Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Un collectif dénonce l'intensification de la répression par "un régime algérien dans l'impasse"    Le Groupe arabe à l'ONU loue le rôle du Comité Al Qods    Le Maroc réitère son soutien indéfectible aux droits du peuple palestinien    L'avenir du Real Madrid    Indépendance de la justice marocaine : La lettre virulente de Tamek au professeur J. Waterbury    Participation du Maroc à la Conférence mondiale de l'UNESCO sur l'EDD    Londres se défend d'avoir tardé à agir face au variant indien    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Barça : Xavi pour remplacer Ronald Koeman ?    Mohamed Salah Tamek dénonce l'ingérence de John Waterbury dans des affaires portées devant la justice marocaine    Irlande du Nord : Edwin Poots à la tête du Parti Démocratique Unioniste    Hausse de l'IPC dans les principales villes de la région    Détails de la transformation de FinanceCom en O Capital Group    Le HUSA victorieux, la RSB en chute libre    L'Atlético se rapproche du sacre, le Real garde l'espoir    Le Raja arrache le nul face à Orlando Pirates    Des cérémonies célébrant un évènement majeur    Les souks hebdomadaires en milieu rural ont besoin d'être développés    Abdellatif Hammouchi inaugure le club équestre de la Sûreté Nationale à Kénitra    Jacek Oalczak nommé PDG    Une occasion de se remémorer leurs sacrifices et leur dévouement pour la défense de la sécurité du pays et des citoyens    Le café des Oudayas fait peau neuve !    La culture hispanique vue par la bande dessinée et de l'illustration    L'Art moderne & Contemporain marocain à Paris    Abdellatif Hammouchi inaugure de nouvelles infrastructures sécuritaires    Evolution du coronavirus au Maroc : 79 nouveaux cas, 515.023 au total, lundi 17 mai 2021 à 16 heures    Décès de l'acteur marocain Hammadi Ammor, 90 ans : Un immense artiste s'en va    Assurances: les primes émises en hausse de 3,3% à fin mars (ACAPS)    Célébration du 200ème anniversaire de la Légation américaine de Tanger    Aide humanitaire aux Palestiniens: Le Maroc fidèle à ses engagements    La loi N°56.20 offrira un nouveau cadre juridique à la création de musées, avec un label officiel (FNM)    Visas Schengen: les conditions imposées par l'Espagne    Evénements de Cheikh Jarrah: Le silence complice de la communauté internationale    Abdelfattah El Belamachi: "Le Maroc donne à l'Espagne, à l'Allemagne et à l'UE plus qu'il n'en reçoit"    ONMT : 3 partenariats conclus à Dubaï    RAM: Abdelhamid Addou élu au Conseil des Gouverneurs de l'IATA    Coronavirus : Sanofi lancera fin mai la production de son vaccin    65ème anniversaire de la DGSN : Fière chandelle aux agents de la Sûreté nationale dans ce contexte de la Covid    Zidane, entraineur du Real de Madrid, en colère : « Je ne dirai jamais cela à mes joueurs ! »    Abdou Diop: « Le marché de l'audit évolue pour répondre aux besoins et attentes des clients »    Echange de données bancaires : La loi bloquée au Parlement ?    Un Technopark à Fès pour consolider l'attractivité économique de la région    Défaite de Chelsea en finale de la FA Cup : Pour Tuchel, Ziyech responsable !    Fin du rêve européen pour Selim Amallah et Mehdi Carcela    Gaza: au moins 42 Palestiniens tués dans les raids israéliens, plus lourd bilan quotidien depuis lundi (ministère)    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Walid Halimi rend hommage au célèbre Tony Allen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guéguerre entre armateurs
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2004

L'affectation sur la ligne Gênes-Casablanca d'un navire affrété par la Comanav auprès du transporteur MSC, provoque des remous dans les rangs des armateurs marocains. Ceux-ci crient à l'atteinte à la loi.
Le secteur maritime marocain connaîtra un mois de septembre agité. Pour cause, l'introduction par la Compagnie nationale de navigation, la Comanav, d'un navire affrété à l'étranger sur Gênes-Casablanca. Une provocation aux yeux de certains opérateurs qui estiment que le navire en question, n'a pas le droit d'exercice sur une ligne réservée exclusivement aux navires marocains. «Les Européens protègent bien leurs eaux. Pourquoi pas nous? clame un opérateur persuadé que cet affrètement n'est qu'une façon de faire accéder la puissante MSC (300 navires dans le monde), dans le régulier marocain et, partant, de contourner la fameuse circulaire de 1999, laquelle vient à peine d'être modifiée (le 24 août dernier) pour plus de flexibilité. Les feeders qui n'avaient pas droit aux lignes régulières ont désormais droit jusqu'à 10%.
Cette concession et surtout l'affrètement de la Comanav suscitent beaucoup de critiques chez les armateurs présents sur les lignes régulières reliant le Maroc à l'Europe. «Au lieu de défendre le pavillon national, déclare-t-on, la compagnie nationale interfère sur les lignes régulières !» Mais pour le secrétaire général de la Marine Marchande, Azzedine Diouri, la loi n'a pas été bafouée. Au contraire, il ne s'agit ni plus ni moins que de l'application du jeu de la libre-concurrence qui se met en place. «Tout comme leurs homologues étrangers, les armateurs marocains ont le droit d'affréter des navires, de rentrer ou sortir des alliances».
Une allusion sans doute à l'une des dernières actualité en date dans le secteur. En effet, depuis le 31 août 2004, la Comanav est sortie de l'alliance qui la liait à la société marocaine IMTC et à l'italienne Navimed. Un accord en vigueur depuis le premier septembre 2003 et qui ne faisait plus l'affaire de la Comanav, explique-t-on dans les parages de la Direction. « Nous n'avons fait rien de plus que d'introduire une dose de concurrence dans le Commerce extérieur marocain», tente-t-on d'expliquer au siège de la compagnie nationale. En principe, ce service qui démarre à partir du 6 septembre permettra aux opérateurs économiques de disposer de plus de choix, quant aux dates de départ, aux prix différents et aux services. Ce que le même cadre de la Comanav explique doctement par «la volonté de sortir des logiques de protectionnisme qui ne sont pas les nôtres». De l'autre côté, on rétorque sur le même ton. «La note 18-01-1999 est claire, s'insurge-t-on à l'IMTC.
Le transbordement est réservé aux navires battant pavillon marocain». Un argument peut-être vrai sur le plan théorique, mais à en croire certains opérateurs, qui ne tient pas sur le terrain. Car, beaucoup d'opérateurs seraient en porte-à-faux avec cette circulaire. Des sociétés font recours à des bateaux étrangers sur les lignes en question!» Bref, la Comanav dit être sur une autre dynamique. Après les énormes difficultés qu'elle a traversées, la compagnie nationale envisage désormais de passer à une autre étape. Par exemple, acheter des navires à son compte.
En achetant des navires, elle ferait du coup taire les critiques qui lui reprochent une tendance affichée pour l'affrètement. D'autant que le contrat-programme prévoyait l'achat de deux navires à la fin 2003. Le retard serait dû à plusieurs facteurs, argue-t-on. «En deux ans, les prix du navire ont quasiment doublé, les prix du soute en ont fait de même. Nous n'étions plus dans la même équation que le contrat-programme». En attendant, l'affrètement bat son plein.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.