Une ONG condamne l'appel du Polisario à commettre des attentats terroristes au Maroc    Moment historique pour Yassine Bounou, gagnant du Trophée Zamora    Une réflexion de la presse italienne sur le nouveau contrat Mbappé    Une délégation marocaine à Prague    Plainte de LaLiga contre le PSG : Javier Tebas contre le renouvellement du contrat Mbappé    Travaux du Busway : Perturbation de la circulation à Casablanca    Guerre en Ukraine : Moscou annonce la destruction d'armes occidentales    USA-Liban : Nouvelle charrette de sanctions US    Sebta et Mellilia : La DGI annonce la fin des activités de contrebande    Marrakech / Systèmes de paiement et e-gov :15ème édition de l'Africa Pay & ID Expo    Casablanca : 16 MDH pour une cure de jouvence de la Trémie Zerktouni- Hassan II    Chine / Covid-19 : Des milliers de Pékinois placés de force en quarantaine    Casablanca : Lancement de la 15ème édition du Festival international Théâtre et Cultures    Marhaba 2022: consulat mobile au profit des ressortissants marocains de Saint-Etienne    Premier league: Manchester city championne d'Angleterre après un scénario fou    Mbappé: « La déception du Real est à la hauteur de mes hésitations »    Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime    Monkeypox: Quel plan de riposte pour le MSPS?    Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires    Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie    Covid-19 au Maroc : 98 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Espagne : Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants entre Ceuta et Cadix    Football / Match amical Etats Unis-Maroc : Le sélectionneur américain dévoile sa liste de joueurs    UPA: Le président du parlement émirati salue le rôle du Roi Mohammed VI dans le soutien des Maqdissis    Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin    Au camp de Boujdour, à Tindouf, un événement «international» devant des chaises vides    COVID-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 mai 2022    Situation médicale préoccupante d'un détenu à Fès : l'administration pénitentiaire fait le point    Usage de l'arme en dehors du service par un policier à Béni Mellal : enquête ouverte    Les indicateurs hebdomadaires de BAM en 5 points clés    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane    Blé: la menace de pénurie guette les pays importateurs    Moudhaffar Al Nawab, voix du peuple irakien, n'est plus    Tornade à Michigan: deux morts et 23 blessés    Le président du Conseil national des EAU salue le rôle pionnier de SM le Roi dans le soutien des Maqdissis    Migrations: aux portes des Etats-Unis, des drames et des enfers    USA: Joe Biden qualifie les cas de Monkeypox dans le monde de "préoccupants"    Québec réduit les frais de scolarité pour les étudiants étrangers en région    Amélioration de l'école publique : un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    Le Maroc participe à la foire internationale de l'agriculture de Novi en Serbie    Canada/Intempéries: Quatre morts et 900.000 foyers privés d'électricité    Interview avec Neila Tazi : « Nous ne quittons pas Essaouira, elle est la capitale de la tagnaouite »    Festival : Jazzablanca, le fond et la forme    Météo au Maroc: les prévisions du dimanche 22 mai    Diaspo #240 : Youssef Anegay, guitariste à Strasbourg indissociable de Lazywall    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le BCIJ a démantelé 84 cellules terroristes, depuis sa création en 2015
Publié dans Albayane le 19 - 07 - 2021


Cherkaoui Habboub dans une interview à la MAP
Un total de 84 cellules terroristes a été démantelé par le Bureau Central d'Investigations Judiciaires (BCIJ) depuis sa création en 2015, à l'heure où le Maroc continue de conforter son statut de partenaire stratégique à l'international dans la lutte anti-terroriste, a affirmé le directeur du BCIJ, M. Cherkaoui Habboub.
« Depuis sa création en 2015, le Bureau Central d'Investigations Judiciaires a réussi à démanteler 84 cellules terroristes, dont 78 en lien avec l'organisation de Daech et 6 autres acquises à l'idéologie de la nébuleuse Al-Istihlal wal Faye, qui légitimise des activités illicites pour financer des actes terroristes », a déclaré M. Habboub dans une interview exclusive accordée à la MAP.
L'action du BCIJ, bras judiciaire de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST), a également permis de traduire en justice 1.357 individus, 14 femmes et 34 mineurs liés à des affaires de terrorisme, a-t-il précisé.
Autre fait significatif, a-t-il relevé, 137 individus de retour de zones de combat ont été déférés à la justice, parmi lesquels 115 rentrés de la scène syro-irakienne, 14 ex-membres de Daech en Libye, et 8 autres extradés vers le Maroc dans le cadre de la coordination entre le Royaume et les Etats-Unis. Ces résultats sont le fruit d'une coopération étroite et agissante entre les divers services nationaux de sécurité, a-t-il expliqué, soulignant que la politique sécuritaire du Maroc se démarque par son efficacité et l'harmonie entre les institutions concernées. Cette politique vertueuse a donné lieu à des actions probantes qui se traduisent par le démantèlement d'un grand nombre de cellules terroristes, a-t-il noté.
Il y a lieu de citer également la coopération « totale et inconditionnelle » entre les institutions de sécurité, a assuré M. Habboub, soulignant qu'il s'agit d'une coopération à la fois horizontale et verticale, permettant au Maroc de conforter son leadership en la matière.
Il a, sous cet angle, rappelé le démantèlement de nombreux gangs et réseaux criminels actifs dans l'immigration clandestine et le trafic international de drogues, grâce aux « précieuses » informations fournies par la DGST.
Le Maroc, partenaire incontournable
Grâce à son approche holistique et proactive, le Royaume s'impose en véritable partenaire stratégique en matière de lutte anti-terroriste, tant à l'échelle régionale qu'internationale, a soutenu le directeur du BCIJ.
Il s'est confirmé dans ce statut grâce à sa politique sécuritaire et aux efforts concertés de la DGST et des autres services de sécurité, a dit M. Habboub, affirmant que le Maroc partage avec ses partenaires les données et informations de valeur pour la mise en échec des projets terroristes.
A cet égard, il a rappelé la coopération sécuritaire et la coordination en matière de renseignements entre le Maroc et les Etats-Unis, « avec lesquels nous avons des partenariats solides et de longue date », citant à titre d'exemple le démantèlement, en mars dernier, d'une cellule terroriste à Oujda.
La DGST a de même fourni, en janvier dernier, des informations de premier ordre à Washington au sujet d'un soldat américain radicalisé, lesquelles ont abouti à son interpellation, a-t-il enchaîné.
M. Habboub a, dans la même veine, évoqué la dynamique de coopération avec les services de sécurité des pays étrangers, notamment français et espagnols, qui a permis de mettre hors d'état de nuire des dizaines de cellules terroristes et d'éviter des bains de sang.
Le directeur du BCIJ a, à cet égard, souligné la volonté du Maroc de hisser le niveau de coopération sécuritaire en matière de lutte anti-terroriste avec l'ensemble des partenaires, ajoutant que le Royaume est « entièrement » engagé dans cette perspective.
Le Maroc, a-t-il poursuivi, a adopté et signé tous les pactes et conventions des Nations Unies dans ce sens, « en étant engagé de façon continue, agissante et inconditionnelle en faveur de la coopération internationale afin de garantir la sécurité de ses citoyens ainsi que celle de ses partenaires et amis ».
L'Algérie persiste et signe !
Toutefois, si la coopération avec les différents partenaires arabes, africains, européens et américains, entre autres, fait du Royaume un partenaire stratégique incontournable en matière de lutte contre le terrorisme, M. Habboub a déploré le rejet par l'Algérie de toute coopération sécuritaire.
Le niet catégorique d'Alger de coopérer dans la lutte anti-terroriste, qui requiert une collaboration internationale étroite, impacte négativement les efforts inlassables du Royaume et de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme, un phénomène qui transcende les frontières, a-t-il indiqué.
Cette attitude contre-productive de l'Algérie est préjudiciable pour toute la région, en ce sens qu'elle affaiblit et entame les efforts déployés pour contrecarrer les menaces et les dangers terroristes sur les plans régional et international, a-t-il regretté.
Une Vision Royale lucide et globale
En application des Hautes Orientations de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a adopté une approche multidimensionnelle et des mesures efficaces à tous les niveaux, englobant non seulement les volets juridique et sécuritaire, mais aussi la restructuration du champ religieux et l'intégration de la dimension socio-économique. Le tout dans le plein respect des principes de primauté de la loi et des droits humains.
Sur le plan religieux, le Maroc a restructuré ce champ en plaçant l'ensemble des mosquées sous la tutelle du ministère des Habous et des Affaires islamiques, sans oublier la décision d'unifier l'instance de l'Iftae (avis religieux), désormais compétence exclusive du Conseil Supérieur des Ouléma, mesure à laquelle s'ajoute l'instauration de l'Institut Mohammed VI de formation des Imams, Mourchidines et Mourchidates, voué à la consécration des préceptes de l'Islam modéré, a-t-il expliqué.
Sur le chapitre de la diplomatie religieuse, et dans le cadre de la coopération Sud-Sud, la Fondation Mohammed VI des Ouléma africains a été créée et placée sous la présidence effective de SM le Roi Mohammed VI, a-t-il rappelé. Elle est chargée, entre autres, de fédérer et de coordonner les efforts des ouléma musulmans au Maroc et en Afrique, dans l'objectif de faire connaître, de diffuser et de consacrer les nobles valeurs de l'Islam, tout en servant de plateforme de partage des idées et des connaissances, et de formation des étudiants africains.
D'un autre côté, M. Habboub a mis en évidence l'importance de la réinsertion des détenus dans le tissu socio-économique et de l'effort visant à remédier aux racines de la radicalisation. Vu que les peines privatives de liberté sont insuffisantes pour lutter contre ce fléau, le programme « Moussalaha » (réconciliation) a été lancé à l'adresse des détenus impliqués dans des affaires de terrorisme, afin d'opérer une réconciliation avec soi et une bonne compréhension de la religion, a-t-il fait remarquer.
Il a estimé que le lancement de ce programme, qui implique plusieurs intervenants, vise à déconstruire la pensée radicale, en mettant l'accent sur une meilleure connaissance de la religion, la promotion des droits humains et la réconciliation avec soi et la réintégration dans la société.
Au volet socio-économique, il a été procédé à l'opérationnalisation de l'Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH), lancée par le Souverain en 2005, notamment à travers la mise en œuvre de projets générateurs de revenus et la réalisation d'écoles, d'hôpitaux et d'infrastructures destinés à la lutte contre la précarité et la pauvreté, a relevé le directeur du BCIJ.
Combattre le mal à la racine
Le responsable a, en outre, indiqué que les médias et la société civile sont appelés, plus que jamais, à jouer un rôle de premier plan par le biais de la sensibilisation, citant la chaîne de télévision « Assadissa » et la Radio Mohammed VI du Saint Coran qui assument une mission essentielle dans la diffusion de programmes prônant le rejet de la haine et de la violence.
Le Maroc a toujours été une terre de vivre-ensemble et de tolérance envers toutes les religions, a-t-il assuré, ajoutant que le terrorisme, qui n'appartient à aucune religion, est l'ennemi de tous, sans distinction aucune entre pays, riches, pauvres, intellectuels...
Autant dire que la lutte contre le terrorisme est la responsabilité de tout un chacun, impliquant famille, société, institutions culturelles, établissements d'enseignement, acteurs associatifs et médias, entre autres, a conclu M. Habboub.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.