Le pass vaccinal, une condition d'accès aux aéroports marocains    PLF 2022 : Hausse des subventions du gaz butane et des produits alimentaires    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Sahara : José Manuel Albares rectifie les duperies du Polisario    Equipement : Baraka annonce un grand chantier d'infrastructures    Déclarations de l'Algérien Mohamed Antar Daoud : la France enjoint au «respect» de sa souveraineté    Un homme retrouvé décapité et éviscéré dans le sud-est de la France, le suspect en fuite    Kénitra : trois interpellations dans une affaire d'escroquerie    Le prix Sakharov 2021 décerné à la bête noire de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny    Affaire Brahim Ghali: Les ingérences du gouvernement Sanchez dénoncées par le procureur général de Saragosse    Gazoduc Maghreb-Europe: Rabat étudie (déjà) les alternatives    En Espagne, le 40e congrès du PSOE prend fait et cause pour le Maroc, le Polisario choqué    Livres : Le chercheur Taib Ajzoul publie deux nouveaux travaux    Evolution du coronavirus au Maroc. 188 nouveaux cas, 942.967 au total, mercredi 20 octobre 2021 à 16 heures    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Selon la dernière note du HCP, la confiance des ménages s'améliore    Crise Maroc-Algérie : le nouvel ambassadeur d'Israël apporte son soutien à Rabat    Dell Technologies contribue à l'évolution du support informatique et de la sécurité    Ligue des Champions : Youssef En-Nesyri absent ce soir    Newcastle : Les Saoudiens arrivés, l'entraîneur limogé    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Sahara marocain : Le Mexique réaffirme son soutien à une solution juste et mutuellement acceptable    PLF 2022 : Net rebond des recrutements au sein de l'administration de la Défense nationale    Comment le Maroc se prépare pour exploiter son "or vert"    Décès d'Ahmed Snoussi, ancien diplomate, 92 ans    Pass vaccinal: un choix stratégique pour les Marocains    Abdulrazak Gurnah, prix nobel de littérature 2021    Impôt sur les sociétés: le PLF propose une nouvelle mesure    Liaisons aériennes : Suspension des vols avec trois pays européens    Covid-19: une nouvelle forme de variant inquiète le gouvernement britannique    Chine. Quatre propositions pour assurer la protection de la biodiversité    Urgent. Le Maroc suspend ses vols vers l'Allemagne, les Pays-bas et le Royaume-Uni à compter de ce mercredi 20 Octobre    Latifa Akharbach: "La pandémie a rappelé la grande utilité sociale des médias"    LaLiga et le monde du football se préparent pour le premier ElClasico de la saison    Le FMI s'attend à un renforcement de la reprise post-Covid au Maroc    Le nouvel ambassadeur d'Israël au Maroc accorde un entretien à la chaîne i24news [Vidéo]    Marrakech : La Mamounia s'apprête à abriter une grande vente aux enchères organisée par Artcurial Maroc    ''Femmes écrites'', un nouveau recueil de Houda El Fchtali en kiosques au Maroc et dans plusieurs pays francophones    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Grâce Royale au profit de 510 personnes à l'occasion de l'Aïd Al Mawlid Annabawi    Les 100 ans de Georges Brassens.. Un souffle de poésie et de musicalité joyeuse parcourt la ville de Sète    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'ADFM revendique une rupture avec les pratiques du passé
Publié dans Albayane le 26 - 09 - 2021


Khalid Darfaf
L'Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) s'attend à ce que le futur Exécutif entamerait une rupture avec les politiques et les mécanismes discriminatoires à l'encontre des femmes et des filles. C'est ce qu'on apprend dans une lettre ouverte adressée par cette organisation au nouveau chef du gouvernement. En termes plus clairs, ladite association considère que la priorité du programme gouvernemental devrait, avant tout, garantir les droits de l'Homme d'une manière générale, et particulièrement les droits des femmes et des filles, sans omettre le renforcement des libertés individuelles et collectives afin de donner un nouveau souffle au processus démocratique et rétablir la confiance dans les institutions.
L'ADFM a même fait part de son inquiétude quant au recul enregistré en matière des droits des femmes et la non concrétisation des dispositions constitutionnelles portant sur la lutte contre la discrimination et la mise en place des mécanismes de l'égalité et la parité au niveau des politiques publiques et ce conformément à l'article 19 de la Constitution.
Une question politique par excellence
La même source a fait aussi remarquer le fait de continuer à considérer la question de la femme comme une affaire relavant de l'instance gouvernementale ayant des attributions sociales (enfants, hommes en situation d'handicape, personnes âgées...) alors que la question de l'égalité de la femme devrait être traitée de façon transversale et devrait être traitée en lien avec les domaines : social, industriel, économique et environnemental, entre autres.
Cela étant, la problématique de la femme est une question politique par excellence, précise la même source, tout en mettant l'accent sur les faiblesses et les limites des lois promulguées ( loi relative à la lutte contre la violence à l'égard des femmes, loi relative à l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination…) qui comportent des dispositions discriminatoires voire inéquitables. Et ce n'est pas tout, étant donné que l'ADFM a mis en avant le rétrécissement des libertés individuelles et collectives ou encore la marginalisation des associations de la société civile.
Pour parer à une telle situation, l'association a appelé le gouvernement à faire preuve de volonté politique en plaçant la question de l'égalité parmi les priorités de son programme, vu qu'il s'agit d'une variable déterminante de la démocratie, les droits de l'Homme et le développement durable. Qui plus est, l'ADFM a invité le prochain gouvernement à mettre en place des politiques sectorielles à même de réduire les inégalités et les disparités entre les femmes et les hommes. D'où la nécessité de la consécration de la culture de l'égalité et la non discrimination et ce à travers la mobilisation des agents de la socialisation, à savoir l'école, les médias... Le but escompté est celui de soutenir les valeurs de la liberté, la dignité, l'égalité et la non-violence.
Pour ce faire, le gouvernement devrait inscrire son action dans une véritable démarche participative en considérant les associations de la société civile et celles de la défense des droits humains, des femmes et des filles, comme un véritable partenaire, note en substance l'ADFM. Comme quoi, une démarche participative en bonne et due forme doit impliquer les associations aussi bien au niveau de l'élaboration des programmes que de leurs mises en œuvre, l'activation, le suivi et l'évaluation des politiques publiques comme le dispose la Constitution de 2011.
Grosso modo, l'ADFM s'attend à ce que le gouvernement présente une vision claire et intégrée, considérant l'égalité et la non-discrimination comme une priorité de son mandat et un principe structurant qui se traduit au niveau de tous les axes du programme gouvernemental, devant être accompagné d'objectifs et indicateurs SMART et rétablir la responsabilité à la reddition des comptes.
Refonte complète du Code de la famille
Pour lutter contre toutes les formes de la discrimination directe et indirecte à l'égard des femmes, notamment en ce qui concerne l'accès aux services de santé et à l'éducation, entre autres, l'ONG a appelé à l'adoption d'une approche réaliste, efficace, contenant des mesures spécifiques sur le plan de la planification, la programmation et la budgétisation aussi bien à l'échelle nationale que locale. Autre point non moins important, indique la même source, porte sur l'obligation de la promulgation d'une loi générale définissant l'égalité et la discrimination directe et indirecte sur la base du genre. En plus de cela, l'ADFM a appelé à une refonte complète du Code de la famille. Surtout les articles en lien avec la polygamie, le divorce, l'autorité parentale, le partage des biens et le régime successoral.
Le dossier revendicatif de l'ADFM exige, en outre, une refonte totale du Code pénal, notamment les articles qui considèrent que l'avortement, les libertés individuelles comme portant atteinte à la moralité publique, ce qui, d'ailleurs, va à l'encontre de l'esprit la Constitution et les engagements du Maroc.
Pour la même source, il est temps de procéder à la révision de la loi de la lutte contre la violence afin de garantir une protection efficace pour les femmes et les filles et ce à travers la mobilisation des les ressources financières et humaines spécialisés. En sus de cela, l'ADFM souligne l'importance de la mise en place de mécanismes à l'échelle nationale et territoriale et qui devraient être dotées de compétences transversales, et des moyens humains et financiers nécessaires. Aussi, la lettre adressée au chef du gouvernement insiste sur la révision de la loi relative à l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination, dans le dessein de doter cette instance d'une indépendance administrative et de larges attributions (missions d'enquêtes, traitement des plaintes...) à l'instar d'autres organes constitutionnels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.