Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Pauvreté des apprentissages : 70 % des enfants de 10 ans sont incapables de lire et comprendre un texte simple    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Zimbabwe. Des mesures face à l'inflation    Argan : les ambitions du Maroc déclinées dans un nouveau contrat programme    D'après le PDG d'Exxon Mobil, toutes les voitures neuves particulières vendues en 2040 seront électriques    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Tennis : Après les championnats d'Afrique des U14 et U16...Nos garçons se qualifient pour les championnats du monde !    Madagascar. La vanille, cette précieuse épice    Kenya. De moins en moins d'adeptes aux abonnements téléphoniques    Clôture du Gnaoua Festival Tour qui a fait vibrer 120 000 festivaliers    Botola Pro D1 28ème journée/ HUSA-RCA (2-3) : Le Hassania en danger, une toute, toute, toute petite lueur d'espoir du Raja !    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    La pastèque : Le fruit d'été aux mille et une vertus    Douleurs & ballonnements : Des automassages pour soulager son ventre    L'épidémie de la variole du singe n'est pas actuellement une urgence de portée mondiale (OMS)    Assaut contre la clôture métallique dans la province de Nador : le bilan passe à 23 morts    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Futsal : Les Lions de l'Atlas progressent au 10è rang mondial    Décès du professeur Yves Coppens: les condoléances du roi Mohammed VI    L'assaut de Melilla: l'Espagne dénonce « les mafias » et salue les sacrifices de la gendarmerie marocaine    Laâyoune: le RNI tient son congrès régional    L'Espagne annonce un nouveau plan d'aide de neuf milliards d'euros pour surmonter l'inflation    Drame de Melilla : PP et Podemos pointent le Maroc, Sánchez accuse la mafia    Assaut de migrants à Nador: 2 membres des forces de sécurité et 33 migrants à l'hôpital    Plusieurs joueurs du Raja et Wydad sanctionnés par la FRMF    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    L'international marocain Zakaria Aboukhlal signe à Toulouse    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    Droit à l'avortement: Biden fustige la décision de la Cour suprême    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Colombie: la Gauche aux portes du pouvoir
Publié dans Albayane le 15 - 05 - 2022

Les colombiens avaient été appelés, le 13 mars dernier, à renouveler, pour un nouveau mandat de quatre années, les 296 membres du Sénat et de la Chambre basse d'un parlement tout acquis à une Droite à bout de souffle.
Cette consultation qui, à en croire le président de l'autorité électorale colombienne, Alexander Vega, s'était déroulé « dans la transparence et le respect des droits », avait aussi, pour objet, de permettre aux colombiens de prendre part aux primaires des principaux partis afin de désigner le candidat de l'une des trois coalitions de centre-droit, de centre-gauche ou de gauche qui sera candidat à l'élection présidentielle prévue le 29 mai et à laquelle le président Ivan Duque ne pourra pas se présenter.
Au terme de cette élection, c'est le sénateur Gustavo Petro qui avait remporté l'investiture du camp de gauche et renforcé, ainsi, sa position de favori au scrutin.
Ancien guérillero reconverti au « progressisme » social-démocrate, ce dernier sera opposé, le 29 mai, à Federico Guttierrez qui représente la coalition de Centre-droit dite « Equipe pour la Colombie », Sergio Fajardo, l'ex-gouverneur du département d'Antoquia, qui concourt au nom de la coalition de Centre-gauche dite «Centre espérance» mais aussi Oscar Zuluaga qui représente le «Centre démocratique», au pouvoir, Rodolfo Hernandez, indépendant, et, enfin, la franco-colombienne et ex-otage des FARC, Ingrid Betancourt.
La particularité du scrutin du 13 mars dernier a trait au fait qu'en dépit de la violence des groupes armées qui s'est accrue de façon alarmante, ces dernières années, la consultation se serait déroulé dans une « normalité totale » d'après le gouvernement même s'il ressort d'un communiqué des forces armées colombiennes que deux soldats auraient trouvé la mort et que deux autres auraient été blessés dans des attentats à la bombe ayant eu lieu dans le sud du pays.
Mais, en tout état de cause, ce «calme» plutôt relatif n'aura été que de courte durée puisqu'à moins de trois semaines du premier tour de la présidentielle, le « clan du golfe », qui est la plus grande mafia du pays, a paralysé pendant quatre jours le nord-ouest de la Colombie en menant une « grève armée » qui a contraint la population au confinement.
« Cette démonstration de force sans précédent d'une organisation criminelle » qui, selon un diplomate européen, «n'est pas un bon signe pour la démocratie», a fait suite à l'extradition vers les Etats-Unis, par le gouvernement d'Ivan Duque, de son chef Dario Antonio Usuga dit «Otoniel» et de sa sœur Nini Johana afin d'y être jugés pour trafic de drogue même si la droite s'acharne à attribuer la responsabilité de toutes ces violences au candidat de gauche, Gustavo Petro, en s'attachant au fait qu'il avait été «guérillero» dans sa jeunesse.
Sénateur et ancien maire de Bogota, le candidat de la gauche qui briguera, pour la troisième fois, ce 29 mai, la présidence d'un pays réputé pour être le premier producteur mondial de cocaïne, n'a jamais cessé, pour sa part, de dénoncer la collusion entre les élites colombiennes et la mafia locale.
Craignant pour sa vie car ses partisans n'ont oublié ni la mort, en 1948, du charismatique leader libéral et candidat à la magistrature suprême de la Colombie Jorge Eliecer Gaitan qui entendait démocratiser la culture, nationaliser l'enseignement et améliorer les conditions de travail des ouvriers et dont l'assassinat avait donné le coup d'envoi de cette période de troubles dite «La Violencia» qui avait perduré jusqu'au milieu des années 1950, ni celle des trois autres candidats à la présidence de la république assassinés en 1990 ni même tous les dirigeants progressistes tombés sous les balles des tueurs à gage, Gustavo Petro est, à en croire le ministre de la Défense, Diego Molano, «un des hommes les mieux protégés du pays». Il tient, en effet, ses meetings publics en s'abritant derrière deux boucliers pare-balles et effectue ses déplacements dans des véhicules blindés escortés par une importante équipe de gardes du corps et une ambulance.
Si, en Colombie, la course à la présidence a commencé, rien, pour l'heure, n'indique ni si la violence «mafieuse» ne va pas s'inviter dans le débat politique ni si la gauche va continuer à occuper des strapontins et ne va pas, cette fois-ci, remporter le scrutin et provoquer, ainsi, un véritable « séisme » dans un pays historiquement gouvernée par la droite.
Alors, attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.