Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    OCI : Les attaques israéliennes contre les Palestiniens aggravent les risques d'instabilité dans la région    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La littérature, le sens de la beauté et le rapport au monde.
Publié dans Albayane le 25 - 02 - 2021


Par Noureddine Mhakkak
Maï-Do Hamisultane est une écrivaine franco-marocaine. Après une enfance passée entre le Cap d'Antibes et Casablanca, elle étudie en classe préparatoire hypokhâgne et khâgne BL au lycée Janson-de-Sailly à Paris. Elle entreprend ensuite des études de médecine et devient psychiatre.
Elle a écrit plusieurs romans primés et traduits (La Blanche, Santo Sospir, Lettres à Abel, Des Réalités). Elle collabore également à différents projets artistiques (Biennale de Bamako, textes d'exposition). Elle vit actuellement à Paris. Bonne lecture.
Que représentent les arts et les lettres pour vous ?
Notre vitalité́, pour ainsi dire notre façon de se savoir au monde et de l'être. Après, nous avons chacun notre façon d'être vivant ; le rapport à l'art et aux lettres est singulier. Par les arts et les lettres, une insolence sublime face aux vicissitudes de la vie et l'inconnu de la mort, nous est permise.
Dans cette période d'épidémie, ils sont essentiels car ils apprennent à affronter l'inévitable.
Que représente l'écriture pour vous ?
Le rapport à l'écriture n'est pas figé, il évolue avec le temps.
Avant d'exercer mon métier de psychiatre, l'écriture m'était absolument nécessaire, autant que la respiration.
Maintenant, il est plus apaisé. Mes derniers textes sont très différents. On parle de périodes pour les peintres, pourquoi ne pas en faire de même pour les auteurs ?
La lecture pour vous ?
Elle fait partie de mes rituels de vie. Je ne conçois pas un jour sans lire un peu.
Même si en ce moment, je lis surtout des livres ayant trait à la psychiatrie, ou ceux que mes patients ou mes proches m'offrent.
Je trouve intéressant de distinguer rapport à la l'écriture / rapport à la lecture, alors que moi j'aurais parlé d'emblée de rapport aux livres, à la littérature.
J'ai grandi parmi les livres, dans une maison d'écrivains, c'est peut-être pour ça qu'elles m'apparaissent indissociables.
Parlez-nous des villes que vous avez visitées et qui ont laissé́ une remarquable trace dans votre parcours artistique.
Tanger, Marseille, Trouville et Casablanca.
Des villes aquatiques à l'horizon impénétrable, et où les éléments écrasent le paysage.
J'aime le vertige mystique de ces villes qui sont pour moi interconnectées, par les imaginaires.
Que représente la beauté́ pour vous ?
L'émerveillement, une sorte d'apparition qui ravit à soi-même.
Je trouve la littérature pleine de beauté en ce sens qu'elle frappe parfois par sa lucidité qui va à l'encontre du rationnel.
Dans Une vieille maîtresse, le prince préfère son aînée à la jolie princesse.
Dans Les Braises de Sándor Márai c'est plus l'analyse de l'amitié et de l'amour que l'écriture sublime, qui fait pour moi toute la beauté du roman.
La beauté c'est aussi l'esthétique de ramener l'être humain dans une dignité, parfois à l'encontre du monde sensible.
J'aime beaucoup Ricœur et son concept d'identité narrative qui permet cela.
Parlez-nous des livres /films que vous avez déjà̀ lus/vus et qui ont marqué́ vos pensées.
Les livres forment notre rapport au monde.
Le marin de Gibraltar, Les yeux bleus cheveux noirs, le film de Jim Jarmusch Paterson sont de ceux qui ont pu influer mon rapport à l'amour.
Parmi les œuvres qui ont pu marquer mon rapport à la psychiatrie, Le film Tetro, L'Aliéniste de Machado de Assis, le livre d'Harold Searles L'Effort pour rendre l'autre fou, Fanon Fanon et Fanon, et peut-être tout ce que j'ai vu, lu, entendu aussi…
Autrement, Je suis une fan absolue du cinéma de de Faouzi Bensaïdi et de celui Desplechin.
Ceci dit, on m'a offert récemment les Considérations inactuelles de Nietzsche. Peut-être que sa lecture va tout changer !
Parlez –nous de vos projets culturels /Artistiques à venir.
Un roman, mais je n'en dis pas plus !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.