Gouvernance migratoire du Maroc: « une logique humaniste », pervertie par les actions criminelles des réseaux de trafic    MD Talks: la Régionalisation « un dispositif discursif pour innover et réformer »    Cours des devises du mardi 28 juin 2022    Aéronautique : Spirit AeroSystems lance la production de composants pour Airbus    Fès : la commune lance des bornes de recharge pour les voitures électriques    Oran. Bienvenue aux JMM    UA. Macky Sall invité du G7    Afrique du Sud. Le trafic d'êtres humains inquiète    15eme édition du Festival de la culture soufie de Fès, le programme dévoilé et un moment de grâce partagée    Le Président de l'Uruguay reçoit à Montevideo Enaam Mayara    Plus de 2,6 MMDH pour la réhabilitation des établissements scolaires en 2022    La météo pour ce mardi 28 juin 2022    Préservation de la biodiversité: La fondation OCP soutient le Sénégal    Coup d'envoi à Rabat de la 21ème édition du Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida"    Maroc : Saisie de 67 kg de cocaïne au port de Tanger ville    Sahara : L'ONU reste prudente sur une nouvelle tournée de De Mistura    Evénements de Nador-Mellilia : Une délégation du CNDH sur place    Le Maroc dément tout contact avec la « république autoproclamée de Donesk », non reconnue ni par le Royaume ni par les Nations Unies    Etablissements scolaires. Plus de 2,6 milliards de dirhams en 2022 pour leur réhabilitation    Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels "Tbourida" : Coup d'envoi, à Rabat, de la 21ème édition    Collectivités territoriales: les recettes fiscales en hausse à fin mai    Une haute délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Le RCOZ retrouve espoir, le MCO en danger    Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude et autres affaires    Le Maroc bat la l'Egypte 5-2 et file en finale    Casablanca : 1er Forum africain du théâtre social    Covid-19: 715 nouveaux cas et 03 décès en 24H    Aéronautique : Spirit AeroSystems lance au Maroc la production des composants de fuselage    Melilla : Plus de 60 migrants déférés devant les tribunaux de Nador    « Roh El Mellah », le savoir faire juif transmis aux artisans    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Contrôle de l'immigration illégale : Sanchez salue les efforts déployés par le Maroc    Jeux Méditerranéens - Foot / Maroc-France (0-1) : Les Marocains battus sur un penalty en attendant l'Algérie ce mardi    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Affaire Brahim Saadoun : Le père appelle le gouvernement à intervenir et se confie sur les croyances religieuses de son fils    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bektashiyya, une secte attachée à la liberté individuelle (2)
Publié dans Albayane le 04 - 04 - 2022


Les confréries entre mysticisme et ordre religieux
À la fois confrérie religieuse musulmane et secte initiatique dérivée du chiisme duodécimain, la Bektashiyya a été fondée au début du XVe siècle, mais a pris sa forme définitive au XVIe siècle, en Turquie. En termes plus clairs, le bektashisme est un ordre religieux ésotérique (batinite), issu de la mouvance soufie de l'islam à l'origine même de nombreux autres ordres batinites (ghulat) et considéré comme une branche du chiisme car ses adeptes montrent un intérêt particulier pour l'Imam Ali ibn Abi T̩alib. Beaucoup de ses rites sont spécifiques au bektachisme.
Haci Bektas Veli, saint homme et mystique philosophe de l'alévisme, est le fondateur éponyme de la confrérie des bektachis qui joua un rôle primordial dans l'islamisation de l'Anatolie et des Balkans.
Selon l'UNESCO, l'islam alevi bektachi, avec les apports de Haci Bektas Veli, fait preuve d'une modernité précoce : avec les mots du xiiie siècle, Haci Bektas Veli véhicule des idées qui huit siècles plus tard coïncident avec la Déclaration universelle des droits de l'homme (1948).
Comme confrérie, elle était rattachée aux janissaires, dont le corps militaire constituait une sorte de corporation religieuse. Détruits, en 1826, en même temps que les janissaires révoltés, les bektashi émigrèrent en Albanie, qui devint leur centre privilégié. Dissoute en 1925 (comme toutes les congrégations turques), la Bektashiyya aurait repris racine en Turquie (30 000 membres en 1952). Aujourd'hui, il y a de nombreux « couvents » (tekke) en Turquie, et d'autres en Grèce, en Bulgarie, en Macédoine, en Roumanie, en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, en Egypte, en Irak (Karbala). Celui du Moqattam, au Caire, a été désaffecté (1972). À Budapest, on vénère le tombeau du bektashī Gul Baba (mort en 1541).
L'Albanie est à majorité musulmane sunnite, mais l'influence des bektashī y a été importante : cinq cents délégués à l'assemblée générale de janvier 1922, avec six baba (chefs spirituels) autonomes. Pendant la guerre de libération nationale (1939-1944), le baba Faja Martaneshi eut le grade de général, avant d'être assassiné par un autre baba « collaborateur ». En 1953, les bektasha albanais étaient estimés à cent mille. Il y a aussi des bektashi dans la « diaspora » albanaise : au Kossovo (un million d'Albanais), en Italie du Sud et en Sicile (100 000), aux Etats-Unis d'Amérique (70 000, autour de Boston, avec un tekke).
Frères universels
Seuls les bektashi célibataires vivent dans des tekke à l'emplacement bien choisi, souvent dans des vergers d'abricots. Ils sont vêtus de blanc, avec des toques blanches à douze plis (autant que d'imams), des poignards à la ceinture et un anneau à l'oreille. Leur religion est un syncrétisme (comme celle des Druzes), parti de l'islam, mais influencé par le christianisme et sans doute par d'autres croyances antérieures. En 1918, La Nazione albanese, mensuel albanais édité à Rome, a publié dans son no 16-17 « Le catéchisme bektashi» (Il Libro dei Bektasci), signé des initiales N. H. F. — celles de Naim Halid Frashëri (1846-1900), patriote, écrivain et lui-même bektashi, auteur d'un célèbre poème en albanais sur le martyre de Husayn (Hussein) à Karbala (Querbelaja), édité à Bucarest en 1898. On peut y lire que tous les bektashi ont pour père Ali et pour mère Fatima. Ils adorent la bonté. Ils font le bien, et non le mal. Ils croient que l'homme ne meurt jamais, mais se transforme (métempsychose). Homme et femme sont égaux, mais l'homme le plus chaste est le plus proche de la perfection. La religion est dans le cœur, elle n'est écrite nulle part. Les bektashi sont les « frères universels ». L'initié (mühüp, de l'arabe muhibb), après avoir « serré la main de Dieu », doit ceindre le ceinturon qui, symboliquement, lui permettait de « se pendre au gibet d'al-Hallaj ». La Trinité Allah-Muḥammad-Ali est souveraine. La prière des agonisants se compose de versets du Coran. Pendant les dix jours anniversaires du mois musulman de muharram, les bektashi doivent se priver de boire.
En Albanie, les bektashi sont considérés comme de bons vivants, de grands buveurs de raki, courageux, démocrates et attachés à la liberté individuelle. Leur horreur de la chair du lièvre, animal impur « qui se nourrit de charognes », remonte-t-elle à la Bible (Deut., XIV, 7) ou doit-elle être rattachée aux interdits alimentaires, non coraniques, mais usuels ailleurs (Iran, Syrie, Oranie, Somalie, etc.) ? Max Choublier, hôte des tekke d'Albanie entre 1904 et 1912, les décrit comme des « oasis de paix » et y voit une « image humble mais réalisée de vie franciscaine » (« Les Bektachis et la Roumélie », in Revue des études islamiques, no 3, 1927).
Les rites bektachis semblent proches du soufisme, dans le sens où il y a une vraie recherche d'un guide spirituel (un « baba »). Chacun des membres de la communauté peut être initié jusqu'à devenir un derviche puis finalement, un « baba ».
Un pilier politique
Les bektachis pensent que le Coran doit être lu à deux niveaux : de l'extérieur (zahir) et de l'intérieur (batin,), ce qui laisse la place à une interprétation ésotérique des textes. Cela conduit le fidèle à moins s'attacher à la forme qu'au fond.
Le bektachisme n'a pas de mosquées et a ses propres rites hebdomadaires, dont les femmes ne sont pas exclues. Elles ne sont pas tenues de porter le voile. La prière s'exprime par des poèmes chantés, comme ceux d'Achik Ibreti (1919-1976).
Sous l'Empire ottoman, la confrérie des bektachis a une influence importante sur la vie spirituelle des Ottomans et de leur élite. Elle joue un rôle dans la création de l'ordre des janissaires, l'infanterie de l'armée ottomane chargée des frontières extérieures. Les janissaires comme les mehter étaient de confession bektachi. Le sultanat s'appuie sur le bektachisme pour étendre son aire d'influence en Europe. En atteste la présence à Budapest du tombeau de Gül Baba, derviche bektachi. Les bektachis sont à l'origine de l'organisation des métiers du commerce et de l'artisanat au sein de l'Empire Ottoman. Le Ahilik est une organisation permettant de former les apprenants aux métiers de l'artisanat et de leur inculquer un certain nombre de valeurs humaines : la morale, le sens de la justice, de la fraternité et de la solidarité. Ainsi, les bektachis ont joué un rôle important dans l'expansion militaire, scientifique et culturelle de l'Empire ottoman et dans l'islamisation de l'Anatolie et des Balkans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.