De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    Le Gabon célèbre à Laâyoune le 62è anniversaire de son indépendance    Belle moisson de médailles pour les sportifs marocains    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Wydad de Casablanca. Houcine Ammouta promu entraîneur    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Le Pérou retire sa reconnaissance du Polisario    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Mercato : Mouhcine Moutouali tranche sur sa prochaine destination    Orages en France: trois morts en Corse    Après la touriste française, un octogénaire mutilé par des chiens à Tanger    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    PSG : régime strict pour Achraf Hakimi and co...    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Coupe d'Afrique des Nations U23 – Maroc 2023 : Tirage des éliminatoires    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Italie : Un enfant marocain de deux ans blessé par balle, sa vie n'est plus en danger    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Banques: La position de change s'améliore    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Événements de Nador : de la prison ferme pour 13 migrants (VIDEO)    La fusée américaine SLS arrive à son aire de lancement, avant son décollage vers la Lune    Actifs immobiliers au trimestre 2-2022 : Des indicateurs en dents de scie avec des signes encourageants    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    M'diq-Fnideq : L'incendie de la forêt « Kodiat Tifour » presque entièrement circonscrit    Hécatombe    La météo pour ce jeudi 18 août 2022    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alami : "Réhabiliter les partis politiques"
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 03 - 2005

Ministre chargé des relations avec le Parlement et membre du comité exécutif du Parti de l'Istiqlal, Mohamed Saâd el Alami plaide pour la prépondérance de la Justice. Pour lui, la loi sur les partis aura pour premier effet d'assainir le champ politique.
ALM : La mouture de la loi sur les partis sera débattue jeudi prochain au Conseil du Gouvernement. Cette fois, sera-t-elle la bonne à votre avis ?
Mohamed Saâd El Alami : D'après les informations dont nous disposons à l'heure d'aujourd'hui, les différentes remarques que le Parti de l'Istiqlal et l'USFP, ainsi que celles que d'autres partis politiques ont formulé concernant la première mouture ont été accueillies de manière positive. Si tel est réellement le cas, je pense que nous sommes sur la bonne voie vers son adoption. Pour cela, il faudra encore que la dernière version soit étudiée par les formations concernées. De notre part, et une fois qu'on aura consulté la dernière mouture, nous serons plus en mesure de dire si nos remarques ont bien été prises en compte ou non. Et c'est en fonction de cela que nous nous exprimerons.
Parmi les principales remarques que vous avez adressé, figure celles liées au ministère de l'Intérieur dont les prérogatives seraient, toujours, larges à votre avis. A quoi devrait se limiter dans ce cas le rôle de l'Intérieur ?
Il faut rappeler tout d'abord que nous n'avons pas formulé d'amendements, mais des remarques. Nous sommes en cela partis du principe que le Dahir de 1958, portant loi sur la constitution d'associations, avait garanti plus d'un acquis à l'action et aux partis politiques. Ces acquis sont quelque peu compromis par la première mouture du projet de loi sur les partis, alors qu'il fallait que cette dernière soit plus en harmonie avec lesdits acquis. Ceci étant, le ministère à un rôle important à jouer dans l'organisation du paysage politique, mais dans proportions qui restent à discuter. Mais dans les actions relatives à la création, la suspension, la dissolution d'un parti politique, c'est la Justice qui doit avoir le dernier mot.
Un autre aspect qui a suscité le débat est celui du financement des partis par l'Etat. Sur quels critère, devrait se baser ce financement?
Le financement par l'Etat d'un parti donné doit obéir à une seule et même règle, elle est adoptée pas les plus grandes démocraties dans le monde, à savoir la représentativité. Une représentativité exprimée soit par le nombre de sièges qu'une formation donnée au Parlement soit par le nombre des voix qu'elle obtient. Je pense que ce critère démocratique et universel est d'ores et déjà adopté. Le contrôle des finances des partis devrait, lui, être du ressort de la Cour des comptes.
Qu'en est-il de l'option qu'ont maintenant les petits partis de former des alliances pour accéder à ces financements ?
Il s'agit d'un bon moyen de conduire ces partis à former, non seulement des alliances stratégiques, mais des fusions durables dans des pôles politiques. Cette mesure participerait à mon avis à limiter la balkanisation constatée du champ politique marocain.
De manière générale, pensez-vous qu'une loi sur les partis participerait à limiter cet éclatement ?
En tout cas, c'est notre espoir. Cet éclatement de l'action politique est aussi inutile que dénué de tout fondement. Une action politique, ce sont des projets de société. Et ce qui est sûr, c'est que nous ne disposons pas de 26 projets de sociétés, nombre qui correspond à celui de nos formations politiques. L'adoption et la mise en œuvre de cette loi devraientt normalement être accompagnées d'un assainissement de l'action politique, de sa rationalisation, tant en nombre, en gestion qu'en fonctionnement. Les partis n'ont dans ce sens d'autre choix que de se mettre à niveau. Il y va aussi bien de leur survie que de leur capacité à remplir pleinement, dans un climat politique fait de transparence et d'efficacité. Autrement, ils seront exclus. L'objectif final n'est autre que la réhabilitation des partis comme de la politique, en général, dans notre pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.