Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Le poison du racisme fait trembler l'Allemagne    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prémunir son enfant contre la drogue
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 01 - 2011

Tout adolescent n'est à l'abri des périls au sein des établissements scolaires. Le premier danger est occasionné par la circulation des drogues dans ces lieux d'apprentissage et de savoir. En effet, le phénomène prend davantage des dimensions plus graves et le nombre des victimes ne cesse d'augmenter. De même, le prix des substances subit des fluctuations. C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par la caravane «Non au karkoubi». Dans ce sens, le coordinateur général de cette caravane, Abdelkebir El Assi, dévoile qu'«en 2005-2006, le prix était moins cher. Mais, depuis la mi-2006 jusqu'à 2009, le prix des psychotropes a atteint 30 DH. Et depuis le début 2009 jusqu'à présent, le coût a connu une baisse pour s'établir entre 10 à 20 DH». En outre, la consommation des psychotropes diffère selon l'emplacement de l'établissement scolaire. Ainsi, le même sondage révèle que 50 à 60 élèves sur 400 s'adonnent à la drogue ou la cigarette. Ils consomment, entre autres, le maâjoun, karkoubi, haschish, kala, chkilita et nafha. Cependant, il existe une différence au niveau de la quantité consommée et la qualité dans les établissements situés dans des quartiers huppés. La caravane «Non au karkoubi» a révélé, à cet égard, que depuis 2004 jusqu'à présent les élèves consomment la cocaïne, le haschish et les comprimés psychotropes. Le taux des élèves qui fument a atteint 40% et 20 % s'adonnent au haschish. Ceci étant, ces chiffres peuvent se voir augmenter au fil des années. Mais quels sont les facteurs pouvant favoriser cette hausse et poussant les adolescents à s'adonner à la drogue ?
Selon le Dr. Youssef Mouhi, psychiatre, cette tranche souffre de plusieurs problèmes. A commencer par l'estime de soi et la pression familiale, le manque d'affection, de sécurité et de limites tracées par les parents. Parallèlement, ces adolescents sont animés par la curiosité et par le besoin de s'affirmer comme ils optent pour le profil de prise de risque et tentent de fuir les adultes qu'ils vont être. En outre, «les gens qui se droguent sont frustrés, inhibés ou angoissés. Ils ont besoin d'une drogue pour s'affirmer socialement, alors en se droguant, ils font peur aux gens et ils les respectent», explique Dr Mouhi. Pour protéger cette frange sociale vulnérable et accessible à la drogue, notre psychiatre avance trois modalités, à savoir la guidance parentale, l'éducation par les pairs qui doit se faire par des jeunes du même établissement scolaire sous la supervision d'un adulte et la discussion en apprenant à son enfant à avoir une opinion personnelle. Cependant, la protection contre les dangers des psychotropes n'est pas l'apanage des parents. Les établissements scolaires doivent assumer, à leur tour, cette responsabilité. Dans ce sens, plusieurs campagnes de sensibilisation ont été organisées. Nonobstant, «c'est l'entourage de l'établissement qui pose problème», martèle Mohamed El Abidi, président de l'Association des parents d'élèves et professeur d'histoire-géographie au collège Al Boustane à Salé. «Même les filles s'adonnent à la drogue. Et pire encore, on en met dans les gâteaux», a-t-il enchaîné. Face à cette situation, l'adolescent doit faire preuve de vigilance pour fuir les filets de la drogue. «Les parents, quant à eux, doivent s'ouvrir sur l'établissement scolaire», ajoute M. El Abidi. De surcroît, l'élaboration d'une stratégie dédiée au phénomène est vivement souhaitée. «On ne parle du problème de la drogue que de façon épisodique au Maroc. On devrait avoir une stratégie de prise en charge. Le cas échéant, les efforts seront dispersés et le problème va s'éterniser», a conclu Dr. Mouhi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.