Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France : Entre-deux tours stérile
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 06 - 2002

Alliances, retraits, barrages contre le FN, la tension a été maintenue entre la gauche et la droite à la veille du second tour des législatives. Au prix d'une absence de débat et d'un retour de polémique.
Les tractations sont allées bon train toute au long de cette semaine entre les deux grandes formations politiques et leurs proches. Il est vrai que même si la droite est créditée d'une large victoire, la gauche compte encore sur ce que François Hollande, premier secrétaire du PS, appelle un «sursaut civique». Ce qu'il convient surtout de nommer une «limitation des dégâts». Nombre de pressions ont ainsi été exercées par les uns sur les autres pour qu'ils se retirent, avec comme argument systématique non pas la défense de leurs programmes respectifs mais le spectre du Front national. Si ce dernier a été largement exclu de la course électorale, les ambitions des socialistes comme celles des candidats de l'UMP pourraient lui permettre d'obtenir quelques sièges inespérés. Responsabilité que les deux camps se rejettent alimentant ainsi une nouvelle polémique pour le moins stérile.
Mardi, le président du groupe socialiste à l'assemblée sortante a encore dénoncé le refus de la droite de retirer ses candidats dans deux circonscriptions – Rhône et Gard (sud-est) - où le FN est menaçant. «Une nouvelle fois, la droite préfère le Front national» s'est ainsi indigné Jean-Marc Ayrault, avant d'ajouter qu'une «telle attitude discrédite les déclarations de Jacques Chirac et de Jean-Pierre Raffarin contre tout accord avec l'extrême droite». Le Parti socialiste des Bouches-du-Rhône a de son côté rapporté mercredi «la porosité entre les leaders locaux de la droite et de l'extrême droite», citant la circonscription de Vitrolles, où Bruno Mégret a été éliminé dès le premier tour.
Dans cette région très tendue, le maire MNR de Marignane, Daniel Simonpiéri, a appelé à voter en faveur du candidat de l'UMP, Eric Diard, opposé au député PS sortant et favori, Vincent Burroni. Absents dans un certain nombre de circonscriptions, les Verts semblent pour leur part vouloir rester en dehors de ce «débat» pour faire du «barrage de l'extrême droite» leur consigne systématique. Une attitude que l'on retrouve parfois côté socialiste, mais de façon individuelle. A Vaucluse (Gard), Jean-Pierre Lambertin, arrivé en troisième position, a par exemple annoncé son désistement, afin de barrer la route à Jacques Bompard, le maire FN d'Orange, sans toutefois aller jusqu'à demander à ses électeurs de voter pour le candidat UMP, Thierry Mariani… S'il n'avait pas répondu à l'appel au débat lancé par le PS avant le premier tour, le premier ministre Raffarin n'a de son côté pas hésité à monter au créneau mardi en accusant la gauche d'avoir fait le jeu de «l'extrémisme» par ses attaques contre Jacques Chirac sur le thème des «affaires».
«Quand on n'a comme programme que la polémique, quand on n'a que l'attaque comme perspective, on décourage les gens, on provoque l'abstention, on provoque le vote extrémiste», a déclaré Jean-Pierre Raffarin, «C'est à force de capturer le message politique, de faire de l'autre un adversaire, de le traiter plus bas que terre, c'est avec ces divisions, ces attaques et ces polémiques que les Français se sont éloignés de la politique», a-t-il ajouté.
Un millier de candidats sont encore en lice dimanche. Dans 488 circonscriptions, les électeurs auront à choisir entre deux candidats, des duels droite-gauche dans la quasi-totalité des cas. Il y aura dix triangulaires dont neuf affrontements droite-gauche-FN.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.