Affaire Brahim Ghali: les Marocains d'Espagne se mobilisent    La terre a tremblé dans la région de Ouarzazate    Concours «Street Art Casablanca»    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    Mahrez envoie Manchester City en finale    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    Le Djibouti réitère son attachement «résolu et constant» à l'intégrité territoriale du Maroc    L'accueil par l'Espagne du chef du "polisario" est contraire aux règles de partenariat avec le Maroc (El Khalfi)    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    Coupe du Trône : Ce soir, deux belles parties en perspective !    Le bus du Raja vandalisé dans le parking de l'hôtel du rassemblement à Rabat !?    Nordin Amrabat vers un retour en Europe    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    Chloroquine-hydroxychloroquine : les pharmacies bientôt réapprovisionnées    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    Affaire Brahim Ghali : Madrid tente une opération "damage control"    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Selon l'UAFA : Le Maroc organisera la Coupe Arabe des Nations U17 juillet prochain !    Hakimi dans le viseur du Bayern Munich    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 5 mai    230 pompiers algériens lourdement sanctionnés pour avoir manifesté    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Brahim Ghali et cinq de ses complices dans les mailles de la justice espagnole    La BVC démarre en territoire positif    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Santé : Des médecins cubains au Maroc ?    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Météo: le temps prévu ce mercredi 5 mai au Maroc    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Thomas Tuchel : "Aucune raison de faire trop de changements"    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    Critiqué, Biden augmente finalement le nombre des admis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zidane & Klopp, acte II, trois ans après la finale de 2018
Publié dans Albayane le 05 - 04 - 2021

Trois ans après la finale Real Madrid-Liverpool (3-1), celle du triplé pour les Espagnols, Zinédine Zidane et Jürgen Klopp se retrouvent à Madrid en quart de finale aller de Ligue des champions pour un acte II qui sent la poudre.
Cette affiche entre deux clubs qui additionnent 19 sacres européens (treize pour le Real, six pour les Anglais), reste un classique, même si cette année, ils apparaissent assez peu dominants dans leurs championnats respectifs.
Les souvenirs de 2018 sont encore là: l'incroyable retourné acrobatique de Gareth Bale pour redonner l'avantage au Real à 2-1, les deux boulettes de l'ex-gardien des Reds Loris Karius, l'intervention limite de Sergio Ramos qui avait blessé l'Egyptien Mohamed Salah dès la demi-heure de jeu, la discrétion de Cristiano Ronaldo, le large sourire de Zidane, le visage fermé d'un Klopp prostré…
Trois années ont passé depuis la dernière fois que ces deux techniciens se sont serré la main après un coup de sifflet final.
Entre-temps, « Zizou » a pris un congé sabbatique de neuf mois entre mai 2018 et mars 2019, puis a repris les rênes du Real sans connaître le même succès que lors de son premier passage sur le banc merengue.
Et Klopp a fait passer Liverpool d'un simple outsider à un mastodonte européen: depuis cette désillusion du 26 mai 2018 à Kiev, le technicien allemand a remporté la Ligue des champions, la Supercoupe d'Europe et la Coupe du monde des clubs en 2019, et en 2020 un championnat d'Angleterre qui échappait aux Reds depuis trois décennies.
Au moment du tirage, Klopp s'est montré très détendu sur ces brûlantes retrouvailles : « Cela ne fait qu'un peu plus de deux ans qu'on les a rencontrés et cela avait été une nuit difficile pour nous. Avoir une chance de les affronter à nouveau, c'est cool », avait-il lâché.
Cette défaite, aussi cruelle fut-elle, avait agi comme un tournant dans la trajectoire de Liverpool et avait contribué à forger la légende de Klopp dans le coeur du peuple des Reds. Jusqu'au sacre européen de Liverpool en 2019, le charismatique entraîneur allemand restait sur une série de six finales perdues avec le Borussia Dortmund puis Liverpool, toutes compétitions confondues.
Quelques heures après le coup de sifflet final, Klopp avait été filmé en train de chanter en compagnie d'un groupe d'amis, dont le leader du groupe punk-rock les Toten Hosen: « On a vu la Coupe d'Europe, mais c'est Madrid qui a eu toute la p….. de chance. On jure de rester cool pour la ramener à Liverpool ». Promesse tenue, un an plus tard.
Chez Zidane, l'ambiance n'est jamais à pousser la chansonnette: dans la victoire comme dans la défaite, le technicien français, auteur d'un triplé entre 2016 et 2018, triomphe inédit pour un entraîneur (les trois sacres de Bob Paisley avec Liverpool n'ont pas été remportés consécutivement et ceux de Carlo Ancelotti l'ont été avec deux clubs, l'AC Milan et le Real), est en permanence sous pression sur le banc merengue.
Bien que le Real Madrid soit le seul club espagnol encore en lice en Ligue des champions et que son équipe lutte pour conserver son titre de champion d'Espagne (2e, à trois points de l'Atlético) avec une série en cours de 11 matches sans défaite, Zidane n'a pas droit au répit.
La blessure du capitaine Sergio Ramos, indisponible contre Liverpool et sans doute aussi pour le clasico retour de Liga face au Barça samedi, les tergiversations autour de la prolongation de son contrat, et la perspective d'une nouvelle saison vierge de tout titre (après celle de 2018-2019) font fleurir les inquiétudes au-dessus du crâne de « Zizou ».
« Entre Zidane et moi, je choisirais toujours Zidane. C'était un meilleur joueur et c'est aussi un meilleur entraîneur. Je n'ai aucun problème à le dire. Malheureusement, il est brillant, je le sais, et je dois m'attendre à ce qu'il le soit encore », avait résumé Klopp durant la conférence de presse d'avant la finale de C1 en 2018, encensant le « caractère » de son homologue.
Après une très mauvaise entame de 2021 (9 défaites en 15 matches toutes compétitions confondues), Klopp a redressé Liverpool dernièrement, avec trois succès de rang… mais sans sa charnière titulaire Van Dijk – Gomez (blessés), l'Allemand devra encore se creuser la tête pour ne pas sombrer une nouvelle fois lors de ces retrouvailles continentales face à « Zizou ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.