Énergie électrique: la production progresse à fin avril    Melilla : Les décès parmi les migrants atteignent 18, aucun mort au sein de la police (autorités)    Météo Maroc: temps assez chaud ce samedi 25 juin    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    Voici les déchets les plus fréquents sur les plages du Maroc    USA: la Cour suprême révoque l'arrêt sur l'avortement    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Seul le courage paiera [Par Jamal Berraoui]    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    «Première symphonie», la première exposition au Maroc de l'artiste peintre Chaimaa Mellouki    Festival des arts populaires : Participation de près de 600 artistes et 34 troupes folkloriques    Cinq migrants clandestins trouvent la mort dans une tentative d'assaut contre Mellilia    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    Coupe arabe de futsal : Le Maroc prend le dessus sur la Libye et se qualifie en demi-finale    Football : Match nul entre l'équipe nationale féminine et son homologue ivoirienne    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    Maroc : Pour Aïd Al Adha, l'ONSSA renforce les contrôles des aliments pour animaux    Covid-19/Maroc : 33 nouveaux cas admis en REA en 24H    Abdellatif Hammouchi reçoit les membres de la Sûreté nationale se rendant à la Mecque    Féminicide : Après Nayira en Egypte, Wafaa en Jordanie    ONCF: un plan Eté 2022 avec une offre renforcée et des avantages tarifaires    Africa Motors -Groupe Auto Hall- lance officiellement la nouvelle marque automobile CHERY    Maroc – Algérie : RSF condamne l'expulsion de 9 journalistes venus pour les Jeux méditerranées    Mike Pence soutient l'opposition iranienne    Appel en Espagne à la mobilisation pour accompagner le retour des expatriés marocains    Insécurité alimentaire et guerre en Ukraine: lettre ouverte des ambassadeurs accrédités au Maroc    Tanger Med: Mise en échec d'une tentative de trafic d'environ 85.000 euros    Maroc PME a soutenu 2531 projets en 2021    Espagne: 7 Algériens arrêtés pour transport de migrants clandestins    Construction : Israël s'apprête à recevoir 15.000 travailleurs marocains    « Awrach »: plus de 30.000 bénéficiaires ont reçu leurs salaires    Jeux Méditerranéens : Après une séquestration qui a duré 30 heures, les journalistes marocains de retour    Le FMI se dit prêt à lancer des négociations avec la Tunisie    Billets d'avion: les étudiants marocains en Russie déplorent la cherté des prix    Qui est Zyad Bendourou, le Marocain qui s'apprête à gravir 10 sommets en 6 jours ?    Hausse des prix des manuels scolaires : le gouvernement a tranché    Frontières maritimes: Madrid se prépare aux négociations avec le Maroc    Mondial 2022 : La FIFA autorise 26 joueurs par équipe    BM-Maroc: Prêt de 250 millions $ en soutien au projet de développement économique de la région Nord-Est    Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU sur les silences, les mensonges et les obstructions de l'Algérie    Shireen Abu Akleh tuée par les forces israéliennes : bilan de l'ONU    Variole du singe : première réunion à Genève du comité d'urgence de l'OMS    Le comité d'audit de la CAF tient ses assises sous la houlette de Tariq Sijilmassi    Marché monétaire : allègement du déficit de liquidité bancaire (BKGR)    Nuit des musées et des espaces culturels : C'est parti pour la première édition !    Prix national du théâtre La valeur financière portée au double    Réhabilitation du Centre international du commerce extérieur de Dakar : Aziza Chaouni élabore le projet    Le Maroc propose d'installer une usine d'engrais au Guatemala    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La loi sur les partis ou le test démocratique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 20 - 05 - 2004

Son élaboration étant achevée, le projet de loi sur les partis politiques est désormais soumis à l'appréciation des formations elles-mêmes. Des partis dont un certain nombre serait voué à l'éclatement ou à la disparition si la loi est adoptée. Réactions de Mohamed Saâd El Alami, ministre chargé des Relations avec le Parlement.
Le projet de loi sur les partis est désormais entre les mains des partis politiques. Maintenant prêt, ce projet de loi a été soumis aux partis politiques pour concertation, ces derniers étant un des principaux piliers d'un système démocratique et la partie la plus concernée, avant de suivre la procédure classique et son passage par le Conseil de gouvernement, le Conseil des ministres ainsi que le Parlement.
Pour Mohamed Saâd El Alami, ministre chargé des Relations avec le Parlement, il s'agit du même projet de loi dont la préparation avait été entamée par le gouvernement il y a deux années. «Mais la conjoncture à cette époque, marquée par la préparation et le déroulement des élections nous avait poussées, et en concertation avec les partis politiques, à reporter son élaboration. Sa révision, vu l'ouverture et la démocratisation que connaît le pays, s'est également avérée nécessaire afin de l'adapter, en apportant davantage de précisions quant à ses différents dispositifs ». c'est donc sur une version revue et corrigée, évolution politique du pays oblige, que les partis politiques doivent trancher. Même si la date de son adoption n'a pas encore été fixée, on parle d'une adoption dans les «meilleurs délais». L'objectif de cette concertation est de mesurer à quel point ce projet de loi répond aux besoins et donnes politiques actuels.
La date de son adoption reste également conditionnée par la mesure de la réactivité des partis. «Le but recherché est moins d'adopter ce projet de loi le plus rapidement possible que d'arriver à un texte qui soit adapté à la réalité politique du pays et qui fasse adhérer le plus grand nombre des parties concernées». S'exprimant sur les points qui risquent de donner lieu à débat, voire à retard, Saâd El Alami explique que le gouvernement a pris acte du débat qui a régné lors de la présentation de la première mouture.
Une mouture qui a été modifiée en fonction des remarques et propositions des partis. Mais on ne peut prédire les points qui seraient à reconsidérer de l'avis des partis. Des partis dont un certain nombre risquent d'être écarté, et un autre diminué, dès l'entrée en vigueur de cette loi.
Une éventualité que confirme le ministre. «Il n'y a aucun doute que certains partis seront éclatés, d'autres seront amenés à disparaître. Ceux qui ont prouvé leur solidité resteront. C'est un processus naturel. Mais qu'une loi sur les partis politiques existe ou pas, et quelle qu'en soit la nature, il y a une marche naturelle que chaque pays en transition politique se doit de faire. L'éclatement politique est un passage obligé. C'est un préalable nécessaire afin d'atteindre un nombre acceptable de partis politiques».Un risque d'éclatement qui en suppose en autre, celui que le projet de loi bloque sur des résistances émanant de certaines formations politiques.
La réaction de Saâd El Alami est catégorique à cet égard : « Je ne crois pas que tel sera le cas, car un parti politique sérieux ne peut qu'adhérer à ce projet, que ce soit en termes de conditions de constitution d'un parti politique, de démocratie interne, de prise de décisions ou de gestion financière. D'autant qu'une société démocratique n'est pas tenue d'être une société de consensus, mais une société basée surtout sur la loi de la majorité ». On l'aura compris, le projet de loi sur les partis politiques est en soi un test démocratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.