Forsa : La SMIT dément les fausses informations concernant les appels d'offres n°100 et n°103    Sondage du CESE: 85% des interrogés insatisfaits de l'état d'aménagement et d'urbanisation du littoral    African Lion 2022 : les tirs d'armes retentissent à Cap Draa lors des exercices interarmées    Ministère des Habous: voici la date de l'Aïd Al Adha    Football : le Wydad sacré champion du Maroc pour la 22e fois de son histoire    Football: Palmarès des champions depuis la saison 1956-1957    Tragédie à Casablanca : l'effondrement du fronton d'un café cause trois morts    Casablanca : Trois morts et deux blessés dans l'effondrement d'une partie du fronton d'un café    Météo Maroc: temps assez chaud et rafales de vents assez fortes ce jeudi 30 juin    Drame à Casablanca: l'effondrement de la façade métallique d'un café fait trois morts    Maroc : La mise en œuvre des recommandations la Cour des comptes suivie grâce à une plateforme    Grand prix de Tunis de para-athlétisme : Le Maroc totalise 11 médailles, dont 6 en or    France : Borne entretient le suspense    Agadir : évaluation de la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    ONU: la Marocaine Najat Rochdi nommée Envoyée spéciale adjointe pour la Syrie    Quel avenir pour le Made in Morocco    « Art à Porter » à la galerie Marsam    «Sahran Lil» en collaboration avec Universal Music MENA    Le Festival de Fès de la Culture Soufie de retour en présentiel    Mohamed Benchaâboun : « Le Maroc restera engagé pour la réalisation des objectifs conjoints de la TICAD »    Bonne gouvernance et gestion locale : la nouvelle méthode Laftit    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce mercredi 29 juin    Anfa Park / Casablanca : Le programme du Jazzablanca Festival dévoilé    Détresse lors d'une veillée pour les migrants retrouvés morts dans un camion au Texas    Nouvelle vague de Covid-19: Les Marocains appelés à renforcer leur immunité collective (Tayeb Himdi)    Drame de Melilla : L'AMDH réclame des autopsies    Immigration illégale. Pedro Sanchez appelle au soutien du Maroc    Migration illégale: Pedro Sanchez appelle à aider le Maroc à faire face aux mafias    Variole du singe : plus de 3.400 cas confirmés dans le monde (OMS)    Les précisions de Chakib Benmoussa    Prix à la pompe : La barre des 16 dh pour le diesel et 18 dh l'essence bientôt franchie    Finance durable : l'AMMC et l'IFC signent un nouvel accord    Le sommet de Madrid organisé par l'Otan confirme une position unique antirusse    Futsal : La sélection nationale marocaine intègre le Top 10 mondial    Quand Kenza Hamoumi allie le végétal à la féminité dans ses toiles    Renault express fête sa 1ère année de commercialisation avec plus de 10 000 unités vendues au Maroc    La chanteuse égyptienne Sherine est-elle en froid avec Saad Lamjarred ? (PHOTO)    Europa Press : Assaut de Melilla, « Sánchez confirme des décès dans la police marocaine »    Mustapha Hadji poursuit Vahid Halilhodzic pour diffamation    UE : Les 27 actent la fin du moteur thermique en 2035    Conseil de gouvernement: Positif au Covid-19, Baitas n'animera pas le point de presse    JM Oran 2022 : Elliot Benchetrit file en quarts de finale    Coopération sécuritaire : Pourquoi le Maroc est de plus en plus sollicité ?    FORSA, bilan d'étape avec Fatim-Zahra Ammor (VIDEO)    Ecriture et infini : La mystique en littérature pour l'amour de soi et de l'autre    Correspondances : Jalil Bennani et Roland Gori font le pari du Sud    Ouahbi: Le gouvernement engagé à parachever les importants chantiers issus de la réforme constitutionnelle    Football U18 : Le Maroc bat l'Algérie aux Jeux méditerranéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mes œuvres tiennent dans une boîte
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 09 - 2003

Safaâ Errouas est artiste plasticien. Elle se prête à la série de l'île déserte pour y emmener des objets qui ne surprendront pas les passionnés de ses œuvres. L'univers plastique de cette artiste sera véhiculé à bord d'une une petite boîte.
D'abord, un ordinateur portable ! Je suis incapable de me détacher complètement de la société. Je peux m'isoler, mais non pas rompre définitivement le cordon ombilical qui me lie à la vie parmi mes semblables. Avec un ordinateur, je me connecterai pour avoir des nouvelles du monde, échanger des messages avec mes proches et mes amis. Je vais également écouter de la musique, me divertir et écrire. Je prendrai aussi avec moi le pendentif de ma petite fille. J'ai une drôle d'histoire avec ce bijou. Comme je crains que ma fille ne le perde en jouant, je le lui enlève chaque fois que je pressens un danger. Et devinez l'endroit sûr où je le mets à l'abri ? Mon cou. J'ai fini par m'approprier ce pendentif sans qu'il ne soit réellement à moi ! Je ne suis pas sûre d'ailleurs de lui trouver le même attrait, une fois sur une île déserte. Cet objet n'a de valeur que parce qu'il transite régulièrement par le petit cou de ma fille !
Je prendrai aussi des feuilles blanches, des crayons et un stylo noir. Pourquoi le noir précisément ? Parce que je suis incapable d'écrire avec un stylo d'une autre couleur. Je ne sais pas pourquoi. De même que je ne peux pas expliquer la fascination que le blanc exerce sur moi. J'emporterai à cet égard mon drap blanc. J'aime me couvrir de blanc ! De cette couleur, il est aussi question dans la boîte blanche qui me sert de capharnaüm. J'y mets tout ce qui me reste après la réalisation de mes œuvres. Cette boîte contient des perles, des sparadraps, des bandes de gaze. En elle loge un petit bout de la plupart des œuvres que j'ai réalisées jusque-là.
Je transporterai aussi dans ma valise de l'encens et des bougies. J'aime beaucoup le parfum de l'encens, surtout lorsqu'il ne sent pas très fort. Il m'apaise. Quant à l'éclairage des bougies, il est irremplaçable. Il est de surcroît particulièrement approprié aux nuits dans une île déserte. Il ne faudrait pas effrayer les insectes et autres créatures de la nuit avec une lumière agressive.
De la lecture. Oui, j'en prendrai. D'abord le Coran. Ensuite les « lettres à un jeune poète » de Maria Rainer Rilke. C'est à proprement parler, le premier livre sur l'art que j'ai lu. Je me souviens encore de la nuit où je n'ai pas pu m'en arracher avant d'atteindre la dernière page. J'étais en première année à l'école des Beaux-Arts de Tétouan. Et j'ai eu la révélation de ce qu'est la création, la chose artistique. J'ai pris soudain conscience du dévouement jusqu'au sacrifice auquel certains hommes consentent pour l'art. Je dois d'ailleurs beaucoup à ce livre que je ne me lasse jamais de relire. Et s'il y a un peu de poésie dans mes œuvres, j'en suis redevable, sans aucun doute, à Rainer Rilke. Comme fictions, je prendrai avec moi «La dérive des sentiments» d'Yves Simon. Dans ce roman courent les bruits de notre monde, avec ses fractures, ses drames, ses éruptions de liberté. On y entend malgré tout une mélodie qui susurre à nos oreilles que rien ne saura enlever aux hommes l'espoir.
Le soleil doit être brûlant sur une île déserte. Je m'équiperai donc d'un écran total. Est-ce que je vais enlever mon foulard ? Je pense que je le ferai de temps à autre, mais le port de ce foulard est avant tout une question d'identité. Et je ne peux l'abandonner sans laisser une partie de moi-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.