'inquiéter , en temps normal on arrivait aisément a comptabiliser 1200 dons par jour , ce qui nous permettait de répondre a toutes les demandes que nous recevons . Mais dans le contexte actuel marqué par l'épidémie de Covid-19 et l'abstention des donneurs à cause des mesures restrictives imposées, seuls quelques 500 à 600 dons sont effectués par jour au niveau national alors que le Maroc a besoin quotidiennement de 1.000 dons pour pouvoir satisfaire les besoins des malades en poches de sang.
Qu'en est-il des réserves de sang ?
Je ne vous cache pas que la situation est relativement difficile, et pourrait devenir inquiétante dans les jours ou semaines qui arrivent si les stocks ne s'amélioraient pas
le Maroc dispose actuellement d'un stockde 3.225 poches de sang, ce qui correspond à trois jours de consommation, alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de constituer un stock de sécurité équivalent à la consommation de sept jours.
C'est pourquoi j'invite tous nos citoyens à se mobiliser auprès des différents centres de transfusion au niveau national pour renflouer les stocks et atteindre de nouveau le seuil de sécurité.
Je ne vous cache pas que c'est un combat quotidien pour tous les centres de transfusion sanguine de Tanger à Lagouira.
Notre objectif en ce moment est d'arriver à collecter 1 000 poches par jour, car les besoins des patients sont permanents.
Chacun doit savoir que le don du sang est une responsabilité individuelle et collective Pour assurer la pérennité du sang au niveau du centre de transfusion, il n'y a pas de formule magique ou de produits de substitution. L'unique moyen, c'est la mobilisation des donneurs, qui est essentielle chaque jour pour répondre aux besoins des malades qui restent permanents tout au long de l'année.
Aujourd'hui, il s'agit de se remobiliser pour faire remonter significativement le stock de sang.
Je saisi cette occasion pour rendre hommage à nos citoyens, la société civile et les autorités publiques pour leur mobilisation exceptionnelle et salutaire, ce qui nous a permis de réaliser plusieurs campagnes de dons à travers le Royaume depuis le début de la crise sanitaire
Qu'en est-il de la culture du don de sang au Maroc ?
C'est une question importante qui naturellement mérite que l'on s'attarde sur certains aspects liés au don de sang. Le don de sang est un acte noble, c'est un don de soi, un don pour la vie et en tant que tel, le don de sang est un acte altruiste, qui exprime un haut degré de civisme.
La valeur et le mérite de cet acte sont accrus lorsqu'il s'agit de secourir une personne affligée ou de venir en aide à une personne désespérée.
C'est pourquoi la mobilisation des donneurs est essentielle chaque jour et doit être massive si on veut aider son prochain qui a besoin de sang ou des dérivés du sang et si on désire réellement contribuer à sauver des vies. Malheureusement, nos concitoyens ne sont pas nombreux a répondre favorable a cette action humaniste
Vous savez que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) fixe entre 3 et 5% de la population réalisant un don du sang, afin que les besoins du pays soit assuré, Au Maroc seulement 1 % des marocains donnent leur sang. Cette faible mobilisation a plusieurs raisons, notamment culturelles, avec un manque d'habitude envers ce geste. De plus, la population craint d'être contaminée lors d'un don du sang alors que le matériel de prélèvement utilisé lors des dons du sang sont stérilisés et à usage unique. Le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) tente donc de faire évoluer les mentalités vers le don du sang en faisant également prendre conscience de l'importance de cet acte pour la santé des marocains.
Est-ce que tout le monde peut donner du sang ?
Concernant les donneurs, il faut savoir que toutes les personnes âgées de 18 à 60 ans peuvent faire don de leur sang tous les 2 mois pour les hommes et tous les trois mois pour les femmes.
Les conditions pour être donneur sont les mêmes partout
Il faut être âgé de 18 à 70 ans (après 60 ans, le don est soumis à l'approbation d'un médecin qui réalise un entretien et effectue un examen médical et décide de l'aptitude du donneur a donner son sang .On peut donner durant toute la vie à condition de respecter les délais entre chaque don de sang et de ne pas être porteur d'une maladie ou autres affections qui contre-indiquent le don de sang.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.