Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Deux ex-policiers français rejugés pour le viol d'une Canadienne
Publié dans Aldar le 20 - 06 - 2021

Ils avaient été condamnés à sept ans de réclusion pour le viol en 2014 d'une touriste canadienne au siège de la Police Judiciaire (PJ) à Paris: deux anciens policiers sont rejugés à partir de mardi.
Lors du premier procès en janvier 2019, Antoine Quirin, 42 ans, et Nicolas Redouane, 51 ans, ex-membres de la prestigieuse Brigade de recherche et d'intervention (BRI), avaient été reconnus coupables du viol en réunion d'Emily Spanton, aujourd'hui âgée de 41 ans.
Dans son verdict, la cour d'assises de Paris avait mis en avant « les déclarations constantes » de la victime, jugeant que les accusés avaient, eux, fait des « dépositions évolutives (…) peu crédibles ».
La cour avait également pris en compte « la particulière gravité des faits commis à l'encontre d'une femme sous l'emprise de l'alcool » et le « lieu de commission des faits », qui était alors le siège de la police judiciaire, en plein centre de la capitale.
Ces deux fonctionnaires, Emily Spanton les avait croisés le 22 avril 2014 dans un pub proche de l'Ile de la Cité.
Bière, whisky, l'alcool avait coulé à flots et l'ambiance était au flirt. Peu après minuit, la Canadienne, très alcoolisée, et des policiers de la BRI s'étaient rendus au « 36, Quai des Orfèvres » pour une visite nocturne.
« J'avais beaucoup bu, je me voyais mal rentrer à l'hôtel dans cet état et je pensais qu'en allant dans un commissariat, je me sentirais plus en sécurité », avait-elle expliqué aux enquêteurs, en rappelant que son père était lui-même policier au Canada.
Mais vers 02H00 du matin, en quittant les locaux de la PJ en état de choc, Emily Spanton dénonçait aussitôt un viol collectif. Des allégations contestées par les accusés.
Les policiers ont « agi comme des soudards », avait dénoncé Philippe Courroye, l'avocat général en première instance.
« Ce soir-là, ils n'étaient pas la police mais des usurpateurs indignes de brassards et ils se sont comportés comme ceux qu'ils pourchassent », avait tranché la magistrat. « Mon intime conviction, c'est qu'au cours de cette nuit du 22 au 23 avril, dans les locaux de la BRI, Emily Spanton a bien été une victime non consentante d'actes sexuels ».
Rejugé pendant trois semaines, M. Redouane, actuellement sous contrôle judiciaire, va « contester fermement les accusations portées contre lui », assure un de ses avocats, Me Pascal Garbarini.
« Il n'est pas acceptable que des accusations non étayées et non corroborées soient suffisantes pour condamner un homme », estime-t-il à la veille du procès, en espérant « que le contexte actuel du mouvement #Metoo sera absent du dossier ».
En première instance, des « éléments scientifiques et techniques », dont des expertises ADN et des analyses de téléphonie avaient néanmoins fragilisé la version des accusés.
D'abord l'examen médico-judiciaire de la victime, qui avait révélé une lésion gynécologique traumatique. Ou encore ce message compromettant envoyé par Nicolas Redouane à un collègue: « +Ca est une touseuse (partouzeuse, NDLR), dépêche+ ».
« Les accusés ont été condamnés sur des faits précis: l'ADN, la téléphonie, la vidéosurveillance, ce n'est pas un dossier parole contre parole », assure pour sa part Me Sophie Obadia, une avocate d'Emily Spanton. « Ma cliente n'a jamais varié dans ses déclarations et est tout à fait crédible ».
Emily Spanton sera de nouveau présente à l'audience.
Dans un entretien récemment accordé au magazine Elle depuis le Canada, elle a expliqué vivre toujours chez ses parents, notamment en raison du « sentiment d'insécurité » qu'elle a toujours, sept ans après.
« J'avais 34 ans au moment des faits. J'en ai 41 aujourd'hui. J'ai dû accepter l'idée que je n'aurai jamais d'enfants », dit-elle.
Le verdict est attendu le 8 juillet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.