ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Métiers paramédicaux : Le Maroc ne compte que 700 kinésithérapeutes libéraux
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 07 - 2013

Le Maroc souffre d'un manque crucial de kinésithérapeutes. On compte actuellement 700 kinésithérapeutes installés en libéral à travers tout le Royaume. Des chiffres alarmants qui ont été avancés par les professionnels lors d'une table ronde sur «L'importance des métiers paramédicaux dans la réussite des rééducations» organisée récemment à l'Université internationale de Casablanca. Et pourtant les professions paramédicales sont décisives dans les schémas thérapeutiques.
Le Professeur Said Benomar, neuro-pédiatre, chef de service à l'Hôpital d'Enfants de Casablanca, a fait remarquer que les pathologies en orthopédie infantile nécessitent le traitement kinésithérapique alors que pour les pathologies en neuro pédiatrie, il faut recourir à plusieurs spécialités, à savoir la kinésithérapie, l'orthophonie et la psychomotricité. Par ailleurs, le Pr Benomar a insisté sur le fait que la prise en charge thérapeutique doit être pluridisciplinaire .
Pour sa part, Saraa Zarkik, présidente de l'Association des orthophonistes du Maroc, a indiqué qu'il n'existe que 155 orthophonistes installés en libéral au Maroc. Des statistiques qui montrent le besoin urgent de médecins dans ces spécialités. Les intervenants ont d'ailleurs relevé que le secteur du paramédical manque de professionnels qualifiés, vu l'augmentation de l'espérance de vie de la population et l'évolution des besoins. Et par conséquent, il n'y a pas d'adéquation entre l'offre et la demande.
Cette rencontre a aussi été l'occasion de mettre en exergue l'importance de la kinésithérapie respiratoire et la rééducation des troubles neuro-moteurs chez l'enfant. Un point qui a été souligné par Aziza Boutayeb, kinésithérapeute, présidente de l'Association des kinésithérapeutes du Grand Casablanca. Celle-ci a notamment rappelé tous les champs d'activité du kinésithérapeute : pédiatrie, traumatologie, orthopédie, neurologie, pneumologie, cardiologie... Dans les différentes techniques kinésithérapiques, Mme Boutayeb a souligné l'importance des techniques manuelles et insiste sur la formation aux techniques récentes.
Elle a conclu par le fait que «le métier de kinésithérapeute est un métier polyvalent, ce qui en fait sa richesse». Enfin, Catherine Guyot, première psychomotricienne installée en libéral au Maroc, a mis l'accent sur la rééducation de l'enfant atteint de troubles neuro-moteurs. Cette spécialiste a précisé que pour cette rééducation le thérapeute a besoin de la collaboration de la mère pour favoriser l'interaction entre le psychomotricien et l'enfant.
Notons que le Royaume ne compte qu'une quinzaine de psychomotriciens. Pour terminer, Mme Guyot a insisté sur l'importance d'inclure tout l'entourage immédiat de l'enfant pour pouvoir établir un diagnostic précis et établir un plan de rééducation personnalisé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.