M'diq-Fnideq: Madaëf soutient les porteurs de projets touristiques    Météo: le temps prévu ce jeudi 13 mai au Maroc    Botola: Remontada de l'AS FAR face au MAS    Botola: le Raja accroché (1-1) par le FUS (Vidéo)    Message de Mahmoud Abbas au roi Mohammed VI    Des couleurs à retrouver pour la couture traditionnelle    Le Gabon veut intégrer le Commonwealth    M'Barek Bouderka relate l'histoire étonnante d'un jeune résistant (VIDEO)    Baccalauréat 2021: Le MEN publie les cadres de référence actualisés des examens certifiants    Agadir: la veille de l'Aid, les autorités mobilisées pour le respect des mesures préventives (Photo)    Aïd Al-Fitr au Maroc: un virologue craint un « remake » du scénario de l'Aïd Al-Adha    Lions de l'Atlas : Le Maroc affrontera le Ghana et le Burkina Faso en amical    Laâyoune: La désalinisation pour assurer l'essor de la région    Streaming musical: Spotify améliore les options de partage pour les réseaux sociaux    Ramadan : Thomas Pesquet souhaite bonne fête aux Musulmans avec une photo de la Mecque vue de l'espace    Liga : Youssef En-Nesyri s'offre son 18ème but face au FC Valence    Le Maroc place la question palestinienne au même rang que sa cause nationale (El Otmani)    Aïd Al Fitr: Grâce royale au profit de 810 personnes    Officiel : Grâce Royale au profit de certains détenus du Hirak du Rif    Le Barça trébuche à Levante, le faux-pas de trop ?    Oualid El Hajjam vise un retour en sélection !    Mme Bouayach: Le travail de mémoire pierre angulaire dans les politiques de garantie de non-répétition    Manchester City tient son titre, la C1 dans le viseur    «Aywad»: un hymne à la vie    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 12 mai 2021 à 16H00    Covid-19: maintien du couvre-feu de 20h à 6h durant les jours de l'aid el fitr    Aziz Rabbah : Le Maroc dépassera 52% de son mix énergétique en 2030    Le PPS condamne l'agression contre la Palestine    Conseil de Gouvernement : Approbation de projets de décrets fixant les dates des échéances électorales    Journée internationale des musées : ouverture exceptionnelle et gratuite des musées affiliés à la FNM    Amrani: Modeste jusqu'au bout du pinceau    Messagerie : WhatsApp largement en tête au Maroc    Affaire Brahim Ghali : un appel urgent exhorte la justice espagnole à mettre fin à l'impunité    Marché des changes (3-7 mai): l'écart de liquidité à son plus bas historique    D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse    Aid El Fitr 2021: voici la date de la fin du Ramadan au Maroc    CMC : la campagne de vaccination a apporté un grand bol d'air au climat des affaires    UEFA: enquête disciplinaire contre le Real, le Barça et la Juve    L'ONMT publie son premier bulletin bimensuel dédié à la relance du tourisme [document]    Algérie : l'ONU de plus en plus préoccupée par la violation des droits fondamentaux    Palestine : Pluie de bombes sur Gaza, déluge de roquettes sur Israël    Tan-Tan: Saisie de plus de 6,5 tonnes de Chira, cinq personnes interpellées    M. Bourita s'entretient avec son homologue ivoirienne    Rire en temps de pandémie, une échappatoire pour l'être humain    Franc succès du 1er Salon international virtuel de la calligraphie arabe et ses arts    Washington appelle à la "désescalade" à Al Qods-Est    Événements d'Al-Qods: des parlementaires marocains réagissent    ONU : L'économie mondiale devrait connaître une croissance de 5,4% en 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une artiste qui fait parler la suavité!
Publié dans Albayane le 14 - 02 - 2021


Samira Aïtelmâalam, philanthrope à souhait
Saoudi El Amalki
Se mettre face à l'univers d'une artiste qui s'appelle Samira Aïtelmâalam, pendant une exposition plastique, est toujours un régal à tout rompre. Il n'y aurait manifestement que cette trempe de génies qui puisse accrocher un visiteur, ébahi par le charme du talent et l'envoûtement de l'inspiration.
Salvador Dali disait un jour cette belle citation: «Le peintre n'est pas celui qui est inspiré, mais celui qui inspire les autres!». Samira met du cœur et du métier dans ses œuvres vermeilles, à tel point que l'enfantement de sa trouvaille fait naître des sensations de profonde volupté.
A contempler avec tous les sens cette lascivité qui se dégage de ses tableaux, il est tout à fait réjouissant de se laisser sereinement enivrer par les rêveries captivantes de la plénitude de l'âme. Samira manie le pinceau d'un rare raffinement pour en sécréter la béatitude recherchée dans les entrailles de la toile, sans jamais lasser l'œil ensorcelée ni froisser l'admiration happante. L'onctuosité veloutée des couleurs qui emplient l'ouvrage de sublimité fait ressurgir une embarcation messagère aux embryons provocateurs.
Le récepteur de cette charge vivante entre déjà en alliance complice avec ce dont il se meut et s'émeut. L'enfant avenant et convivial de Samira n'est jamais mort-né, mais annonce la couleur avant même sa naissance et invite au baptême de la vie, sous les youyous de la femme et les ovations de l'homme.
Elle ne cesse de peindre pour la vie chevaleresque à travers les cavalcades des purs mustangs de la nature. Samira ne peint pas pour ne rien dire ni pour snober l'autre encore moins le dédaigner. Elle sait bien par où commencer son esquisse et vers où s'acheminer en vue de la parfaire, sans rien laisser au hasard, tel que disait Louis Althusser, l'illustre penseur marxiste : «Rien n'est gratuit, tout à un sens dans la vie !».
C'est bien là l'ingéniosité de l'art de Samira, imbu de ferveur sans jamais manquer de rigueur ni verser dans le creux. Tantôt, elle se réfugie ardemment dans les couleurs chaudes pour foudroyer un méfait, tout en veillant à l'harmonie de l'ensemble et tantôt, elle enfourche des couleurs vives pour encenser un bienfait, toujours avec le souci d'évincer la disharmonie disgracieuse.
En fait, Samira peint pour l'humanité dans le sens large du terme. Elle s'en va prêcher son art pur, sincère et fin, un peu partout dans ce bout de terre où elle vit et bien ailleurs en outre-mer. Elle va droit au but, sans perdre les pétales, afin de magnifier l'existence et égayer le public, tout en l'incitant à réfléchir, méditer et réagir...Pour ce faire, elle ne fait donc que parapher l'ancien ministre de la culture de l'Hexagone André Malraux quand il disait : «L'art, c'est le plus court chemin de l'homme à l'homme !».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.