Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Chauffeurs de taxi: Cet autre corps de métier qui pâtit de la crise sanitaire    Communiqué du BP du PPS    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    «Avoir un bon réseau est utile dans l'insertion sociale et professionnelle future»    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    ADM invite les usagers à vérifier leur solde Jawaz    Le coût du confinement en Afrique s'élève mensuellement à 09 milliards de dollars    La vérité derrière le mensonge    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Cyclisme: Prudence et sécurité, maîtres mots de la reprise    Exclu-Al Bayane: Boutaib en discussion avancée avec un club de la Botola    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 8.030 au total, vendredi 5 juin à 10h    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Le virus prépare une révolution monétaire    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Art déco à Casablanca : Patrimoine en détresse
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 08 - 2004

La ville de Casablanca possède un patrimoine architectural très riche et qui doit être préservé. Le patrimoine Art déco de Casablanca est symbolisé entre autre par l'Hôtel Lincoln, un bâtiment aujourd'hui en ruine.
Situé sur le boulevard Mohammed V à Casablanca, l'hotel Lincoln a été aujourd'hui rattrapé par l'histoire.
Et pour cause, ce bâtiment témoin du patrimoine Art déco de Casablanca a fait tirer il y a quelque temps la sonnette d'alarme. Construit en 1916 par l'architecte français Hubert Bride, l'hotel Lincoln a été classé par un arrêté du ministère de la Culture qui date de 2000 patrimoine historique. En effet, vu la vétusté du bâtiment la seule solution, c'est de le préserver en le restaurant. Cependant, rien n'a été réalisé dans ce sens.
Le propriétaire du bâtiment a même souhaité le démolir afin de le remplacer par un autre immeuble pour des habitations. Cette idée a fait l'objet de plusieurs débats et a été vivement combattue par l'association Casa Mémoire ainsi que l'Ordre des architectes. A partir de ce moment, la situation a connu un blocage, l'hôtel n'a pas été détruit, mais il n'a pas subi de restauration non plus.
Jour après jour, une partie de l'hôtel s'effondre et menace de mettre en danger la vie des promeneurs du boulevard Mohammed V. Il y a quatorze ans que le premier éboulement d'une partie de l'hôtel Lincoln s'est produit. Et le 12 avril 2004, une autre partie s'est effondrée, faisant un mort et plusieurs blessés parmi les squatters qui s'y sont installés depuis. Pour assurer la sécurité des citoyens, une partie du boulevard Mohammed V a donc été fermée à la circulation jusqu'aujourdhui. Laissé à l'abandon pendant des années, l'hôtel menace aujourd'hui de s'écrouler.
En outre, ce bâtiment, témoin de l'histoire architectural du Maroc, continuera à s'effondrer si rien n'est fait pour le restaurer et le préserver.
Cependant, il faudrait arriver à instaurer une certaine prise de conscience.
Une prise de conscience qui pourrait éviter de détruire les monuments historiques du Maroc.
Et l'hôtel Lincoln n'est pas le seul bâtiment qui symbolise l'architecture Art déco de Casablanca. C'est un bâtiment parmi tant d'autres qui méritent d'êtres entretenus. Mais selon Fouad Akalay, le directeur général de l'agence Archimédia, « beaucoup de bâtiments ont été détruits depuis trente, quarante ans, il ne se passe pas une année, sans qu'un bâtiment à valeur patrimonial ne soit détruit » et d'ajouter : « L'hôtel d'Anfa où a eu lieu la conférence d'Anfa en janvier 1943 a été lui aussi démoli, on ne peut pas démolir un monument qui a connu une réunion aussi prestigieuse ».
Mais ceci n'est pas le vrai problème, comme l'a déclaré M. Akalay, en supposant que ce bâtiment n'était pas interessant sur le plan architectural, ce n'est pas une raison pour le détruire.
Car on ne doit pas détruire des lieux qui sont des repères de l'histoire, de la mémoire.
Les monuments de Casablanca ont continué à être détruits sans imposer aucune restriction, sans garde fous.
Ces monuments représentatifs de l'architecture Art déco étaient considérés comme le symbole de la présence des Français au Maroc. Après l'Indépendance, les autorités ont décidé d'entreprendre une action de démolition des bâtiments légués par la colonisation.
En outre, après avoir chassé le colon, on aurait voulu chasser son héritage qui témoigne de sa présence à un certain moment de l'histoire.
En effet, même les noms des rues ont été modifiés par des noms marocains. C'était une sorte de volonté d'effacer cette mémoire. Cela pourrait peut-être s'expliquer par la naissance d'une volonté de retrouver l'identité culturelle arabo-musulmane.
Par ailleurs, après la destruction de certains monuments, il y a eu, à un certain moment, une certaine prise de conscience.
«A un moment il ya eu une prise de conscience et l'hôtel Lincoln est juste le monument qui va marquer le démarrage de cette prise de conscience», déclare Fouad Akalay.
Et d'ajouter : «Ce bâtiment n'est ni plus ni moins important que d'autres monuments qui sont tombés avant lui ou après lui». Cependant, l'hôtel Lincoln représente un moment de l'histoire, un moment qui selon M.Akalay où la société civile, les architectes se sont manifestés et ont déclaré qu'on ne peut guère démolir impunément des repères de l'Histoire. Cela démontre qu'il a fallu que les Marocains prennent conscience de la nécessité d'accepter leur héritage.
Un héritage qui a été légué par la France.
« Les Marocains ont du accepter leur héritage coloniale », déclare Fouad Akalay. C'est un phénomène d'acceptation.
Mais plusieurs pays ont vécus cette situation. Ce n'est que récemment que l'Espagne a accepté qu'elle était pendant sept siècles arabe. Ce pays a finalement réalisé qu'il avait de la chance d'avoir un patrimoine de cette richesse, ce patrimoine devient aujourd'hui un objet de tourisme.
Le Maroc pourrait peut-être un jour suivre l'exemple de l'Espagne qui a fini par accepter le legs architectural arabo-musulman et le préserve.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.