De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    Le Gabon célèbre à Laâyoune le 62è anniversaire de son indépendance    Belle moisson de médailles pour les sportifs marocains    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Wydad de Casablanca. Houcine Ammouta promu entraîneur    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Le Pérou retire sa reconnaissance du Polisario    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Mercato : Mouhcine Moutouali tranche sur sa prochaine destination    Orages en France: trois morts en Corse    Après la touriste française, un octogénaire mutilé par des chiens à Tanger    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    PSG : régime strict pour Achraf Hakimi and co...    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Coupe d'Afrique des Nations U23 – Maroc 2023 : Tirage des éliminatoires    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Italie : Un enfant marocain de deux ans blessé par balle, sa vie n'est plus en danger    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Banques: La position de change s'améliore    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Événements de Nador : de la prison ferme pour 13 migrants (VIDEO)    La fusée américaine SLS arrive à son aire de lancement, avant son décollage vers la Lune    Actifs immobiliers au trimestre 2-2022 : Des indicateurs en dents de scie avec des signes encourageants    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    M'diq-Fnideq : L'incendie de la forêt « Kodiat Tifour » presque entièrement circonscrit    Hécatombe    La météo pour ce jeudi 18 août 2022    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



M'barek Bouhchichi revisite la place du corps noir dans la société
Publié dans Albayane le 08 - 04 - 2021


Par Nezha Boulenda – MAP
M'barek Bouhchichi, originaire de Tahannaout, à une trentaine de kilomètres de Marrakech, se veut un plasticien obsédé par sa propre cause qui réside dans la perception du corps noir dans la société marocaine, devenue la boussole régissant l'ensemble de ses œuvres.
Si le « miroir » apparait silencieux chez cet artiste, son emprunte ne cesse d'interroger le visiteur de ses expositions sur le degré d'acceptation de l'autre qui n'est autre que le Marocain né de couleur noire, de l'acceptation de la différence et de sa volonté de cohabiter dans une société à multiples identités culturelles, linguistiques et ethniques.
Il s'agit là d'une passion sans faille, comme l'explique Bouhchichi, dans un entretien à la MAP, « je suis obsédé par la cause du Marocain noir, ma source d'inspiration, en rapport avec ma personne, l'espace géographique où je suis né, et mes relations sociales ».
A travers ses œuvres, cet artiste plasticien annonce un débat ouvert sur le pluralisme ethnique au Maroc, et à quel point apparait une véritable conviction et de principe sur le droit de l'ensemble des composantes ethniques de la société marocaine à faire part, à travers la peinture, de l'existence, dans toutes ses manifestations et expressions culturelles et sociales.
A travers ses œuvres, dont les thèmes sont inspirés de son vécu et des personnages de son environnement, M. Bouhchichi donne à voir l'une des expériences plastiques les plus intéressantes et les plus contemporaines au Maroc. Ses toiles, de grande et moyenne dimensions dont la plupart dessinées sur fond jaune avec prédominance du noir, sont conçues à la fois comme une réponse à la différentiation et l'altérisation du corps noir et comme une tentative de réévaluation des moyens de sa représentation, à travers des techniques et protocoles créatifs mis en œuvre pour mettre à nu la logique de la construction du portrait.
L'artiste transporte le visiteur vers un voyage de prospection de l'avenir, où il est confronté à des questions ouvertes et qui reste libre d'y trouver les réponses appropriées, à travers son interaction directe avec les toiles de ce jeune plasticien porteur de différentes interactions sociales, vécues depuis son enfance.
Dans sa dernière exposition « The Silent Mirror », il dit chercher un prélude pour débattre de questions sociales relatives à la richesse culturelle ethnique, dans toutes ses dimensions, une interrogation sur le niveau de notre intégration et de la capacité d'accepter l'autre. Il s'agit, selon lui, d'un ensemble de toiles reflétant le corps noir au Maroc, histoire de montrer ce que signifie être noir au Maroc d'aujourd'hui.
Pour mieux exprimer sa conception des choses, il a choisi de recourir à différentes techniques, privilégiant la matière du caoutchouc qu'il a transformée en matière brute, la modelant à sa guise, pour donner lieu à de nouveaux prototypes et briser les préjugés sur autrui.
Le choix du fond jaune chez cet artiste n'est pas fortuit, mais il s'agit d'attirer l'attention sur le non dit au sein de la société marocaine et qui se trouve absent du débat public, une couleur alliant attention et mise en garde sur l'existence d'un danger qui guette la société, en cas d'aggravation des disparités entre les composantes ethniques, linguistiques et culturelles de l'identité nationale.
M. Bouhchichi estime que les stéréotypes créés par le colonialisme, à travers son exploitation de l'image de l'Africain noir dans les spots publicitaires, sur fond jaune, l'a poussé à privilégier cette couleur, avec pour ambition de venir à bout de tout stéréotype et laisser libre cours au pluralisme ethnique marocain.
A travers toutes ses œuvres, il dit vouloir transmettre de nombreux messages, à savoir la reconnaissance de l'Afrique et de sa diversité ethnique et la richesse de son patrimoine, outre la nécessité de s'abstenir à adhérer à toute tentative visant à occulter une quelconque composante de notre identité commune.
Son parcours artistique a été consacré à l'exposition d'œuvres reflétant sa conception du corps noir au sein de la société marocaine et traduisant une sorte de récit autobiographie.
Les thèmes choisis dans ses peintures, dessins, ou vidéos, inspirés de son propre environnement, font ressortir une des importantes et modernes expériences plastiques au Maroc.
Il est toujours à la recherche d'une certaine harmonie vis-à-vis du récepteur, et essaye ainsi de soulever les problématiques et questions qui le préoccupent, à travers le langage de ses créations.
Les oeuvres de Bouhchichi traitent d'une cause fondamentale reposant sur le pluralisme ethnique au sein de la société marocaine qui lui permet de mieux comprendre l'existence de l'autre.
* * * * *


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.