Impots: la DGI fait une annonce destinée aux contribuables    CCISCS : Un partenariat stratégique pour encourager l'entrepreneuriat    Les sociétés de distribution sur la sellette    Irak : le pape prie pour les «victimes de la guerre»    Le Bayern rassure sur la blessure de Jérôme Boateng    La promotion des droits sociaux et économiques de la femme au cœur des objectifs majeurs de l'INDH    Exposition: sensualité et audace    «Tisser le temps politique au Maroc»    Le WAC s'approche de la qualification en leader, El Kaabi s'illustre    La Biélorussie réclame l'extradition de Svetlana Tsikhanovskaïa    Merkel et son parti voient leur étoile pâlir    L'or inexploré tchadien dans la ligne de mire du marocain Marita Group    CNSS : Les crèches privées seront indemnisées    Ligue des champions : Le Zamalek et Al Ahly en difficulté    Une semaine sous le signe de la stabilité    Alerte météo: fortes averses prévues au Maroc ce dimanche    La femme est appelée à s'affirmer dans les divers registres de la vie sociétale    Maroc-Royaume-Uni : une nouvelle route maritime pour contourner les problèmes frontaliers du post-Brexit    Le Maroc reçoit 500 000 doses de vaccin de la Chine    L'émancipation des femmes passe par casser le «plafond de verre»    L'égalité des genres au centre des efforts de relèvement de la crise    VIDEO. Ksar Sghir : dégâts très lourds après les inondations    L'étape actuelle exige une implication de tous    Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Avec « Dilbar », Nora Fatehi dépasse 1 milliard de vues sur Youtube (VIDEO)    CAF / Elections du 12 mars : Ahmed Yahya se retire !    CAN U20 : Le Ghana, champion d'Afrique !    Ligue des champions Afrique (3è journée): le point sur le groupe C    Hauteurs de pluie: jusqu'à 43 millimètres au Maroc    Interview avec Rachid El Guenaoui : Il brise les codes du luxe et revendique une mode « sport homme-femme » décomplexée    Le Maroc, vice-président du 14e congrès des Nations unies pour la prévention du Crime et la justice pénale    Programme des principaux matchs du dimanche 7 mars    «Sans cesse la langue défait et refait le jeu de son tissage de signes» Lorand Gaspar        Des femmes qui comptent : Siham Alami    Obésité et Covid-19 : le choc fatal entre deux pandémies    Maroc : Les barrages remplis à 50%    Botola Pro D1: le classement provisoire (9e journée)    SpaceX : Nouvel échec pour la fusée    1ère Chambre: les députés absentéistes risqueront désormais la révocation    Le pape célèbre à Bagdad sa première messe publique en Irak    L'étape actuelle exige une implication de tous dans les efforts d'élection des institutions représentatives    Des femmes qui comptent : Siham Alami    Chambre des représentants: Adoption à la majorité d'un projet de loi organique relatif au processus électoral    Le roi Mohammed VI a écrit au président du Ghana    La députée du PAM Faraj Touriya débarquée d'un vol «Raynair»    Armée américaine et insurgés du Capitole    La victoire du peuple algérien, " confisquée par un coup de force pour sauver le système "    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2021


Nabil El Bousaadi
«L'Etat de droit doit protéger ses citoyens d'un gouvernement tout puissant. Cela a échoué d'une manière horrible» a déclaré, ce vendredi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte au cours de la conférence de presse qu'il a donné après avoir remis, au roi Willem-Alexander, la démission de son gouvernement.
Ce dernier qui dirige, depuis Octobre 2017, une coalition formé de quatre partis; à savoir, le Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD, libéral), l'Appel chrétien-démocrate (CDA), l'Union chrétienne (CU) et Démocrates 66 (d66, centristes pro-européens) était sous pression depuis plusieurs semaines à la suite d'un invraisemblable scandale administratif dans lequel des milliers de familles furent accusées de fraude aux allocations familiales.
Une commission parlementaire instituée à l'effet d'enquêter sur cette malheureuse affaire a conclu que quelques 26.000 familles ont été victimes, ces dix dernières années, d'«injustices sans précédent», en somme de graves atteintes aux principes de l'Etat de droit.
Le rapport publié par ladite commission en décembre dernier avait révélé qu'après avoir été traqués par les services fiscaux qui enquêtaient sur des fraudes présumées aux allocations et aux indemnités pour frais de garde d'enfants qui seraient survenus entre 2013 et 2019, certaines familles avaient vu leurs droits supprimés. Parmi celles-ci certaines auraient même été contraintes de rembourser, à l'administration fiscale, des sommes très importantes. Or, après enquête, il est apparu que l'administration qui s'était, très souvent, appuyée sur des données erronées avait refusé de livrer des informations aux victimes desdits abus.
Après avoir pris connaissance de ce grave dysfonctionnement, le gouvernement, soucieux d'étouffer le scandale, avait fait part de son intention de verser, au cours des quatre mois suivants et à chaque parent concerné, la somme de 30.000 euros. Mais, rien n'y fit et cette proposition n'a pas permis d'éteindre l'incendie quand bien même l'opinion publique soutient largement la gestion de la pandémie par le parti libéral-conservateur (VDD) de Mark Rutte qui, après avoir dirigé, successivement depuis 2010, trois gouvernements de coalition, a encore de très fortes chances de rafler la majorité des suffrages à l'issue des nouvelles élections législatives.
Aussi, après s'être fermement opposé à toute démission de son équipe gouvernementale en invoquant le fait que le pays a besoin d'un gouvernement « décisionnaire » pour pouvoir lutter contre la pandémie du coronavirus, Mark Rutte s'est trouvé confronté au risque de devoir faire face, la semaine prochaine, à un vote de défiance du Parlement. Mais, en s'amplifiant jeudi à la suite de la démission de Lodewijk Asscher, le chef du Parti Travailliste néerlandais (PvdA) qui, sous la précédente coalition gouvernementale, avait été en charge du ministère des Affaires sociales de 2012 à 2017, la pression exercée sur l'actuel gouvernement a précipité son départ.
Mais il convient de préciser, par ailleurs, que si la démission de ce vendredi permet à Mark Rutte d'échapper à la «défiance», le «timing» lui est également favorable car en intervenant au moment où le pays traverse la phase la plus aigüe de la crise sanitaire du Covid-19 et à deux mois des élections législatives qui doivent se tenir le 17 mars prochain, elle ne va pas empêcher le «gouvernement démissionnaire» de continuer à gérer les affaires courantes dans l'attente de la formation d'une nouvelle équipe gouvernementale ou de la tenue des élections législatives. Ces dernières se tiendront-elles à la date convenue ou auront-elles lieu avant terme ? Attendons, pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.